Hyundai premier fabricant de voitures électriques à hydrogène en série

Une vidéo sur YouTube par HYUNDAI-FRANCE est particulièrement intéressante et prometteuse.

Hyundai se présente comme le premier producteur au monde de voitures électriques à pile à combustible de série.

Cette vidéo fut postée en mars 2014, c'est à dire 6 mois avant l'annonce de la Mirai par le PDG de Toyota.

Comparé à Toyota, Hyundai se lance dans cette course assez discrètement.

  • D'une part, le nom de la première voiture à hydrogène commercialisée par Hyundai est IX35 Fuel Cell, autrement dit la IX35 à pile à combustible. C'est un nom discret comparé à la  Mirai qui signifie "futur" en japonais. C'est surtout un nom qui marque un choix marketing probablement regrettable: celui de la continuité par rapport à une lignée de voitures existantes, car la IX35 se vend chez Hyundai avec des motorisations essence et diesel. Toyota a choisi d'oser une annonce révolutionnaire. De surcroît, le mot Mirai provient d'une racine chinoise qui s'est imposée non seulement en japonais, mais aussi en coréen. Bref, le choix du nom Mirai est un coup génial du marketing de Toyota, car les concurrents pourront difficilement faire mieux.
  • D'autre part, Hyundai donne la parole à quelques cadres supérieurs pour présenter la voiture à hydrogène comme une preuve de sa philosophie New thinking! New Possibilities!  Toyota va bien plus loin qui met en scène son PDG pour marteler que la voiture à hydrogène représente une révolution dans l'industrie automobile.

Pourtant, on pourrait penser que Hyundai et Toyota se sont concertés, car bien des idées annoncées dans la vidéo de Hyundai en mars 2014 sont reprises dans la vidéo de Toyota de novembre 2014.

Les coïncidences suivantes méritent d'être soulignées: 6 mois avant l'annonce de la Mirai par Toyota, Hyundai annonçait

  • que la IX35 est le résultat de 15 ans de R&D (début en 1998).
    Toyota parle de 20 ans de R&D pour la Mirai.
    Ainsi donc, Toyota aurait démarré plus tôt, mais les coréens auraient été plus rapides et plus déterminés pour aboutir à la production en série.
  • que la IX35 à hydrogène est la première étape d'une ère nouvelle.
    De même, le PDG de Toyota annonce que nous sommes à un tournant de l'histoire de l'automobile.
  • que la IX35 à hydrogène est un véhicule hybride.
    La Mirai est aussi un véhicule hybride.
    Dans le monde des voitures à hydrogène, l'hybridation ne se réfère plus à un mariage entre le pétrole et des batteries électriques. L'hybridation est une prouesse technologique qui consiste à récupérer l'énergie des ralentissements et des freinages. On peut supposer que la pile à hydrogène doit disposer d'une batterie auxiliaire pour permettre son bon fonctionnement (notamment en termes d'humidification des membranes de cette pile). L'hybridation est donc une nécessité technologique, en même temps qu'un slogan de marketing qui porte une connotation de sophistication technologique au service du respect de l'environnement.
  • que le bon fonctionnement de la IX35 à hydrogène est garanti pour des conditions de gel jusque -25°C.
    Soit dit en passant, cela suffira pour l'Europe, mais pas encore pour le Canada ou la Sibérie.
  • que les performances de la IX35 à hydrogène sont celles d'une voiture standard.
    Il en va de même pour la Mirai, mais le PDG insiste même sur le fait qu'il s'est chargé lui même de tester le confort des performances de la Mirai, une voiture qu'il annonce comme agréable à conduire, avec un centre de gravité bas.
  • que la IX35 à hydrogène peut être rechargée en quelques minutes pour une autonomie de 600 km.
    Il en va de même pour la Mirai sensée rouler 300 miles avec un seul plein.
    Il s'agit de se démarquer des voitures électriques à batteries qui sont bien moins pratiques que les voitures normales à essence et au diesel.
  • que des crash tests (tests d'impact) ont été effectués pour élaborer la IX35 Fuel Cell.
    Il en va de même pour la Mirai. Toyota et Hyundai insistent sur la sécurité de leur première voiture à hydrogène.
    Il s'agit sans doute de contrer l'image de l'hydrogène qui, dans l'inconscient collectif, est encore trop souvent associé à des explosions (celle du Zeppelin dans le New Jersey en 1937 et celle de la bombe H sur l'île de Bikini en 1952). Ces voitures à hydrogène ont le même degré de sécurité que celui des voitures actuelles à essence et au diesel.
  • que la voiture IX35 à hydrogène est une voiture nettement plus silencieuse qu'une voiture normale.
    La Mirai également.
  • que l'amélioration continue est l'état d'esprit qui guide le développement de la voiture à hydrogène.
    Toyota revendique, à juste titre, d'avoir développé les principes du Kaizen (continuous improvement).
  • que la IX35 à hydrogène va contribuer à préserver l'environnement pour le futur.
    Le patron de Toyota explique que sa Mirai va réduire les dégâts à l'environnement et que l'hydrogène peut être produit même à partir de déchets. Mais il insiste aussi sur le fait économique que l'hydrogène, en diminuant la dépendance par rapport au pétrole, permettra au Japon d'atteindre une certaine autonomie pour ce qui est de son approvisionnement énergétique.
  • que Hyundai dispose de la première ligne de production d'une voiture à hydrogène.
    Toyota annonce que cette ligne est en développement sur son premier site historique.

Bref, il peut sembler que l'annonce par Hyundai de sa IX35 Fuel Cell a servi de brouillon, en quelque sorte, pour l'annonce de la Mirai par le PDG de Toyota. C'est presque un copier-coller amélioré, sauf que Hyundai insiste sur la continuité, alors que l'annonce Toyota insiste sur une révolution ambitieuse vers une avenir greener, safer and easier for everyone (plus vert, plus sûr et plus facile pour tout un chacun).

Le PDG insiste aussi sur le fait que la voiture à hydrogène avec tous ses avantages, ce n'est plus un rêve. Aujourd’hui c'est une réalité martèle-t-il. Il est permis de penser que c'est Hyundai qui a incité Toyota, le numéro 1 mondial de l'automobile, à donner le signal de départ de la course à l'hydrogène. En rendant public un grand nombre de ses brevets en matière d'hydrogène, tout se passe comme si Toyota voulait inciter le monde de l'automobile à prendre un virage avec lui. Il est vrai que la voiture à hydrogène nécessite un réseau de distribution de l'hydrogène et qu'un tel réseau ne se justifie pas pour un seul modèle de voiture.

Ce que même Toyota ne dit pas explicitement, c'est que l'hydrogène renouvelable est bel et bien une révolution qui va faire reculer deux dangers majeurs: le nucléaire et le réchauffement climatique.

En regardant une vidéo de la première IX35 Fuel Cell en Norvège, il est permis de penser que c'est l'Asie qui, par le biais des voitures à hydrogène, imposera l'hydrogène renouvelable en Europe et dans le monde.

Les autres constructeurs automobiles n'ont plus qu'une chose à faire: se dépêcher pour rattraper leur retard par rapport à Hyundai et Toyota.

Il est vrai que VW-Audi est sans doute le pionnier discret de l'introduction de l'hydrogène renouvelable au stade de la fabrication automobile.

A ma connaissance, ni Toyota ni Hyundai ne parlent de décarboner leur fabrication automobile, ce qui est crucial. Sinon, acheter une nouvelle voiture revient à augmenter le réchauffement climatique ou les dangers nucléaires, quelque soit leur motorisation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.