La défense de l’arche

Première victime programmée, l'arche de Paul Brard, que je vous ai déjà présentée dans le billet Arche en ciel. Comment la défendre, en même temps que ma propre librairie-école ? Questions et réponses.

arche-defense
La défense de l’arche

Ma tentative de libérer la parole pour que ses habitants expriment leur contrariété est au point mort depuis quarante jours ; je fais mes premières armes en communication : du contre-plaqué et des affiches devant ma vitrine ne suffisent pas. Et Médiapart ne semble pas le bon média pour toucher ces 51 appartes.

arche-vers-est

Je m’interroge. Déjà, sur le nom de ce blog. Et puis aussi, sur la méthode pour libérer la parole.

La destruction de tout le quartier n’est pas encore arrêtée. Le bâtiment dans lequel se trouve la librairie-école est dans le collimateur, mais le maire, lors de la réunion du 2 octobre ( voir le billet Bouquet-misère https://blogs.mediapart.fr/jean-max-sabatier/blog/031018/bouquet-misere), utilisait l’euphémisme « potentiellement 2024 » pour la construction du bâtiment à l’emplacement de l’actuel centre commercial.

Que signifie ce « potentiellement » ?

Froid dans le dos : « si l’empêcheur de démolir en rond est mort. »

Anxiété : « si on l’exproprie. »

MDR : « s’il prend sa retraite. » Avec la retraite que je vais avoir, et le bonheur que je connais au travail, je prendrai pas de retraite. De plus, j’ai l’intention de faire comme Fontenelle (Entretiens sur la pluralité des mondes): 1657 - 1757 ! Moi je suis né en 1957. Calculez vous-mêmes : 2057. Nourri au grain (pas de viande) ; du bon vin bio ; vélo ; piscine ; mon pain fait moi-même, un jour peut-être idem pour le fromage, qui lui aussi est trop salé ; plaisir, musique, rire et sourire ; tabac et shit terminés depuis belle lurette ; et la fraîcheur des enfants.

MDR encore : « s’il se laisse convaincre. » Après avoir tâté de cette méthode (on annonce d’abord la destruction, on discute après), plus aucune chance.

MDR toujours : « s’il se laisse acheter. » Lisez bien tout le blog, pour comprendre la place que tient le dieu Argent dans ma vie.

Le nom du blog

Ce qui semble arrêté, pour l’instant, c’est l’Arche. C’est donc elle qu’il faut défendre en priorité, non ? Se mettre en quatre pour sauver ce qui n’est peut-être pas encore condamné, c’est mettre la charrue avant les bœufs.

Alors, « Comment empêcher la démolition de l’Arche ?"
Oui, mais ça ne va pas non plus : car ce n’est pas le plus important pour moi. Ce ne serait pas sincère. Ce qui m’a déterminé à embrasser la défense du quartier et de l’Arche, c’est qu’on s’en prenait à ma librairie-école.

Ah là là c’est pas simple !

Et si au contraire j’étendais le sujet (ce que j’ai déjà commencé, d’ailleurs, en invitant Alexandre Dumas, Gandhi, Luther King, Rosa Parks, donald trump, Nietzsche, Kofi Yamgnane, philippe esnol, jean-paul huchon, Raymond Queneau, etc. à mes billets. Et jean-luc mélanchon, mais là, ça a dû être signalé, car j’ai été « dépublié » (autre euphémisme) pour cause de jeu de mot contrepétant, contestable il est vrai, sur son patronyme, avec un adjectif signifiant le contraire de « gentil » et un nom commun réfuté par Brassens dans Le Blason. (Depuis ce jour, je m’impose une règle que je ne respectais pas à 100 %, hélas : j’écris sur Word et je copie ensuite. Ça m’évite de me faire déposséder de mon travail. Et je découvre, à soixante-et-un an, qu'il ne faut pas être grossier !)


Étendre le sujet, ça donnerait par exemple cela :
Comment faire son école soi-même ?
Comment transformer la librairie-école en un lieu de scolarisation ?
Comment faire une école intelligente ?
Comment faire une école qui ne fabrique pas des délinquants, des terroristes, et des énarques ?

Ah là là c’est pas simple ! Pour l’instant, puisqu’on tient un chouette jeu de mot, on va se contenter d’écrire un petit billet : La défense de l’Arche.

Mes appels à exprimer son opposition à la destruction de son cadre de vie, les uns devant ma vitrine (une simple banderole), les autres sur ce blog, n'ont rien donné. C'était à prévoir. La banderole n'a rien de fluo, et Médiapart est un média bourgeois. Il va me falloir mouiller ma chemise. Je vais rédiger un tract et le distribuer dans les boites à lettres de l'Arche. J’ai revu mes deux plénipotentiaires, ceux dont je parle dans le billet Enfants prodigues, enfants prodiges

https://blogs.mediapart.fr/jean-max-sabatier/blog/260918/enfant-prodigue-enfant-prodige

Je leur ai expliqué mes difficultés, et ils m’ont affermi dans mon idée de distribuer des tracts. Ils m’ont dit de faire un truc « qui dure pas dix piges, écrit gros ». D’après les deux gars, certaines personnes sont illettrées, mais dans ce cas, il y a un gamin ou un parent qui saura lire.

Marrant comme ces deux gars sont plus doués que moi en communication ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.