Jean-Paul Richier

Praticien hospitalier

Abonné·e de Mediapart

162 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 avril 2018

Jean-Paul Richier

Praticien hospitalier

Abonné·e de Mediapart

Le préfet de l'Oise s'emmêle les pinceaux

Entre Louis Le Franc, le préfet de l'Oise, et Guy Harlé d'Ophove, le président de la fédération départementale des chasseurs, c'est une histoire d'amour ! Le représentant de l'État semble même partager à certains égards l'inculture si répandue chez les exaltés de la gâchette.

Jean-Paul Richier

Praticien hospitalier

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme je le notais il y a 4 mois dans mon billet "Gendarmes et chasseurs main dans la main dans l'Oise", c'est sous la houlette du préfet Didier Martin que se sont tissées les tendres relations entre les gendarmes et les chasseurs du département.

Louis Le Franc remplace Didier Martin à la préfecture de Beauvais depuis fin octobre 2017, mais lui aussi fait les yeux doux aux passionnés de la tuerie.

Lors de la dernière assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs de l'Oise le 7 avril dernier, il est venu assurer chasseurs et veneurs de son affectueux soutien.

Y était donc présent Guy-Guy, dont je brossais le portrait dans le billet sus-cité.

Et y était présent Willy Schraen, président de la FDC Pas-de-Calais et de la Fédération nationale des chasseurs, dont je rappelais dans un billet précédent ("Les chasseurs, espèce menacée ou espèce menaçante ?") qu'il avait appelé à chasser dans l'illégalité début 2014.

Seulement Louis Le Franc, tout en rappelant avec hauteur que sa mission était de faire appliquer la loi, a donné à voir qu'il confondait délit et contravention, sur un sujet pourtant au cœur-même du débat, ce qui la fout mal pour un préfet.

Le préfet de l'Oise à l'AG des chasseurs © Jean-Paul Richier

Il faut dire que M Le Franc n'est pas passé par la filière Sciences-Po/ ENA, il a fait un DEUG de Sciences Éco, puis Saint-Cyr, le droit ne doit pas être son fort.

Et il a passé une douzaine d'années comme officier de l'Armée de terre avant d'intégrer la préfectorale, d'où peut-être une nostalgie des armes…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.