Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 déc. 2018

Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

Que désigne le terme « fondamentalisme » ?

Si on veut un titre benêt à la mode, ça donnerait : « Au fait, c'est quoi le fondamentalisme ? »

Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Définition

La tendance fondamentaliste établit et met en œuvre les croyances et les pratiques religieuses en privilégiant :
. la vérité intangible au dépens du droit à la critique ;
. l'hétéronomie (soumission aux textes religieux) au dépens de l'intelligence (réflexion éthique) ;
. le scripturalisme (référence littérale aux textes) au dépens de l'exégèse (interprétation des textes) ;
. l'hypernormativité (le contrôle de tous les aspects de l'existence) au dépens de la tolérance ;
. la tradition au dépens de la modernité, le fixisme au dépens de l'évolution en fonction des contextes ;
. l'exclusion au dépens du dialogue, l'isolationnisme au dépens de l'échange.

Il est en fait difficile de définir les critères du fondamentalisme religieux, puisque les critères ci-dessus sont en quelque sorte l'essence de toute religion, en tout cas des religions du Livre.

Disons que la définition du fondamentalisme superpose plusieurs aspects :
- la rigidité de l'interprétation des textes dans les croyances et l'élaboration des règles (prescriptions et proscriptions),
- l'étendue de l'application des règles dans les différents domaines de l'existence : religieux, personnel, privé, public, institutionnel…
- la rigidité de la pratique exigée, sous peine de sanctions divines ou humaines.

Difficultés d'évaluation

Si le concept de fondamentalisme renvoie à une « orthodoxie », c'est-à-dire la pensée conforme aux principes religieux (les détails de ce qu'il faut croire, ce qu'il faut vénérer, ce qu'il faut rejeter…), il renvoie aussi à une « orthopraxie », c'est-dire la conduite conforme aux règles religieuses (la tenue vestimentaire, les convenances sociales, les prières, l'alimentation, les arts et divertissements autorisés, le statut de la femme dans le foyer, dans l'espace public et dans la société…)

C'est bien sûr aux données « orthopraxiques », en ce sens qu'elle peuvent s'observer, que se référera l'observateur extérieur, notamment occidental, pour évoquer un « fondamentalisme » musulman. Or, il n'est pas évident de déterminer dans quelle mesure ces règles observables dépendent de règles religieuses explicites, ou bien de facteurs culturels, coutumiers, et géographiques (dans un même pays, elles peuvent varier selon l'ethnie ou la zone géographique).

Les mouvements fondamentalismes musulmans

Nous allons aborder plus loin le salafisme, mais d'autres mouvements fondamentalistes sunnites existent.
Ceux-ci ont généralement en commun d'être nés en réaction à la domination occidentale britannique. Ainsi :
- Le mouvement deobandi, né dans les Indes britanniques vers 1867 (qui a inspiré le parti Jamiat Ulema-e-Islam (F) au Pakistan, et le mouvement taliban en Afghanistan).
- Le mouvement tabligh, né également dans les Indes britanniques vers 1927, mouvement resté en dehors de la politique mais activement missionnaire et prédicateur, incitant les musulmans à suivre l'exemple de Mahomet, à revenir aux pratiques orthodoxes (orthopraxie), à ne pas se mêler à la société impie. Le mouvement tabligh est en règle considéré, avec le mouvement salafiste, comme le principal mouvement fondamentaliste missionnaire sunnite. Ce mouvement, quoique en déclin, a connu une expansion internationale, y compris en France, même si le terme « tabligh » y reste très méconnu par rapport au terme « salafisme ».

- Le parti pakistanais Jamaat-e-Islami a aussi vu le jour dans les Indes britanniques vers 1941.

- Les Frères musulmans, nés en 1928 en Egypte, alors que celle-ci était une monarchie sous protectorat britannique. Ils ont longtemps été considérés comme des fondamentalistes, même si à présent ils passent pour plus modérés. L'histoire en est complexe et mouvementée, ils ont eu plusieurs branches et plusieurs modes opératoires, du mode missionnaire au mode terroriste en passant par le mode politique. Ils ont eu et continuent à avoir des ramifications dans de nombreux pays.

Rappel : L'Église et ses fondamentaux

Là encore, n'oublions pas ce que fut durant des siècles et des siècles notre chère Église catholique, apostolique et romaine, avant qu'elle ne tente de raccrocher son wagon en catastrophe au monde moderne par le Concile Vatican II (1962-1965).

Et n'oublions pas qu'elle continue à se caractériser, depuis la réforme grégorienne du XIe siècle, par l'imposition du célibat et de la chasteté aux professionnels de la religion.
Dans le monde islamique, les imams, les oulemas, le muftis et autres mollahs sont normalement mariés.
Bon, heureusement, les clercs catholiques peuvent assouvir leurs pulsions sur les enfants qui leur sont confiés. 

Ah, soyons juste, il y a une autre (une seule) religion où les moines sont tenus au célibat et à la chasteté. Elle concerne 500 millions de gens. C'est le bouddhisme. Donc, chers amis bobos embobinés par les bouddhas, surtout n'oubliez pas de bannir le sexe pour être à la hauteur de vos modèles ;-)

Dans l'article suivant, nous aborderons la question du salafisme.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard
Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez