Que désigne le terme « fondamentalisme » ?

Si on veut un titre benêt à la mode, ça donnerait : « Au fait, c'est quoi le fondamentalisme ? »

Définition

La tendance fondamentaliste établit et met en œuvre les croyances et les pratiques religieuses en privilégiant :
. la vérité intangible au dépens du droit à la critique ;
. l'hétéronomie (soumission aux textes religieux) au dépens de l'intelligence (réflexion éthique) ;
. le scripturalisme (référence littérale aux textes) au dépens de l'exégèse (interprétation des textes) ;
. l'hypernormativité (le contrôle de tous les aspects de l'existence) au dépens de la tolérance ;
. la tradition au dépens de la modernité, le fixisme au dépens de l'évolution en fonction des contextes ;
. l'exclusion au dépens du dialogue, l'isolationnisme au dépens de l'échange.

Il est en fait difficile de définir les critères du fondamentalisme religieux, puisque les critères ci-dessus sont en quelque sorte l'essence de toute religion, en tout cas des religions du Livre.

Disons que la définition du fondamentalisme superpose plusieurs aspects :
- la rigidité de l'interprétation des textes dans les croyances et l'élaboration des règles (prescriptions et proscriptions),
- l'étendue de l'application des règles dans les différents domaines de l'existence : religieux, personnel, privé, public, institutionnel…
- la rigidité de la pratique exigée, sous peine de sanctions divines ou humaines.

islam-barbes

Difficultés d'évaluation

Si le concept de fondamentalisme renvoie à une « orthodoxie », c'est-à-dire la pensée conforme aux principes religieux (les détails de ce qu'il faut croire, ce qu'il faut vénérer, ce qu'il faut rejeter…), il renvoie aussi à une « orthopraxie », c'est-dire la conduite conforme aux règles religieuses (la tenue vestimentaire, les convenances sociales, les prières, l'alimentation, les arts et divertissements autorisés, le statut de la femme dans le foyer, dans l'espace public et dans la société…)

C'est bien sûr aux données « orthopraxiques », en ce sens qu'elle peuvent s'observer, que se référera l'observateur extérieur, notamment occidental, pour évoquer un « fondamentalisme » musulman. Or, il n'est pas évident de déterminer dans quelle mesure ces règles observables dépendent de règles religieuses explicites, ou bien de facteurs culturels, coutumiers, et géographiques (dans un même pays, elles peuvent varier selon l'ethnie ou la zone géographique).

islam-persepolis

Les mouvements fondamentalismes musulmans

Nous allons aborder plus loin le salafisme, mais d'autres mouvements fondamentalistes sunnites existent.
Ceux-ci ont généralement en commun d'être nés en réaction à la domination occidentale britannique. Ainsi :

- Le mouvement deobandi, né dans les Indes britanniques vers 1867 (qui a inspiré le parti Jamiat Ulema-e-Islam (F) au Pakistan, et le mouvement taliban en Afghanistan).

- Le mouvement tabligh, né également dans les Indes britanniques vers 1927, mouvement resté en dehors de la politique mais activement missionnaire et prédicateur, incitant les musulmans à suivre l'exemple de Mahomet, à revenir aux pratiques orthodoxes (orthopraxie), à ne pas se mêler à la société impie. Le mouvement tabligh est en règle considéré, avec le mouvement salafiste, comme le principal mouvement fondamentaliste missionnaire sunnite. Ce mouvement, quoique en déclin, a connu une expansion internationale, y compris en France, même si le terme « tabligh » y reste très méconnu par rapport au terme « salafisme ».

- Le parti pakistanais Jamaat-e-Islami a aussi vu le jour dans les Indes britanniques vers 1941.

- Les Frères musulmans, nés en 1928 en Egypte, alors que celle-ci était une monarchie sous protectorat britannique. Ils ont longtemps été considérés comme des fondamentalistes, même si à présent ils passent pour plus modérés. L'histoire en est complexe et mouvementée, ils ont eu plusieurs branches et plusieurs modes opératoires, du mode missionnaire au mode terroriste en passant par le mode politique. Ils ont eu et continuent à avoir des ramifications dans de nombreux pays.

Rappel : L'Église et ses fondamentaux

Là encore, n'oublions pas ce que fut durant des siècles et des siècles notre chère Église catholique, apostolique et romaine, avant qu'elle ne tente de raccrocher son wagon en catastrophe au monde moderne par le Concile Vatican II (1962-1965).

Et n'oublions pas qu'elle continue à se caractériser, depuis la réforme grégorienne du XIe siècle, par l'imposition du célibat et de la chasteté aux professionnels de la religion.
Dans le monde islamique, les imams, les oulemas, le muftis et autres mollahs sont normalement mariés.
Bon, heureusement, les clercs catholiques peuvent assouvir leurs pulsions sur les enfants qui leur sont confiés. 

Ah, soyons juste, il y a une autre (une seule) religion où les moines sont tenus au célibat et à la chasteté. Elle concerne 500 millions de gens. C'est le bouddhisme. Donc, chers amis bobos embobinés par les bouddhas, surtout n'oubliez pas de bannir le sexe pour être à la hauteur de vos modèles ;-)

islam-nenfants-1

 

Dans l'article suivant, nous aborderons la question du salafisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.