Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

660 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2021

Que serait une école où la volonté d’exister n’aurait pas sa place ?

Poser comme principe que la volonté d’exister n’a pas sa place à l’école est-il compatible avec l’ambition de notre école républicaine ?

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une interview exclusive accordée au magazine ELLE et publiée le 1er juillet 2021[1], le Président de la République utilise à propos de la liberté, vestimentaire notamment, à l’Ecole, une formule générale préoccupante.

« Je suis pour la liberté. J’ai été élevé de cette manière, et nos petits-enfants le sont aussi. Mais la liberté ne vaut que lorsqu’il y a des règles de vie commune. À la maison ou chez des amis, c’est une chose. À l’école, je suis plutôt “tenue décente exigée”, aussi bien pour les filles que pour les garçons.

Je ne suis pas un défenseur de l’uniforme, mais tout ce qui vous renvoie à une identité, une volonté de choquer ou d’exister n’a pas sa place à l’école. On peut tenir compte de la part de fantaisie d’un ado et tenir bon sur certains principes ! »

Il est heureux que le Président souligne qu’il s’agit d’une exigence valable « aussi bien pour les filles que pour les garçons ». Mais,  à partir du moment où il se présente comme n’étant « pas un défenseur de l’uniforme », ne va-t-il pas trop loin en affirmant que « tout ce qui renvoie à une identité, une volonté de choquer ou d’exister n’a pas sa place à l’école » ?

D’après le code de l’éducation, seule la manifestation d’une appartenance religieuse, politique ou commerciale est contraire aux principes de neutralité du service public appliqués aux élèves comme aux personnels.  Mais en quoi l’affirmation d’une identité artistique, territoriale, culturelle, personnelle, serait-elle incompatible avec le bon ordre scolaire ?

On se souvient d’une époque pas si lointaine -2019- où un(e) élève venant au collège avec des cheveux teints en bleu se voyait refuser l’accès à l’établissement[2]. L’adolescence n’est-elle pas l’âge des transgressions, et l’exclusion de l’école est-elle vraiment la seule réponse éducative à apporter à ces manifestations adolescentes ? Il est permis d’en douter.

 On ne reviendra pas ici sur ce qu’on a déjà écrit sur ce blog à propos des tenues appropriées aux établissements scolaires, qu’il s’agisse d’une professeure portant un masque arc-en-ciel au lycée[3] ou des assignations de genre à l’école[4]. On s’attardera un peu plus en revanche sur le propos du président voulant bannir de l’école « tout ce qui renvoie à une volonté d’exister ». Redoutable affirmation en effet. Parmi les acquisitions que l’école doit se préoccuper d’assurer à tous les élèves, les compétences de vie sont essentielles. Il s’agit de favoriser l’engagement dans la vie de l’établissement scolaire comme dans la cité, dans des activités scolaires ou éducatives diverses, touchant à la solidarité, à l’entraide, à la coopération, au développement de talents personnels les plus divers. Concevoir l’école comme incompatible avec la volonté d’exister des élèves, ne serait-ce pas substituer à ce qu’on appelle du terme même de « vie scolaire », une sorte de mort scolaire ? On a connu les lycées casernes, rêverait-on aujourd’hui de lycées mausolées ?

Il ne s’agit pas ici de faire un mauvais procès. Il s’agit de constater que cette déclaration s’inscrit dans une suite de faits  déjà commentés sur ce blog, et de propos ministériels comme l’affirmation qu'« il faut s’habiller d’une façon républicaine » à l’école[5]. Il s’agit donc tout simplement de rappeler que, à trop vouloir défendre ou restaurer l’école des anciens francs, en posant des « principes » tels que celui du refus de la volonté d’exister, on ne permet pas à cette institution républicaine d’assurer aux élèves qu’elle forme le bagage culturel et humain indispensable pour affronter, avec tous les atouts personnels et collectifs nécessaires, le monde de demain.

______________________________________________________

[1] https://www.elle.fr/Societe/News/Emmanuel-Macron-son-entretien-exclusif-avec-ELLE-3934484

[2] https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/indre-et-loire-pas-de-cheveux-bleus-au-college

[3]  https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/070621/professeure-au-masque-arc-en-ciel-de-l-obligation-de-neutralite-l-abus-d-autorite

[4] https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/181220/tenue-correcte-en-finir-avec-les-assignations-de-genre-l-ecole

[5] https://www.franceinter.fr/societe/tenue-republicaine-pour-aller-a-l-ecole-jean-michel-blanquer-moque-sur-twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L'affaire des « Biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com