Que serait une école où la volonté d’exister n’aurait pas sa place ?

Poser comme principe que la volonté d’exister n’a pas sa place à l’école est-il compatible avec l’ambition de notre école républicaine ?

Dans une interview exclusive accordée au magazine ELLE et publiée le 1er juillet 2021[1], le Président de la République utilise à propos de la liberté, vestimentaire notamment, à l’Ecole, une formule générale préoccupante.

« Je suis pour la liberté. J’ai été élevé de cette manière, et nos petits-enfants le sont aussi. Mais la liberté ne vaut que lorsqu’il y a des règles de vie commune. À la maison ou chez des amis, c’est une chose. À l’école, je suis plutôt “tenue décente exigée”, aussi bien pour les filles que pour les garçons.

Je ne suis pas un défenseur de l’uniforme, mais tout ce qui vous renvoie à une identité, une volonté de choquer ou d’exister n’a pas sa place à l’école. On peut tenir compte de la part de fantaisie d’un ado et tenir bon sur certains principes ! »

Il est heureux que le Président souligne qu’il s’agit d’une exigence valable « aussi bien pour les filles que pour les garçons ». Mais,  à partir du moment où il se présente comme n’étant « pas un défenseur de l’uniforme », ne va-t-il pas trop loin en affirmant que « tout ce qui renvoie à une identité, une volonté de choquer ou d’exister n’a pas sa place à l’école » ?

D’après le code de l’éducation, seule la manifestation d’une appartenance religieuse, politique ou commerciale est contraire aux principes de neutralité du service public appliqués aux élèves comme aux personnels.  Mais en quoi l’affirmation d’une identité artistique, territoriale, culturelle, personnelle, serait-elle incompatible avec le bon ordre scolaire ?

On se souvient d’une époque pas si lointaine -2019- où un(e) élève venant au collège avec des cheveux teints en bleu se voyait refuser l’accès à l’établissement[2]. L’adolescence n’est-elle pas l’âge des transgressions, et l’exclusion de l’école est-elle vraiment la seule réponse éducative à apporter à ces manifestations adolescentes ? Il est permis d’en douter.

 On ne reviendra pas ici sur ce qu’on a déjà écrit sur ce blog à propos des tenues appropriées aux établissements scolaires, qu’il s’agisse d’une professeure portant un masque arc-en-ciel au lycée[3] ou des assignations de genre à l’école[4]. On s’attardera un peu plus en revanche sur le propos du président voulant bannir de l’école « tout ce qui renvoie à une volonté d’exister ». Redoutable affirmation en effet. Parmi les acquisitions que l’école doit se préoccuper d’assurer à tous les élèves, les compétences de vie sont essentielles. Il s’agit de favoriser l’engagement dans la vie de l’établissement scolaire comme dans la cité, dans des activités scolaires ou éducatives diverses, touchant à la solidarité, à l’entraide, à la coopération, au développement de talents personnels les plus divers. Concevoir l’école comme incompatible avec la volonté d’exister des élèves, ne serait-ce pas substituer à ce qu’on appelle du terme même de « vie scolaire », une sorte de mort scolaire ? On a connu les lycées casernes, rêverait-on aujourd’hui de lycées mausolées ?

Il ne s’agit pas ici de faire un mauvais procès. Il s’agit de constater que cette déclaration s’inscrit dans une suite de faits  déjà commentés sur ce blog, et de propos ministériels comme l’affirmation qu'« il faut s’habiller d’une façon républicaine » à l’école[5]. Il s’agit donc tout simplement de rappeler que, à trop vouloir défendre ou restaurer l’école des anciens francs, en posant des « principes » tels que celui du refus de la volonté d’exister, on ne permet pas à cette institution républicaine d’assurer aux élèves qu’elle forme le bagage culturel et humain indispensable pour affronter, avec tous les atouts personnels et collectifs nécessaires, le monde de demain.

______________________________________________________

[1] https://www.elle.fr/Societe/News/Emmanuel-Macron-son-entretien-exclusif-avec-ELLE-3934484

[2] https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/indre-et-loire-pas-de-cheveux-bleus-au-college

[3]  https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/070621/professeure-au-masque-arc-en-ciel-de-l-obligation-de-neutralite-l-abus-d-autorite

[4] https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/181220/tenue-correcte-en-finir-avec-les-assignations-de-genre-l-ecole

[5] https://www.franceinter.fr/societe/tenue-republicaine-pour-aller-a-l-ecole-jean-michel-blanquer-moque-sur-twitter

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.