Autisme : Facteurs de la grossesse, langage domestique, tests pour les tout-petits

Revue de différentes recherches, qui confirment ou ne confirment pas des publications précédentes. Facteurs lors de la grossesse, bilinguisme, ADOS pour les tout-petits, chevauchement psychiatrique, etc.

spectrumnews.org Traduction de : "Null and Noteworthy: Pregnancy factors, household language, toddler tests"

Négatif et digne d'intérêt : Facteurs de grossesse, langage domestique, tests pour les tout-petits 
par Laura Dattaro / 20 mai 2021

Il y a deux semaines, Spectrum a couvert la conférence de l'International Society for Autism Research, qui s'est tenue virtuellement pour des raisons évidentes. Les résultats invalides étaient nombreux dans le gigantesque livre des résumés de la conférence - 874 pages - et j'espère que certains d'entre eux feront l'objet d'un examen par les pairs, d'une publication et finalement de ce bulletin d'information.

En attendant, voici une nouvelle série de résultats publiés qui se sont révélés non concluants ou qui ont reproduit des résultats antérieurs. Merci à tous ceux qui nous ont fait part de leurs commentaires sur le premier numéro de la lettre d'information. Comme toujours, vous pouvez envoyer vos réflexions, idées, études intéressantes et photos de chats à laura@spectrumnews.org.

Soulagement de la douleur

Un cathéter épidural en place. © Wikipedia . User:Ravedave Un cathéter épidural en place. © Wikipedia . User:Ravedave
En octobre, un groupe de chercheurs californiens a constaté une augmentation apparente de la probabilité qu'un enfant soit autiste si sa mère a eu une péridurale pendant le travail. L'étude a suscité de nombreuses critiques et inquiétudes, notamment parce qu'elle ne tenait pas compte des facteurs de confusion. C'est ce qu'a fait une nouvelle étude, en tenant compte d'un grand nombre de facteurs potentiels, notamment le statut socio-économique de la femme, des conditions telles que l'anxiété ou l'hypertension avant ou pendant la grossesse, et l'âge gestationnel de l'enfant à la naissance. Parmi les 123 175 enfants nés au Canada entre 2005 et 2016, les chercheurs ont constaté qu'il n'y avait aucun lien entre le recours à la péridurale par une femme et les chances que son enfant soit autiste. Ils appellent les chercheurs à examiner comment ces deux études ont pu affecter la perception de la péridurale par les cliniciens et les mères.

Les résultats ont été publiés dans "JAMA Pediatrics" en avril.

Une nouvelle étude au Canada conclut à l'absence de liens entre l'autisme et l'analgésie par péridurale lors de l'accouchement.

Chevauchement psychiatrique 

Une autre étude récente a la particularité d'avoir à la fois un résultat négatif et une réplication. Selon des recherches antérieures, les personnes autistes sont plus susceptibles que les personnes non autistes de souffrir de troubles psychiatriques tels que la dépression, tout comme leurs parents, même s'ils ne sont pas eux-mêmes autistes. Les nouveaux travaux confirment cette association chez 1 367 enfants autistes, 1 750 enfants présentant un retard de développement et 1 671 témoins aux États-Unis. Les chercheurs ont également examiné l'utilisation d'inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), couramment utilisés pour traiter la dépression, chez les femmes enceintes et n'ont trouvé aucune association avec les risques d'autisme chez leurs enfants.

Ces travaux ont été publiés dans "Biological Psychiatry" en avril.

Avantages du polyglotte

Comme de nombreux enfants autistes ont des difficultés de langage, certains cliniciens recommandent aux familles de ne parler qu'une seule langue avec eux. Mais les recherches montrent de plus en plus que le multilinguisme n'est pas nuisible aux enfants autistes et qu'il peut même être utile, comme le suggèrent les études pour les enfants non autistes. Une étude portant sur 120 enfants autistes d'âge préscolaire recevant une thérapie en anglais en Australie, dont la moitié vit dans des foyers où l'on parle au moins une autre langue, apporte une confirmation supplémentaire. Lors d'une première évaluation, les enfants dont la famille ne parlait que l'anglais à la maison avaient des compétences linguistiques et sociales légèrement supérieures. Toutefois, au bout d'un an, les compétences des enfants s'étaient également améliorées, ce qui suggère que les familles qui souhaitent parler plusieurs langues peuvent le faire "sans craindre un effet néfaste sur les résultats de la communication sociale", ont écrit les chercheurs.

Ces travaux ont été publiés en mars dans le "Journal of Autism and Developmental Disorders."

Test des tout-petits

L'ADOS (Autism Diagnostic Observation Schedule) est considéré comme un "étalon-or" pour l'évaluation de l'autisme, mais la version conçue pour être utilisée chez les tout-petits n'a pas été suffisamment validée, et les chercheurs ne savent pas quel score seuil utiliser pour établir un diagnostic d'autisme. Une étude menée en 2009 sur 182 enfants en bas âge a utilisé un algorithme pour déterminer le seuil le plus approprié ; une nouvelle reproduction de cette étude sur 412 enfants en bas âge a permis de déterminer le même score exact.

Les résultats ont été publiés dans la revue "Autism Research" en mars.

Et aussi

  •     Les enfants diagnostiqués autistes avant l'âge de 12 ans ont autant de chances que leurs pairs non autistes de terminer la neuvième année [=3ème], selon une étude portant sur près de 9 000 enfants au Danemark, bien qu'ils aient moins de chances de terminer une scolarité supérieure ou d'être employés à l'âge de 25 ans.
  •     L'examen de plus de 20 articles de l'étude Early Markers for Autism a révélé des résultats négatifs : il n'y avait aucune association entre l'autisme et les niveaux de vitamine D, de mercure ou de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) chez les femmes enceintes et leurs nouveau-nés.
  •     Des changements dans les sensibilités sensorielles peuvent perturber le sommeil des enfants autistes d'âge préscolaire, selon une nouvelle étude qui s'appuie sur des résultats similaires.
  •     Les mutations du gène SIN3B sont à l'origine d'une affection dont les caractéristiques comprennent l'autisme, la déficience intellectuelle et le retard de développement ; ce gène appartient à la même famille que le gène SIN3A, lié à l'autisme.
  •    Une analyse de 23 études sur la reconnaissance des émotions basée sur la prosodie - les rythmes et les intonations du discours d'une personne - a révélé des différences entre les personnes autistes et non autistes, mais a souligné que ce résultat pouvait refléter des biais de publication : "Il est généralement plus difficile de publier des résultats non significatifs que des résultats significatifs", ont écrit les chercheurs, "il est donc possible que des études présentant des résultats non significatifs (ou même de meilleures performances chez les participants avec [autisme]) se soient vu refuser la possibilité d'être publiées."
  •     Et enfin, dans une interview qui m'a fait craquer, Retraction Watch s'est entretenu avec un expert en analyse comportementale appliquée qui, dans le but de remédier à la "crise de la réplication" en psychologie, a reproduit un célèbre article de 1974 documentant une tentative infructueuse de surmonter le blocage de l'écrivain - aka, une page blanche. (Divulgation : Retraction Watch a été cofondé par le rédacteur en chef de Spectrum, Ivan Oransky).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.