Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1502 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Le potentiel des psychédéliques dans le traitement de l'autisme

LSD, psilocybine, ecasy : des personnes autistes les ont expérimentés, des essais cherchent à identifier les résultats favorables chez des personnes autistes.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Tripping over the potential of psychedelics for autism" par Alla Katsnelson / 31 mai 2022

Himalayan II © Luna TMG Flickr

Aaron Orsini a pris la drogue psychédélique LSD pour la première fois à l'âge de 27 ans, environ quatre ans après avoir été diagnostiqué autiste. L'expérience, en 2014, a transformé sa vie : au cours de son "trip sous acide", il a marché dans les bois et a rencontré une autre personne, et dans un simple échange de salutations, il dit avoir ressenti une joie profonde et une compréhension de la connexion humaine qu'il ne connaissait pas auparavant.

Depuis lors, Orsini a continué à prendre périodiquement du LSD, ainsi qu'une autre substance psychédélique, la psilocybine. Selon lui, des doses faibles à modérées de LSD le rendent "capable de ressentir et de nommer plus directement mes propres états émotionnels - et de percevoir les indices relatifs aux états émotionnels des autres".

Orsini a vécu des expériences tout aussi profondes en prenant une autre substance, la MDMA, communément appelée ecstasy ou molly - une drogue psychoactive qui n'est généralement pas considérée comme psychédélique mais qui partage certains effets et cibles biochimiques similaires. La MDMA l'a aidé non seulement à ressentir l'amélioration des liens sociaux décrite par de nombreux utilisateurs, mais aussi à réexaminer et à gérer les traumatismes, la confusion et le doute qu'il ressent en tant qu'autiste dans un monde essentiellement non autiste.

Orsini a détaillé ses expériences dans un livre auto-publié en 2019, "Autism on Acid", et un an plus tard, il a cofondé un groupe de soutien par les pairs appelé Autistic Psychedelic Community. Certaines personnes décrivent de mauvaises expériences, dit Orsini, mais un nombre croissant de personnes autistes dans son forum, et dans d'autres axés sur l'autisme plus généralement, partagent leurs impressions fortement positives sur ces substances.

Malgré cet enthousiasme, les chercheurs hésitent quant aux promesses des psychédéliques pour les personnes autistes. Le potentiel thérapeutique est loin d'être invraisemblable : des études sur des modèles animaux montrent des résultats positifs pour la MDMA en particulier. Et les psychédéliques agissent principalement sur le système sérotoninergique, qui est déjà impliqué dans l'autisme.

Pourtant, les chercheurs ne savent pas comment les différences biologiques qui sous-tendent ce trouble - qu'il s'agisse de la production de signaux sérotoninergiques, du câblage du cerveau ou d'autres facteurs - peuvent interférer avec les effets des drogues. Et les chercheurs et les entreprises pharmaceutiques qui étudient ces questions doivent mettre en balance les avantages potentiels et les risques : la MDMA, qui est un dérivé des amphétamines, peut être utilisée à mauvais escient, par exemple, et le LSD et la psilocybine peuvent provoquer des épisodes de psychose.

"Il y a beaucoup de prudence, mais il y a certainement des discussions", déclare Clinton Canal, professeur adjoint de sciences pharmaceutiques à l'université Mercer d'Atlanta, en Géorgie. "Je pense que la grande question est que nous avons besoin de beaucoup plus de recherches".

Il est difficile d'ignorer le boom actuel des études sur les thérapies psychédéliques pour toute une série d'affections neuropsychiatriques, notamment le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), la douleur chronique et la dépression réfractaire. Plusieurs dizaines d'entreprises testent des composés psychédéliques ou apparentés pour traiter ces affections.

À ce jour, peu de travaux ont étudié directement le rôle que ces substances pourraient jouer dans l'atténuation des traits de l'autisme. Pourtant, la recherche sur les psychédéliques en tant que thérapies pour l'autisme a une histoire documentée : une douzaine de petites études menées de la fin des années 1950 aux années 1970 ont testé des composés psychédéliques - principalement le LSD, la psilocybine et un analogue synthétique du LSD - chez des enfants et des adolescents autistes.

"Aucune de ces études ne serait valable aujourd'hui", affirme Alicia Danforth, psychologue clinicienne en cabinet privé et chercheuse au Lundquist Institute for Biomedical Innovation du Harbor-UCLA Medical Center de Torrance, en Californie, notamment parce que les critères de diagnostic de l'autisme ont changé depuis. En outre, ces études ne portaient que sur une centaine d'enfants au total, et la plupart d'entre elles étaient fondées sur l'observation, avec des mesures de résultats mal définies. Deux seulement s'approchent des normes modernes, dit-elle, et la plupart d'entre elles - qui incluaient des enfants âgés de 5 ans seulement ou présentant une déficience intellectuelle - seraient jugées contraires à l'éthique selon les directives actuelles.

Dans plusieurs cas, les enfants ont éprouvé la panique et la peur intenses caractéristiques d'un "bad trip", mais dans l'ensemble, les études suggèrent que de nombreux enfants ont bénéficié des drogues, du moins à court terme, en montrant des gains de réactivité émotionnelle, par exemple.

Danforth et ses collègues ont mené la seule étude depuis lors dans laquelle des personnes autistes ont pris une substance de type psychédélique - dans ce cas, la MDMA. Ces travaux ont été financés par l'Association multidisciplinaire pour les études psychédéliques, une organisation à but non lucratif qui a également soutenu la recherche sur les substances psychédéliques et qui a obtenu des résultats positifs l'année dernière dans un essai de phase avancée utilisant la MDMA pour traiter le SSPT.

L'essai de Danforth, publié en 2018, était de petite taille mais a donné des résultats prometteurs, dit-elle. Huit adultes autistes ayant de faibles besoins de soutien ont pris de la MDMA, et quatre ont pris un placebo, pendant deux séances de psychothérapie de huit heures, espacées d'environ un mois. Tous les participants ont ensuite suivi trois autres séances de psychothérapie sans médicaments. Ceux qui avaient pris de la MDMA ont constaté une réduction marquée de leur anxiété sociale, mesurée par une échelle d'anxiété sociale administrée par un clinicien - un effet qui a duré au moins plusieurs mois. Par la suite, les quatre personnes qui avaient reçu le placebo se sont vu proposer - et ont accepté - de prendre de la MDMA.

"On a constaté une baisse notable et durable des scores d'anxiété sociale", déclare Danforth. Un participant n'a pas réagi à la drogue, a-t-elle noté, ajoutant que les premières estimations suggèrent qu'environ 10 % des personnes ne réagissent pas. Sept participants l'ont contactée après l'étude - dont un pas plus tard que l'année dernière - simplement pour lui dire à quel point leur expérience avec le médicament avait été positive.

"Cela ne fonctionne pas pour tout le monde. Mais quand ça marche, ça peut être très profond", dit-elle.

Les études de laboratoire soutiennent l'idée que la MDMA en particulier pourrait être bénéfique aux personnes autistes, affirme Robert Malenka, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à l'université Stanford en Californie. "Mon sentiment personnel est qu'il pourrait y avoir une place dans l'arsenal des médicaments pour la MDMA" dans le traitement de l'autisme. Le professeur et ses collègues ont rapporté en 2021 que cette drogue améliore la sociabilité de quatre modèles de souris autistes.

Il existe moins de preuves précliniques pour les psychédéliques classiques tels que le LSD et la psilocybine, bien que leur mécanisme d'action suggère également qu'ils ont un potentiel. Contrairement à la MDMA, qui agit principalement sur les molécules qui transportent la sérotonine et d'autres neurotransmetteurs, ces drogues agissent en grande partie en stimulant un récepteur spécifique de la sérotonine appelé 5-HT2A. Selon Gabriella Gobbi, professeure de psychiatrie à l'université McGill de Montréal (Canada), des décennies de recherche suggèrent que les personnes autistes présentent des niveaux réduits de sérotonine dans le cerveau, bien que la nature de ce lien soit mal comprise.

Pour comprendre si et comment les composés psychédéliques pourraient être utilisés pour traiter l'autisme, les chercheurs devront délimiter plus soigneusement la biologie sous-jacente, estime Gabriella Gobbi, et déterminer lesquels des nombreux récepteurs de la sérotonine sont particulièrement importants pour cette condition. "Nous proposons de revoir l'hypothèse sérotoninergique de l'autisme", dit-elle.

Une grande partie de la recherche sur le rôle de la sérotonine dans les troubles neuropsychiatriques se concentre sur le récepteur 2A de la sérotonine, dit Canal. Mais son laboratoire, qui explore des thérapies à base de sérotonine pour le syndrome du X fragile, une cause génétique majeure de l'autisme, étudie également d'autres sous-types de récepteurs de la sérotonine. Leurs études suggèrent que le ciblage d'autres récepteurs, tels que les récepteurs 5-HT1A et 5-HT1B, améliore les comportements sociaux, prévient les crises provoquées par les sons et diminue l'anxiété chez les modèles de souris.

Indépendamment de la cible, certains essais de médicaments pour des conditions liées à l'autisme ont probablement échoué en raison de l'hétérogénéité de l'autisme, et ce problème pourrait également compliquer les études sur les psychédéliques pour l'autisme, selon Gobbi. "Il est possible que certains syndromes autistiques soient liés plus spécifiquement au récepteur de la sérotonine, donc peut-être que dans certains sous-types d'autisme, les psychédéliques pourraient être bons - mais pas dans tous."

La transmission du LSD active également la voie mTOR, ont rapporté Gobbi et ses collègues l'année dernière. Mais comme certaines formes génétiques d'autisme, comme la sclérose tubéreuse, présentent des perturbations de la voie mTOR, le LSD et les autres médicaments qui agissent sur cette voie pourraient ne pas fonctionner de la même manière chez ces personnes, dit-elle.

Les différences individuelles dans la réponse biologique des personnes aux psychédéliques peuvent également être révélatrices, déclare Grainne McAlonan, professeure de neurosciences translationnelles au Kings College de Londres (Royaume-Uni). Avec ses collègues, elle cherche à recruter 40 personnes autistes dont l'autisme n'a pas de cause génétique connue, ainsi que 30 personnes non autistes, pour étudier comment de petites doses de psilocybine - probablement trop faibles pour induire des effets psychoactifs, mais pas aussi faibles que les "microdoses" vantées par la culture populaire - affectent les circuits cérébraux et les réponses aux stimuli sensoriels.

Ils prévoient également d'étudier comment ces effets s'alignent sur les taux sanguins de sérotonine, qui, selon des travaux antérieurs, sont élevés chez au moins un quart des personnes autistes. Il est probable, dit-elle, que "des personnes différentes ont des mécanismes sous-jacents différents" qui contribuent à leur série particulière de traits autistiques. En examinant de près la biologie sous-jacente, on peut commencer à identifier des modèles dans les effets de ces médicaments sur ces traits, dit-elle. "Notre hypothèse est qu'il va y avoir une différence dans la réponse à la psilocybine chez les personnes avec et sans autisme".

De nombreuses questions conceptuelles demeurent sur la façon dont les composés psychédéliques devraient être utilisés chez les personnes autistes - et comment ils devraient être testés. Par exemple, les chercheurs se demandent si l'expérience psychédélique que ces composés engendrent est essentielle à leur valeur thérapeutique.

De plus, la plupart des travaux sur les thérapies de l'autisme se concentrent sur les enfants, mais donner des drogues psychédéliques à des enfants peut ne pas être justifié d'un point de vue éthique - du moins, pas si elles sont administrées à des doses suffisamment élevées pour provoquer un trip, comme elles l'ont été dans des essais cliniques pour d'autres conditions, comme le SSPT et la dépression, dit Malenka.

De même, les essais cliniques actuels portant sur les thérapies psychédéliques pour d'autres pathologies impliquent une psychothérapie intensive avant et pendant le traitement, afin qu'un thérapeute qualifié puisse aider les participants à trouver un sens à leur expérience. Mais cette composante pourrait s'avérer difficile pour une personne autiste qui n'est pas verbale ou qui a du mal à communiquer, explique Malenka.

Malgré ces complexités, plusieurs entreprises commencent à explorer le territoire. Par exemple, COMPASS Pathways, une entreprise basée à Londres qui teste des thérapies psychédéliques pour plusieurs problèmes de santé mentale, finance l'étude de McAlonan. Nova Mentis, basée au Canada, cherche à obtenir l'autorisation dans ce pays de lancer un essai clinique pour tester les effets thérapeutiques de microdoses répétées de psilocybine chez les personnes atteintes du syndrome de l'X fragile. L'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments a accordé à la société le statut de "médicament orphelin" pour la recherche d'un composé de psilocybine pour le syndrome de l'X fragile en 2021.

Une autre société, MindMed, commence à étudier une molécule étroitement liée à la MDMA - avec des propriétés psychoactives mais moins de risques d'abus - pour traiter l'anxiété sociale chez les personnes atteintes d'autisme ou d'autres conditions. (Mme Malenka préside le conseil consultatif scientifique de MindMed.) Et de nombreuses autres sociétés explorent activement les psychédéliques pour traiter les troubles qui se manifestent fréquemment chez les personnes autistes, comme l'anxiété et la dépression.

Pour que les personnes autistes puissent réellement bénéficier des psychédéliques, les chercheurs devront aller au-delà du modèle médical habituel de développement de médicaments, dans lequel une intervention pharmaceutique cible des caractéristiques spécifiques de l'autisme, comme les comportements répétitifs ou sociaux, explique McAlonan. Orsini, par exemple, collabore avec des chercheurs de l'University College de Londres pour sonder les expériences des personnes autistes avec les drogues psychédéliques, à l'aide d'un questionnaire. Il note que les psychédéliques lui ont été bénéfiques d'une manière que les chercheurs n'ont pas toujours pensé à mesurer, en termes d'amélioration de la qualité de vie plutôt que de modification des symptômes.

McAlonan s'exprime ainsi : "Qui sommes-nous pour dire ce qui est l'objectif pour un individu ?"

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/AKMF5393


Cannabis médicinal chez enfants autistes : revue de la littérature

1 sept. 2021 - La plupart des études concernant l'utilisation de cannabis chez des enfants et adolescents autistes indiquent un effet positif.

Le cannabis et l'autisme, explications

10 sept. 2020 - Le point sur les applications thérapeutiques envisagées de composants du cannabis, dans l'autisme ou des troubles connexes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon