journal L'Envolée

pour en finir avec toutes les prisons

paris - France

Sa biographie
Depuis 2001, L'Envolée, c'est un journal et une émission de radio – tous les vendredis soirs de 19 heures à 20 heures 30 sur radio FPP – animé par d'anciens prisonniers et prisonnières et des proches pour relayer la parole des enfermé.e.s. Lémission est aussi disponible sur les plateformes de podcasts. L'abonnement au journal est gratuit pour les prisonnier.e.s qui en font la demande. Nous diffusons les messages vocaux et les textos de prisonnier.e.s et des proches qui nous contactent au 07.52.40.22.48, ou encore à lenvolee.net, sur Instagram, Twitter, Facebook (https://www.facebook.com/lenvoleejournal/ ) & Snapchat. Pour nous écrire : Radio FPP - L'Envolée, 1 rue de la solidarité, 75019 Paris.
Son blog
13 abonnés L'Envolée journal & radio
Voir tous
  • Violences pénitentiaires : l'omerta doit prendre fin !

    Par
    censure
    Communiqué co-signé par l'A3D (Association des avocats pour la défense des droits des détenus), l’Observatoire International des Prisons (OIP), le Syndicat des Avocats de France (SAF), La Ligue des Droits de l’Homme, l’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture), L’Envolée.
  • Y a que la vérité qui blesse !

    Par
    censureweb
    Le 4 janvier dernier, par une 'note de la direction' placardée dans toutes les prisons, l’administration pénitentiaire (AP) a interdit la diffusion du n° 52 du journal L’Envolée aux prisonnier·e·s abonné·e·s ; en même temps, elle a porté plainte pour diffamation et injure.
  • Dans l'angle mort des violences d'État: les violences pénitentiaires

    Par
     © ARPPI © ARPPI
    En plein confinement, nous avons largement manifesté contre les violences policières. La prison tue, elle aussi. Ce samedi 9 janvier aura lieu à Brignais (69) une marche en hommage à Idir, mort au mitard de Lyon-Corbas. L'occasion pour l'Envolée de proposer un article contre les violences pénitentiaires, en solidarité avec les proches qui luttent pour faire la lumière sur les morts en détention.
  • Quatre ans après les révoltes de Beaumont-sur-Oise, des assises pour l'exemple

    Par
     © Le Chakipu © Le Chakipu
    À partir du 16 novembre, cinq personnes devaient comparaître pendant trois semaines devant la cour d'assises de Pontoise. Les faits qui leur sont reprochés se seraient déroulés au cours des révoltes qui ont éclaté suite à la mort d'Adama Traoré dans les mains des gendarmes fin juillet 2016. Contribution contre une vengeance d’État programmée, malgré le report fraîchement annoncé du procès.
  • Prive.es de parloirs un jour... prive.es de parloirs toujours?

    Par
    parloir-1
    Depuis le 11 mai, on entend que les parloirs sont rétablis pourtant le même mépris est subi par les prisonnier.es - et par nous-mêmes qui les visitons - depuis le début de cette « gestion » sécuritaire plus que sanitaire. La suppression des parloirs était une mesure punitive et infantilisante ; leur pseudo rétablissement l’est tout autant. Et nous refusons que cela dure !