Quand l'extrême-droite voit la vie en jaune: quelques témoignages...

Certains ont apparemment découvert, hier à Montmartre, que nombre de gilets jaunes cachaient des chemises brunes. Pourtant, la nature de ce mouvement, depuis des semaines, est abondamment documentée.On trouvera dans mes précédents billets une collection de témoignages et d'enregistrements. Quelques compléments...

Commençons par ce témoignage glaçant, repéré sur twitter par MITHRA-NOMADEBLUES_

L'auteur de ce tweet a été contacté par France Inter.

Il témoigne dans ce journal radiodiffusé, à partir de 6 minutes:

https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-19h-du-week-end/le-journal-de-19h-du-week-end-23-decembre-2018

Thibaut Chevillard‏ @TiboChevillar

Je n'ai pas l'habitude de parler de ma vie personnelle sur Twitter. Mais j'ai été tellement choqué par ce que j'ai vu, ce soir, dans la ligne 4 du métro, que je ressens le besoin d'en parler ici. Je vais donc vous expliquer pourquoi, ce samedi 22 décembre, j'ai eu honte. [Thread]

15:32 - 22 déc. 2018

Un peu après 23h, nous sommes montés dans la rame à Réaumur-Sébastopol. A l'intérieur, trois gilets jaunes, un peu éméchés, hurlant : "Macron dé-mis-sion !" Il s'agissait d'hommes d'une quarantaine d'années, plutôt bon chic bon genre, qui rentraient de la manifestation.

Dans la rame, on n'entendait qu'eux. Puis la situation est partie en vrille : ils ont commencé à faire des quenelles, des quenelles "de 40". Une petite vieille, cheveux grisonnants, le dos voûté, s'est levée. Elle est allée vers eux et leur a demandé d'arrêter.

Cette femme âgée leur a dit : "Ce geste est un geste antisémite. Je suis juive, j'ai été déportée à Auschwitz, je vous demande d'arrêter." Les trois hommes n'ont pas arrêté pour autant. Ils ont rigolé, Puis l'un d'eux lui a répondu que les chambres à gaz n'existaient pas.

Un autre s'est ensuite mis à hurler : "dé-gage la vieille ! dé-gage la vieille ! dé-gage la vieille !" Son copain a enchaîné avec un bon vieux : "On est chez nous ! On est chez nous !" La petite vieille est retournée s'asseoir sous leurs insultes.

A l'arrêt suivant, elle est descendue, silencieuse, tête baissée. Eux avaient l'air très fiers de leur coup. Ils ont recommencé à scander "Ma-cron, dé-mis-sion ! Ma-cron, dé-mis-sion !" A la station Montparnasse-Bienvenüe, ils sont descendus et ont disparu au milieu de la foule.

Personne dans le wagon n'a repris leurs chants nauséabonds. La gêne était même palpable. Mais personne ne s'est levé pour prendre la défense de cette petite vieille. J'ai eu honte de ce que je venais de voir. Honte de ne pas avoir bougé. Ce soir, j'ai juste la gerbe.

Si cette dame tombe sur ce thread, et si elle ressent le besoin de déposer plainte, elle pourra compter sur mon témoignage.

Par ailleurs, dans la même veine:

giletrs-jaunes-banderole-antisemite

Autre témoignage, trouvé dans le fil de commentaires qui suit l'article de Médiapart sur les manifestations parisiennes du 22 décembre:

mirambel-gilets-jaunes-on-est-partout-marais

Dans le même fil de commentaires, cette photographie, hallucinante:

gilets-jaunes-mort-aux-francs-macons

Ce que Florence Aubenas a entendu sur un barrage de Jaunes:

florence-aubenas-gilets-jaunes-migrants

 

Et samedi dernier, dans les rues de Troyes, les "gilets jaunes " défilaient aux cris de "On est chez nous".

Voir ce journal régional de France 3, à partir de 5'20:

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/jt-1920-champagne-ardenne

Trois témoignages plus anciens, parmi tant d'autres, sur la réalité, bien loin des fantasmes révolutionnaires:

 fro-alpha-gilets-jaunes-treillis

 

balance-ton-gilet-rachida-injures-racistes

 

martin-gilets-jaunes-fachos

Des éléments plus anciens dans mon billet consacré aux jaunes qui  luttent contre la "démoncratie"...

gilets-jaunes-demoncratie-lancetre

A propos du site La France en colère, sur lequel s'exprime Eric Drouet:

https://antoinebevort.blogspot.com/2018/12/a-propos-deric-drouet-et-de-la-france.html

On aura noté, dans ce mouvement des "gilets jaunes", qui a bien moins mobilisé que beaucoup de manifestations antérieures: 

1) l'absence de tout appel à la grève;

2) l'absence de mise en cause du patronat. La cause de la misère, pour les gilets jaunes, ce sont "les taxes", "les impôts", mais jamais des salaires insuffisants. Ils ne s'en prennent qu'à l'Etat. Il y avait d'ailleurs de petits patrons sur les barrages;

3) l'omniprésence de l'extrême-droite ( lire à ce sujet , en plus du présent billet, mes billets précédents, qui documentent abondamment ce constat);

4) le récit de beaucoup de participants: " C'est la première fois de ma vie que je manifeste". Donc, ces gens n'ont pas manifesté contre la casse du Code du travail, contre la destruction du système de retraites...Mais se réveillent lorsque le gazole augmente de quelques centimes !

 Premiers résultats de ce mouvement:

les actionnaires des GAFA se frottent les mains : les jaunes communiquent via facebook, postent fièrement leurs vidéos sur youtube, qui appartient à Google, et les blocages des centres commerciaux, juste avant Noël, ont largement profité à Amazon.

Voilà un authentique mouvement anticapitaliste...

Ils ont amplement mérité le soutien exprimé par Patrick Balkany et Bernard Tapie, tout comme la "compréhension" de la troisième fortune de France, estimée à 23 milliards d'euros:

pinault-gilets-jaunes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.