Le livre L'Enigme Bogdanov (Editions Télémaque, novembre 2015) comporte une recherche et une réflexion globales dépassant le « cas particulier » des frères Bogdanoff. C'était la seule manière d'aborder avec fiabilité ce type d'affaire et de susciter une réflexion vraiment utile. Une telle exigence d'applique également à bien d'autres situations.

S'agissant d'Emmanuel Macron, peut-on ignorer le fait que la création de son mouvement intervient moins de deux ans après sa participation à la rencontre de Bilderberg de 2014 ? Quant au directeur de l'Institut Montaigne, dont le domicile héberge le mouvement  « En marche », d'après Mediapart et d'autres médias, force est de constater qu'il a à son tour participé à la rencontre de Bilderberg de juin 2015, http://www.bilderbergmeetings.org/participants2015.html .

Mais ce n'est pas tout : le président de l'Institut Montaigne et PDG d'AXA Henri de Castries est en même temps le président des rencontres de Bilderberg. C'était déjà le cas en 2014, lorsque Macron y a été invité et a participé à la rencontre (29 mai - 1er juin).

 

Dans un commentaire à l'article de Laurent Mauduit « Le patronat héberge discrètement Emmanuel Macron », https://www.mediapart.fr/journal/france/070416/le-patronat-heberge-discretement-emmanuel-macron , j'écris :

Voir, plus bas, le commentaire du collectif Indépendance des Chercheurs sur Macron, de Castries et Bilderberg. Membre du collectif, je souscris entièrement à ce rappel.

Dans mon livre L'Enigme Bogdanov, au delà de l'affaire des frères Bogdanoff, j'ai examiné son contexte institutionnel, social et historique. Beaucoup de choses ne vont vraiment pas, et le bruit fait autour des thèses des Bogdanoff (des thèsards précaires qui ont travaillé pendant une dizaine d'années de manière bénévole et en sont sortis endettés jusqu'au cou) a dans la pratique étouffé des problèmes bien réels et graves.

De même, s'agissant de Macron et de l'actuelle politique gouvernementale, il paraît indispensable d'examiner entièrement le contexte global.

Et pourquoi Henri de Castries quite-t-il le poste de PDG d'AXA ? Voir, par exemple, cette info récente :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/coup-de-theatre-chez-axa-22-03-2016-5648139.php

qui se termine avec ce commentaire :

Petite anecdote : issu de la même promotion (Voltaire) que François Hollande à l'Ecole nationale d'administration (ENA), Henri de Castries n'a pas manqué, dimanche soir, de prévenir l'hôte de l'Elysée de son départ d'Axa.

(fin de citation)

[fin de mon commentaire]

 

A son tour, le collectif Indépendance des Chercheurs rappelle :

Vous oubliez ou ignorez tous, Mediapart compris, que le président de l'Institut Montaigne et PDG d'AXA Henri de Castries est également l'actuel président des rencontres de Bilderberg :

http://www.bilderbergmeetings.org/steering-committee.html

Steering Committee

Chairman

Henri de Castries
Chairman and CEO, AXA Group

(...)

(fin de citation)

De son côté, Macron avait déjà participé à la rencontre de Bilderberg de 2014 avec Henri de Castries comme président :

http://www.bilderbergmeetings.org/participants2014.html

Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
https://blogs.mediapart.fr/scientia

[fin du commentaire d'Indépendance des Chercheurs]

 

Voir aussi l'article d'il y a trois ans d'Indépendance des Chercheurs « La Commission Trilatérale, réunie à Berlin : qui en parle ? », https://blogs.mediapart.fr/scientia/blog/170313/la-commission-trilaterale-reunie-berlin-qui-en-parle

Que penser de cet ensemble de données ? A chacun de s'en faire une opinion, mais la situation semble en tout cas mériter une enquête et une réflexion approfondies.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.