M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2020

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Le Veau d'or (Ilf et Petrov), chapitre 26

Ouverture de la troisième et dernière partie : un voyage en train, avec un passager clandestin...

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Troisième partie

Un simple particulier

Chapitre 26

Le passager du train spécial

     Un petit train spécial stationnait contre le quai asphalté de la gare de Riazan, à Moscou. Il comportait seulement six voitures : un fourgon à bagages dans lequel se trouvait en fait non pas des bagages mais de la nourriture entreposée sur de la glace, un wagon-restaurant où un cuisinier vêtu de blanc se penchait par la fenêtre et un wagon-salon officiel, gouvernemental. Les trois wagons restants étaient des voitures de voyageurs dont les couchettes rembourrées et recouvertes de sévères housses rayées devaient accueillir une délégation de travailleurs de choc, ainsi que des journalistes étrangers et soviétiques.

     Le train se préparait à gagner le point de jonction des deux lignes du Turksib.

     Le voyage serait long. Les travailleurs de choc fourraient dans le tambour des wagons des paniers de route munis de petits cadenas noirs se balançant au bout de tiges de fer. La presse soviétique se démenait sur le quai avec ses valises de contreplaqué verni.

     Les étrangers suivaient du regard les porteurs transportant leurs grosses valises de cuir, leurs coffres et leurs cartons couverts d’étiquettes d’agences de tourisme et de compagnies maritimes.

     Les passagers avaient eu le temps de se procurer le petit livre titré  La grande Ligne de l’Est, dont la couverture affichait un chameau en train de renifler un rail. Ce livre était vendu sur place, dans un chariot à bagages. Son auteur, le journaliste Palamidov, était déjà passé plusieurs fois à côté du chariot en jetant des regards jaloux aux acheteurs. Il avait la réputation d’être un grand connaisseur du Turksib et se rendait là-bas pour la troisième fois.

     Le moment du départ approchait, mais les adieux ne rappelaient en rien la scène ordinaire accompagnant le départ d’un train de voyageurs. Il n’y avait pas de vieilles femmes sur le quai, personne ne tenait à bout de bras un bébé par la fenêtre pour qu’il pût voir une dernière fois son grand-père. Il n’y avait bien entendu pas non plus de ces grands-pères dont les yeux éteints reflètent, d’ordinaire, la crainte des courants d’air propres aux voyages en train. Personne ne s’embrassait, bien entendu. Les militants syndicaux avaient amené à la gare la délégation des travailleurs de choc sans avoir eu le temps de bien étudier la question des embrassades d’adieu. Les correspondants moscovites étaient accompagnés de travailleurs de leurs rédactions qui avaient l’habitude de s’en tenir à des poignées de mains. Quant aux correspondants étrangers, au nombre de trente, il allaient couvrir l’ouverture de la ligne en grand équipage, avec épouses et phonographes, de sorte que personne n’était venu assister à leur départ.

     Leur attitude s’accordant avec le moment, les membres de l’expédition parlaient plus haut que d’ordinaire, s’emparaient sans raison de leur bloc-notes et blâmaient ceux qui les avaient accompagnés de ne pas faire un voyage si intéressant avec eux. Le journaliste Lavoisian était particulièrement bruyant. Il était jeune d’esprit, mais une calvitie luisait au milieu de ses boucles comme la lune au cœur d’une jungle.

     « Vous êtes répugnants à voir ! criait-il à l’adresse des gens venus le voir partir. Vous n’êtes même pas capables de comprendre ce que c’est que le Turksib ! »

     Si les mains du bouillant Lavoisian n’avaient pas été encombrées d’une grosse machine à écrire enveloppée d’une toile cirée de cocher, il eût peut-être même frappé l’un de ses amis, dans son dévouement passionné au journalisme d’information. Il avait déjà envie d’envoyer sur-le-champ un express à sa rédaction, seulement la matière lui manquait.

     Arrivé à la gare avant tout le monde, Oukhoudchanski, collaborateur d’un journal syndical, longeait le train sans se presser. Il avait avec lui Le Turkestan. Description géographique complète de notre patrie, livre de chevet et manuel de voyage pour les Russes, œuvre de Semionov-Tian-Chanski publiée en 1903. Il s’arrêtait devant chaque groupe de voyageurs ou de gens venus les accompagner à la gare et disait avec un rien de sarcasme dans la voix :

     « Vous partez ? Ça alors ! »

     Ou :

     « Vous restez ?  Ça alors ! »

     Il parvint ainsi à la tête du train et, la tête rejetée en arrière, étudia longuement la locomotive, pour dire enfin au mécanicien :

     « Vous travaillez ?  Ça alors ! »

     Puis le journaliste Oukhoudchanski rentra dans son compartiment, déploya le dernier numéro de son journal et se consacra à la lecture d’un article qu’il avait lui-même écrit, titré Il faut améliorer le travail des Commissions de contrôle des magasins, avec comme sous-titre La réorganisation des Commissions est insuffisante. L’article faisait le compte rendu d’une réunion quelconque, et l’attitude de l’auteur vis-à-vis de l’événement décrit aurait pu se résumer d’une phrase : « Vous tenez réunion ? Ça alors ! » Oukhoudchanski lut jusqu’au départ du train.

     L’une des personnes venus souhaiter bon voyage, un homme au nez rose en peluche et des tempes de velours, fit une prophétie qui causa à tout le monde un grand effroi :

     « Je connais ce genre de voyages, énonça-t-il, j’en ai fait moi-même. Votre avenir m’est connu. Vous êtes une centaine, ici. Vous allez, en gros, voyager un mois entier. Deux d’entre vous manqueront le départ du train dans une petite gare perdue où ils resteront sans argent ni papiers, ils vous rattraperont seulement au bout d’une semaine, affamés et déguenillés. La valise de quelqu’un sera volée, c’est une certitude. Ce sera peut-être celle de Palamidov, ou Lavouasian, ou encore Navrotski. La victime se lamentera tout au long du chemin et mendiera auprès de ses voisins un blaireau pour se raser. Il rendra la brosse sans l’avoir lavée, et aura perdu la cuvette. Bien entendu, l’un des voyageurs mourra, et ses amis devront ramener ses restes à Moscou au lieu d’aller au point de jonction. Accompagner les restes d’un défunt est une tâche très pénible et répugnante. En outre, la zizanie s’installera en cours de route. Croyez-moi ! Quelqu’un, peut-être ce même Palamidov, ou bien Oukhoudchanski, commettra un acte antisocial. Vous le désapprouverez longuement et tristement, tandis qu’il s’isolera en poussant des gémissements et des grognements. Tout cela m’est connu. Vous partez aujourd’hui avec des chapeaux et des casquettes sur vos têtes, vous reviendrez en portant des calottes orientales. Le plus bête d’entre vous achètera la panoplie complète d’un Juif de Boukhara : un chapeau de velours bordé de fourrure de chacal et une robe de chambre confectionnée dans une épaisse couverture de coton. Et bien sûr, le soir, vous chanterez tous Stienka Razine dans votre wagon, vous mugirez stupidement : “Et la jette par-dessus bord dans le cours du fleuve”. Ce n’est pas tout, les étrangers eux-mêmes chanteront : “En descendant la Volga, sur notre mère Volga, sur notre mère la Volga”.

     Lavoisian se mit en colère et brandit sa machine à écrire en direction du prophète.

     — Vous êtes jaloux ! dit-il. Nous ne chanterons pas.

     — Vous chanterez, mes petits amis. C’est inévitable. Je sais d’avance tout cela.

     — Nous ne chanterons pas.

     — Vous chanterez. Et si vous êtes honnêtes, vous m’enverrez aussitôt une carte postale pour me le dire.

     On entendit à cet instant un cri étouffé. Le photoreporter Mienchov venait de tomber du toit du fourgon à bagages. Il avait grimpé dessus pour photographier le moment du départ. Mienchov resta quelques secondes étendu par terre, tenant son appareil au-dessus de sa tête.  Puis il se releva, vérifia anxieusement l’obturateur et remonta sur le toit.

     — Vous tombez ? demanda Oukhoudchanski, se penchant par la fenêtre avec son journal.

     — Peut-on appeler cela une chute ? fit dédaigneusement le photoreporter. Si vous m’aviez vu tomber du toboggan spiralé au Parc du repos culturel !

     — Ça alors ! répliqua le représentant du journal syndical, disparaissant derrière la fenêtre.

     Sur le toit, Mienchov se mit sur un genou et se remit au travail. Il était observé avec la plus vive satisfaction par un écrivain norvégien qui qui se promenait sur le quai, ayant déjà mis ses affaires dans son compartiment. Il avait des cheveux clairs d’enfant et un grand nez de Varègue. Le Norvégien admirait si fort la hardiesse photographique de Mienchov qu’il se sentit dans l’obligation de faire partager ses sentiments à quelqu’un. il s’approcha à grands pas d’un vieux travailleur de choc de l’usine des Trois-Monts, appuya son index sur la poitrine de ce dernier et s’écria d’une voix perçante :

     « Vous ! »

     Montrant ensuite sa propre poitrine, il cria aussi fort :

     « Moi ! »

     Ayant ainsi épuisé tous les mots en russe dont il disposait, l’écrivain sourit aimablement et courut à son wagon alors que retentissait la deuxième sonnerie. Le travailleur de choc fit de même. Mienchov descendit de son toit. Il y eut des signes de tête, les derniers sourires furent adressés, on vit accourir un feuilletoniste dans un manteau à col de velours noir. L’arrière du train se balançait déjà sur le dernier aiguillage de sortie lorsque les frères jumeaux du journalisme, les correspondants Liev Roubahckine et Ian Skamiéïkine se ruèrent hors du buffet de la gare. Skamiéïkine tenait entre les dents une escalope viennoise. Bondissant comme des chiots, les frères cavalèrent le long du quai, sautèrent sur le sol taché de pétrole et seulement là, au milieu des traverses, se rendirent compte qu’ils ne pourraient pas rattraper le train.

     Le train, lui, quittant une Moscou en effervescence de construction, faisait déjà entendre son chant assourdissant. Il martelait le sol de ses roues, poussait des rires démoniaques en franchissant les ponts et ne commença à se calmer qu’au milieu des bois parsemés de datchas, poussant alors tranquillement sa vitesse. Il allait décrire sur le globe terrestre une courbe considérable, traverser différentes zones climatiques, passer de la fraîche Russie centrale au désert brûlant, laisser derrière lui une quantité de grandes et de petites villes et avancer de quatre fuseaux horaires par rapport à Moscou.

     Au soir du premier jour, apparurent dans le wagon des correspondants soviétiques deux envoyés du monde capitaliste : monsieur Heinrich, représentant un journal autrichien de tendance libérale, et Hiram Burman, un Américain. Ils étaient venus faire connaissance. . Monsieur Heinrich était de petite taille. Mister Burman portait un chapeau mou aux bords relevés. Ils parlaient russe assez correctement tous les deux. Tous commencèrent par se tenir dans le couloir sans rien dire, se dévisageant les uns les autres avec intérêt. Pour chasser la gêne, on se mit à parler du Théâtre d’Art. Heinrich en fit la louange, tandis que mister Burman déclarait de façon évasive qu’en tant que sioniste, ce qui l’intéressait surtout en URSS, c’était la question juive.

     — Cette question n’existe plus chez nous, dit Palamidov.

     — Comment peut-il ne pas y avoir de question juive ? s’étonna Hiram.

     — C’est ainsi. Elle n’existe pas.

     Mister Hiram était troublé. Il avait, sa vie durant, écrit dans son journal des articles à propos de la question juive, et il lui aurait été douloureux de l’abandonner.

     — Il y a tout de même bien des Juifs en Russie ? dit-il prudemment.

     — Oui, répondit Palamidov.

     — Il y a donc aussi une question juive ?

     — Non. Il y a des Juifs, mais pas de question juive.

     L’atmosphère dans le couloir du wagon, qui s’était chargée d’électricité, se détendit quelque peu à l’arrivée d’Oukhoudchanski. Une serviette autour du cou, il se dirigeait vers le cabinet de toilette.

     — Vous discutez ? dit-il alors que la vitesse du train le faisait osciller. Ça alors !

     Lorsqu’il revint, propre et rafraîchi, des gouttes d’eau à ses tempes, la discussion s’était étendue à tout le couloir. Les correspondants soviétiques étaient sortis d’un compartiment, quelques travailleurs de choc en avaient quitté un autre et deux étrangers s’étaient montrés : un correspondant italien qui portait l’insigne fasciste représentant un faisceau de licteur avec une hache, et un universitaire allemand, un orientaliste invité par la VOKS. Le front de la controverse était très étendu – il allait de la construction du socialisme jusqu’à la nouvelle mode masculine en Occident, le port du béret. Des désaccords surgissaient à propos de chacun des points abordés.

     « Vous discutez ? Ça alors… » dit Oukhoudchanski en repartant dans son compartiment.

     Dans le brouhaha général, on ne pouvait distinguer que des exclamations individuelles.

     — S’il en est ainsi, disait monsieur Heinrich en attrapant la chemise russe de Souvorov, un travailleur des usines Poutilov, pourquoi vous contentez-vous de jacasser depuis treize ans ? Pourquoi n’organisez-vous pas la révolution mondiale dont vous ne faites que parler ? Vous n’en êtes donc pas capable ? Alors, arrêtez de jacasser !

     — Ce n’est pas nous qui allons faire la révolution chez vous ! Vous la ferez vous-même.

     — Moi ? Je ne ferai aucune révolution.

     — Eh bien, d’autres la feront sans vous demander votre avis.

     S’appuyant contre un panneau de cuir estampé entre deux fenêtres, mister Hiram Burman assistait aux débats d’un regard indifférent. La question juive s’était engloutie dans quelque crevasse rhétorique dès le début de la discussion, et les autres thèmes le laissaient froid. Du groupe où le professeur allemand niait catégoriquement la supériorité du mariage de type soviétique sur le mariage à l’église se détacha un feuilletoniste versificateur dont le pseudonyme littéraire était Gargantua. Il s’approcha du pensif Hiram et se mit avec animation à lui expliquer quelque chose. Hiram commença par l’écouter mais se rendit compte rapidement qu’il ne comprenait rien. Cependant, Gargantua n’arrêtait pas de rectifier la tenue de Hiram, lui renouant sa cravate, lui enlevant un brin de duvet collé, lui boutonnant son veston pour le déboutonner ensuite, tout en parlant d’une voix assez forte et très distinctement, semblait-il. Mais un défaut insaisissable dans ses propos les transformait en sciure de bois. Désagrément qui s’aggravait du fait que Gargantua aimait discourir et quêtait après chaque phrase l’approbation de son interlocuteur.

     « N’est-ce pas vrai ? disait-il en remuant la tête comme s’il s’apprêtait, pour picorer quelque grain, à donner un coup de bec de son nez grand et bien formé. N’est-ce pas exact ? »

     C’étaient là les seules paroles compréhensibles dans les discours que tenait Gargantua. Tout le reste se fondait en un féérique murmure persuasif. Mister Burman opinait par politesse et s’esquiva rapidement. Tout le monde était toujours d’accord avec Gargantua, qui s’estimait capable de convaincre n’importe qui de n’importe quoi.

     « Voyez-vous, dit-il à Palamidov, vous ne savez pas discuter avec les gens. Moi, je l’ai convaincu. Je viens de lui prouver, et il s’est déclaré d’accord avec moi, qu’il n’existe plus chez nous de question juive d’aucune sorte. N’est-ce pas vrai ? N’est-ce pas exact ? »

     Palamidov n’avait rien compris et, hochant la tête, il se mit à prêter l’oreille à la discussion qui avait lieu entre l’orientaliste allemand et le chef de wagon. Celui-ci s’efforçait depuis un bon moment de participer à la conversation et venait seulement de dénicher un auditeur disponible et à sa mesure. Ayant au préalable appris la qualité de son interlocuteur, ainsi que son nom et son prénom, le chef de train mit de côté son balai et entama avec aisance :

     « Vous n’en avez sans doute pas entendu parler, Citoyen Professeur, il existe en Asie Centrale un animal qui s’appelle le chameau. Il a deux bosses sur le dos. Je connaissais un cheminot, vous en avez sans doute entendu parler, le camarade Doljnostiouk, il s’occupait des bagages. Il s’est un jour assis entre les bosses du chameau et lui a donné un coup de fouet. Le chameau était une sale rosse et s’est mis à exercer une pression sur lui avec ses bosses, tout juste s’il ne l’a pas écrasé complètement. Doljnostiouk a tout de même réussi à sauter à bas de l’animal. C’était quelqu’un de combattif, vous l’avez sans doute entendu dire ? Là, le chameau a couvert sa tunique de crachats, une tunique d’uniforme qui sortait de la blanchisserie… »

     La conversation vespérale se mourait. Le choc des deux mondes s’était bien terminé. On avait évité la brouille, en quelque sorte. La coexistence dans le train spécial des deux systèmes – le capitaliste et le socialiste – devait bon gré mal gré se prolonger durant près d’un mois. L’ennemi de la révolution mondiale, monsieur Heinrich, raconta une vieille histoire de voyage, puis tout le monde se rendit pour le dîner au wagon-restaurant, passant de wagon en wagon en suivant des sas métalliques tremblants et en clignant des yeux à cause des courants d’air. Dans le wagon-restaurant, toutefois, la population du train occupa des places séparées. Ce fut comme une première visite à une fiancée. L’étranger, représenté par les correspondants de journaux à fort tirage et d’agences télégraphiques du monde entier, rendit un hommage appuyé à la vodka en jetant des regards d’une  effrayante courtoisie sur les bottes des travailleurs de choc et le débraillé domestique des journalistes soviétiques, venus en pantoufles et affichant, pour toute cravate, leurs boutons de col.

     Les gens les plus divers se trouvaient au wagon-restaurant : mister Burman, provincial de New-York, une jeune Canadienne arrivée d’au-delà de l’océan juste une heure avant le départ du train spécial, ce qui expliquait qu’elle tournât la tête d’un air hébété au-dessus de la boulette de viande servie dans une assiette métallique oblongue, un diplomate japonais, un autre Japonais, un peu plus jeune, monsieur Heinrich, dont les yeux jaunes souriaient malicieusement sans qu’on sût pourquoi, un jeune diplomate anglais à la taille fine de joueur de tennis, l’orientaliste allemand écoutant fort patiemment la narration du chef de wagon quant à l’existence d’un étrange animal ayant deux bosses sur le dos, un économiste américain, un Tchécoslovaque, un Polonais, quatre correspondants américains dont un pasteur écrivant dans le journal de L’Union des Jeunes Chrétiens, une femme américaine à 100 % issue d’une famille de pionniers au nom Hollandais, célèbre pour avoir, l’année précédente, raté le train à Mineralnye Vody et s’être cachée quelque temps au buffet de la gare pour se faire de la publicité (ce qui avait eu un énorme écho dans la presse américaine. Les articles s’étaient succédé trois jours durant, avec des titres alléchants : Une jeune fille d’ancienne famille aux mains des sauvages montagnards du Caucase et Une rançon ou la mort, et bien d’autres encore. Les uns se montraient hostiles à tout ce qui était soviétique, d’autres espéraient élucider en deux temps trois mouvements les énigmes de l’âme asiatique, d’autres encore essayaient honnêtement de comprendre ce qui se passait, en définitive, au pays des Soviets.

     Assise à ses propres tables, la partie soviétique faisait du bruit. Les travailleurs de choc avaient apporté de la nourriture emballée dans du papier journal et buvaient force thé dans des porte-verres en métal blanc de chez Krupp. Davantage à leur aise, les journalistes avaient commandé des escalopes viennoises, et Lavoisian, pris d’un soudain accès de fierté slave, décida de ne pas se moucher du pied devant des étrangers, et exigea un sauté de rognons. Il ne toucha pas aux rognons, car il détestait cela depuis son enfance, mais se gonfla néanmoins d’orgueil en jetant des regards de défi aux étrangers. Du côté soviétique aussi, les gens étaient très divers. Il se trouvait là un ouvrier de l’usine de Sormovo, qu’une assemblée générale avait délégué, un constructeur venant de l’usine de tracteurs de Stalingrad qui, dix ans plus tôt, s’était retrouvé dans les tranchées luttant contre les troupes de Wrangel à l’endroit même où se dressait maintenant le géant producteur de tracteurs, et un ouvrier tisseur de Serpoukhov que le Turksib intéressait puisqu’il devait accélérer la livraison du coton aux régions de textile.

     Il y avait aussi des métallos de Léningrad, des mineurs du Donbass, un mécanicien arrivé d’Ukraine et le chef de la délégation, portant une chemise blanche à la russe, décorée de la grande étoile de Boukhara obtenue pour sa lutte contre l’émir. Le diplomate à la taille de tennisman aurait été bien étonné d’apprendre que le petit et courtois poète Gargantua s’était retrouvé à huit reprises prisonnier de divers atamans cosaques, qu’il avait même été une fois fusillé par les partisans de Makhno, ce sur quoi il n’aimait pas s’étendre car il en conservait de mauvais souvenirs, s’étant extrait de la fosse commune avec l’épaule percée d’une balle.

     Le représentant des Jeunes Chrétiens eût peut-être porté la main à son cœur s’il avait su que le joyaux Palamidov avait présidé un tribunal militaire, tandis que Lavoisian s’était, pour les besoins de la cause journalistique, habillé en femme et s’était glissé dans une réunion de baptistes, dont il avait ensuite fait un grand compte-rendu antireligieux, qu’aucun des citoyens soviétiques présents n’avait fait baptiser ses enfants, quatre écrivains se trouvant même au nombre de cette engeance de mécréants.

     Des gens très divers, oui, se trouvaient dans ce wagon-restaurant.

     Le second jour du voyage, la prédiction du prophète pelucheux se réalisèrent. Alors que leur train, cliquetant et grondant, traversait la Volga sur le pont de Syzragne, les passagers du train spécial entonnèrent, de leurs voix sans charme de citadins, la ballade du chevalier de la Volga. Ils s’efforçaient à ce moment de ne pas se regarder dans les yeux. Dans la voiture voisine, les étrangers qui ne savaient pas trop ce qu’il convenait de chanter, ni à quels moments, entonnèrent avec enthousiasme Elle est bien pleine, la petite boîte, en y mêlant un refrain étrange qui déformait le « Ho hisse ! » des Bateliers de la Volga. Nulle carte postale ne fut envoyée à l’homme au nez en peluche, on avait honte. Seul Oukhoudchanski tint bon. Il ne chanta pas avec tous les autres. Tandis que le train entier s’adonnait à une débauche de chansons, lui seul se taisait, serrant les dents et faisant mine de lire la Description géographique complète de notre patrie. Il fut sévèrement puni. Il fut saisi d’un accès musical paroxystique en pleine nuit, bien au-delà de Samara; Vers minuit, alors que train si inhabituel dormait, une voix hésitante se fit entendre en provenance du compartiment d’Oukhoudchanski :

                    Il est sur la Volga un rocher recouvert de mousse…

     Lui aussi payait son dû au voyage.

     Encore plus tard, quand Oukhoudchanski se fut à son tour endormi, la porte du tambour s’ouvrit, le tonnerre des roues se fit un instant entendre pleinement, et Ostap Bender entra dans le couloir désert et brillamment éclairé en regardant de tous les côtés. Il hésita une seconde, puis eut un geste indolent et résigné de la main et ouvrit la porte du premier compartiment se présentant. À la lueur bleue de la veilleuse, Gargantua, Oukhoudchanski et le photographe Mienchov dormaient. La quatrième couchette, en hauteur, était vide. Le Grand Combinateur n’hésita pas. Sentant la faiblesse de ses jambes après ses longues pérégrinations, ses pertes irréparables et ses deux heures de station debout sur le marchepied du wagon, il grimpa sur la couchette. Une vision miraculeuse s’offrit alors à lui : sur la tablette près de la fenêtre, les pattes pointant en l’air comme les brancards d’une charrette, se trouvait une poule bouillie toute blanche.

     « J’emprunte le chemin peu sûr de Panikovski » chuchota Ostap.

     Sur ces mots, il éleva la poule jusqu’à lui et la dévora sans pain ni sel. Il fourra les os sous le dur traversin recouvert de toile. Il s’endormit heureux, bercé par le grincement des cloisons et respirant l’odeur incomparable de la peinture des chemins de fer.  

Notice synthétique

     À propos du Turksib : https://fr.wikipedia.org/wiki/Turksib

     N’y a-t-il eu que des travailleurs libres employés à la construction? C’est à vérifier. Il est vrai que les Colonies spéciales (dans le cadre de la

« dékoulakisation », premières apparitions du Goulag en dehors des Solovki et d’Arkhangelsk), datent du début des années trente :

(https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_Solovki

https://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1997_num_54_1_3629

     Ce chapitre, les deux suivants et le 29 en partie ont été rajoutés pour l’édition en volume. Les deux auteurs avaient couverts, en tant que journalistes envoyés par la revue Ogoniok, l’inauguration du Turksib, à laquelle ils consacrèrent (volontairement ?) un article d’une extrême platitude qu’ils se permirent de signer F. Tolstoïevski (notes trouvées chez A. Préchac).

     La gare de Riazan est l’ancien nom de la gare de Kazan.

     Le tambour des anciens wagons est l’espace clos compris entre la porte intérieure et la porte extérieure du wagon.

     Suite du festival de noms : Oukhoudchat’ signifie empirer, aggraver… Plus loin, Roubahckine : Delachemise et Skamiéïkine : Dubanc.

     À propos de Semionov-Tian-Chanski :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Piotr_Semionov-Tian-Chanski

     Stienka Razine : sa révolte du dix-septième siècle fut récupérée par l’historiographie soviétique :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Stenka_Razine . La citation suivante (d’ailleurs incorrecte) est formée de deux vers tirés d’une célèbre chanson consacrée au chef cosaque. L’autre est le début d’une autre chanson populaire, célébrant la Volga. Au milieu, sur notre mère Volga est simplement transcris du français.

     Les Varègues sont les Vikings ancêtres des premiers Russes : ttps://fr.wikipedia.org/wiki/Var%C3%A8gues#:~:text=Var%C3%A8gues%20ou%20Varanges%20(vieux%20norrois,la%20garde%20var%C3%A8gue%20des%20empereurs

     … alors que retentissait la deuxième sonnerie : à la troisième, le train part..

     Le Théâtre d’Art de Moscou, fondé en 1898 par Stanislavski et Némirovitch-Dantchenko, celui auquel Tchékhov donnait ses pièces, appelé par la suite Théâtre Gorki et ultérieurement scindé en Théâtre Tchékhov et Théâtre Gorki.

     Non. Il y a des Juifs, mais pas de question juive : comme le remarque A. Préchac, c’était la pétition de principe de l’époque. Les faits se sont chargés de montrer que la rancœur antisémite (voir à ce sujet la citation ironique du chapitre 13 : « ces Iceberg, ces Weisberg, ces Eisenberg, tous ces Rabinovitch ! ») subsistait et cet antisémitisme rampant ressurgira après l’invasion hitlérienne, lorsque les populations locales baltes, moldaves, ukrainiennes et même russes secondèrent souvent les nazis dans l’extermination des Juifs – ce que le Livre noir sur la destruction des Juifs d’URSS révélait trop, d’où les difficultés qu’il rencontra, jusqu’à son interdiction finale de publication. Arte y a consacré récemment une émission. Voir à ce sujet :

https://blogs.mediapart.fr/dominique-vidal/blog/161220/les-juifs-d-urss-du-genocide-nazi-la-repression-stalinienne

Voir aussi par exemple :

https://next.liberation.fr/livres/1995/11/16/comment-staline-enterra-l-holocauste_151051#:~:text=Et%20c'est%20l'interdiction,%2C%20les%20Ann%C3%A9es%2C%20la%20Vie.

     On sait également que seule la mort de Staline a empêché la « purge » antisémite qui se préparait, dans la foulée de l’Affaire (montée de toutes pièces) des Blouses blanches.

     La VOKS était la Société soviétique pour les liens culturels avec l’étranger :

https://fr.wikipedia.org/wiki/VOKS

     Vous n’en êtes donc pas capable ? Je souris en pensant à ce que cela donnerait probablement de nos jours : « Vous n’êtes donc pas en capacité de le faire ? »

     Comme le remarque A. Prochac, les inquiétude de M. Heinrich sont vaines, le « Socialisme dans un seul pays » ayant été adopté depuis 1925 et Trotski, d’un avis contraire, exilé en 1928 en Asie Centrale, puis en Turquie en 1929…     

     L’Union des Jeunes Chrétiens : encore connue sous le nom de YMCA :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Young_Men%27s_Christian_Association

     Mineralnye Vody :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mineralnye_Vody

     À propos de Boukhara :

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_sovi%C3%A9tique_populaire_de_Boukhara

     Sur les baptistes, revoir la notice du chapitre 3.

     Le pont de Syzragne : en général écrit Syzran, mais le signe mou final, en russe, me conduit de nouveau à adopter cette transcription.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syzran

     Le chevalier de la Volga : il s’agit de Stienka Razine, déjà mentionné. La chanson est celle à laquelle je faisais allusion un peu plus haut, la plus célèbre consacrée au héros de la Volga – musique populaire, paroles de Dmitri Sadovnikov. Pouchkine a également écrit en 1826 des vers sur Stienka Razine.     

     Elle est bien pleine, la petite boîte : Chanson sur des vers de 1861 de Nikolaï Nekrassov. Les Bateliers de la Volga : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Bateliers_de_la_Volga_(chanson)

     La chanson qu’entonne Oukhoudchanski à minuit est encore une chanson à la gloire de Stienka Razine, sur des paroles d’Alexandre Navrotski.

Répertoire général des traductions de ce blog :

https://blogs.mediapart.fr/m-tessier/blog/280418/deuxieme-repertoire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis