Marie-Laure Guislain

Autrice, performeuse du spectacle "Désenvoutement ou le néolibéralisme va-t-il mourir et comment faire pour que ça aille plus vite?", et du livre du même titre (Ed.L'atelier), cocréatrice de la mobilisation artistique contrecoupe.fr (Bruit qui Court), cocréatrice du collectif Métamorphoses sur le soin des militants, coordonne la création de l'espace de travail Droits et Démocratie pour un accès du droit à tous, avocate et médiatrice de formation, ancienne responsable du contentieux à Sherpa et dans ce cadre à l'origine des actions en justice contre Lafarge, Vinci, BNP, Auchan, Bolloré, Samsung, Yves Rocher, Perenco, Yemen, DLH...et des argumentaires juridiques de la loi sur le devoir de vigilance des multinationales de 2017

Paris - France

Sa biographie
marielaureguislain@protonmail.com, Mob artistique contre coupe du 20, BFM: https://lstu.fr/mobartistiquecontrecoupe, Plus d'info sur le spectacle joué le 30/11 au CICP, 21 ter rue Voltaire, Paris: https://lstu.fr/desenvoutement Extrait vidéo: https://lstu.fr/desenvoutement-2. Dans cette conférence gesticulée, Marie-Laure Guislain décrit de façon ludique les rouages complexes de notre système néolibéral, colonial et patriarcal, tout en témoignant du pouvoir du droit, des associations et des citoyenne.s pour le faire reculer. Elle revient avec ses mots, danses, chants et émotions sur les enquêtes qu’elle a menées pour attaquer une dizaine de multinationales en justice (Lafarge, Bolloré, Vinci, BNP, Samsung, Auchan, Perenco, Yves Rocher, entreprises d'armement au Yemen...) lorsqu’elle était responsable du contentieux à Sherpa, et notamment au Qatar auprès des esclaves oubliés de la Coupe, afin que chacun.e puisse ressentir les effets du système et comme elle, y trouver un moteur d’action. Elle témoigne aussi de sa participation à l'adoption de la loi sur le devoir de vigilance comme un espoir d'un droit fait par tous et pour tous. Depuis un épisode de «burn out militant» à Sherpa, Marie-Laure s'emploie à remettre du « soin » dans les pratiques militantes. Elle accompagne individus et collectifs dans des ateliers de désenvoutement au système (pour sortir des injonctions à la productivité à l'urgence au perfectionnisme qui tuent nos collectifs, et cultiver d'autres valeurs), de joie militante, de pratique du consentement, et d'empuissancement de publics militants ou personnes sexisées, avec les méthodes Life Art Process (Tamalpa), Communication Non Violente, clown et Tantra auxquelles elle est formée. Le spectacle propose à tou.te.s quelques antidotes à la « culture néolibérale du burn-out » pour retrouver un peu de joie militante et pérenniser le mouvement social.
Son blog
3 abonnés Le blog de Marie-Laure Guislain
Voir tous
  • La Coupe du monde n’est que la pointe de l’Iceberg d’un système mortifère

    Par
    la France doit soutenir la directive européenne sur le devoir de vigilance des multinationales pour y mettre fin.
  • En 2022, mettons fin à la justice sous influence en France

    Par
    Alors que les plus graves violations de droits humains sont commises par les multinationales, les banques ou l’Etat lui-même, il reste difficile d’engager leur responsabilité juridique en France. Selon un collectif de personnalités, les lois sont peu adaptées car influencées par les lobbys. Et la justice, en charge de les faire appliquer, n’est pas complètement indépendante de ces derniers. Ils et elles appellent l’ensemble des candidat·es « à s’engager à instaurer une indépendance de la justice effective, essentielle à notre démocratie, à la préservation des biens communs et de l’humanité. »
  • Le néolibéralisme, victime collatérale de l’épidémie?

    Par
    La crise sanitaire agit comme un révélateur puissant. Chacun sent bien que la résistance et la survie de nos sociétés réside dans la capacité d’action collective, la coopération, la mutualisation de l’effort et la mobilisation de toutes les forces disponibles au service des plus faibles. Par Frédéric Amiel, chercheur, spécialiste de la biodiversité et Marie-Laure Guislain, de l'ONG Sherpa.
Voir tous