marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

394 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2022

Le président Macron et sa retraite du Mali

Le président de la République a annoncé le retrait des troupes françaises du Mali tout en soulignant « les nombreux succès » remportés par les militaires français.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Guidée par un dirigeant exceptionnel, la diplomatie française vole de succès en succès. Une semaine après avoir écarté le danger d’une troisième guerre mondiale en partant à l'assaut du Kremlin, M. Macron vient de mettre fin à la campagne triomphale de nos armées au Mali. A quand une visite du président français à Pékin afin de recadrer comme il se doit Xi Jinping à propos de Taïwan ? Nul doute que le président chinois en tremble déjà.

Présenter une retraite militaire comme un grand succès, c’est comme changer le plomb en or, ce n’est pas à la portée du premier venu. Mais rien n’est impossible à celui qui est devenu Grand Epidémiologiste en lisant quelques articles en anglais. Car c’est aussi un extraordinaire alchimiste dans ce que l'on dénomme désormais « communication » et que l'on connaissait autrefois sous le nom de « propagande ». 

D'après un article de Mediapart, l’armée française a tué au moins 2 800 présumés djihadistes au Sahel. Enfin, elle ne les a pas tués, elle les a juste « neutralisés » avec la « précision chirurgicale » de rigueur. Certes, il y a eu des victimes civiles – hommes, femmes et enfants – lors de ces opérations, mais d’abord que faisaient-ils là en si mauvaise compagnie et ensuite on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, c’est bien connu.

L’opération Barkhane au Mali est donc un immense succès, tous les courtisans vous le diront. La présence française n’était-elle pas acclamée par la population dans les villages les plus reculés du Mali ? Ou pas ? Les « franchises » locales d’Al-Qaïda et de Daech n’étaient-elles pas en voie d’être anéanties au Sahel ? Ou pas ?

Mais alors, pourquoi partir ? Il y a eu l’an dernier un coup d’état au Mali et la junte militaire ayant pris le pouvoir n'a pas l'intention de le rendre aux civils. La belle affaire : un régime issu d’un coup d’état n'a jamais été de nature à gêner les dirigeants français. Ainsi, le régime du président Ibrahim Boubacar Keïta, qui « demanda » l’intervention militaire de la France en 2013 était lui-même issu d’un coup d’état en 2012. Aux obsèques du président tchadien Idriss Déby (parvenu au pouvoir en 1990 après avoir renversé Hissène Habré avec l’aide de la France), le président français arborait un grand sourire aux côtés du fils à papa Mahamat Idriss Déby qui venait de prendre le pouvoir à la tête d’un Conseil militaire de transition. Quant au général Abdel Fattah al-Sissi, auteur d’un coup d’état en Egypte en 2014, il a reçu la grand-croix de la Légion d'honneur des mains d’Emmanuel Macron en décembre 2020 à l’occasion d’une visite d’État en France.

Oui mais voilà : il y a des bons coups d’état, c'est-à-dire ceux qui sont favorables aux intérêts français, et les mauvais comme le dernier en date au Mali. Très mauvais même puisque le chef de la junte a fait appel à des mercenaires russes et a récemment expulsé l’ambassadeur de France à Bamako. Mais enfin, pour qui se prend-il ? Ne peut-il pas se contenter d’aller « réparer la clim » comme M. Macron l’avait si délicatement dit au président burkinabé en novembre 2017 ? Les chefs d’État du Sahel se croient maintenant tout permis, au point de s'être rendus de mauvaise grâce à Pau en janvier 2020 à une convocation du président français qui  les sommait de clarifier leur position sur l’opération Barkhane. Il y auraient vu une forme d'arrogance et de mépris. Mais où vont-ils chercher cela ?

Des esprits chagrins ne manqueront pas de souligner que la retraite du Mali marque peut-être le début de la fin de la « Françafrique ». Installer des régimes conformes à ses intérêts, soutenir des dirigeants corrompus qui lui doivent tout, c’est ce que fait la France dans ses anciennes colonies en Afrique depuis des décennies. Le moment approche où il va falloir payer la facture. Celle de l’intervention au Mali s’élève à 58 militaires tués, sans doute des centaines de victimes civiles et 8 milliards d’euros.

© TF1

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre