marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

399 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2021

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Le grand épidémiologiste du Macronistan

Les ministres s’en émerveillent, les conseillers en sont ébahis, les courtisans se pâment : Emmanuel-Moi-Je Ier est devenu le Grand Épidémiologiste du Royaume.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le président de la Chambre d’Enregistrement, Richard Ferrand, Docteur ès Flagorneries, l’a confié à une gazette dévouée à la cause du souverain : « Un jour, il pourra briguer l’agrégation d’immunologie ». Un des ministres glisse cette confidence à un plumitif de la Cour : « Il va finir épidémiologiste ». Un conseiller du Roi rapporte avec enthousiasme qu’il « s’est tellement intéressé au Covid qu’il peut challenger les scientifiques ». Il « emmagasine en continu une quantité surhumaine d’informations » s'extasie tel autre (voir ici).

Dès le début de l’épidémie, Emmanuel Moi-Je-Ier s’était entouré d’un Conseil scientifique chargé de l’informer de l’état des connaissances sur ce redoutable fléau. Lorsqu’il annonçait une décision à ses sujets, le Roi ne manquait alors jamais de souligner qu’il suivait les recommandations des « scientifiques ».

Mais très vite, il s’agaça de leurs avis. Comment tolérer que lui, Emmanuel-Moi-Je Ier, doté d’une exceptionnelle intelligence comme le répètent à l’envi ses adorateurs, soit dépendant de quelque « sachant ». Lui-même ne sait-il pas tout et sur tous les sujets ? Alors il commença à ignorer les avis du Conseil scientifique avant de cesser de les consulter. Il n'en a nul besoin puisqu'il « lit tout ce qui sort de scientifique sur le sujet, interroge d’innombrables experts et cherche chaque jour ce qui se produit de nouveau pour ne rien laisser passer », assure le Docteur ès Flagornerie.

Si l’omniscience d’Emmanuel-Moi-Je Ier plonge la Cour dans l’admiration béate, il en va différemment de ses sujets, dont plus de 85 000 ont déjà succombé à une épidémie qui semble repartir dans le Macronistan alors qu’elle décroit ailleurs. Bien que n’ayant pas la chance d’avoir ce dirigeant éclairé que le monde nous envie, d’autres pays déplorent beaucoup moins de victimes.

Pour distraire ses sujets, le Grand Épidémiologiste chargea alors deux de ses ministres de lancer une nouvelle Inquisition afin de bouter les suppôts des Mahométans hors des universités du Royaume. Et pour dissuader les plus récalcitrants de contester ses décisions, il fit voter par la Chambre d’Enregistrement plusieurs lois renforçant les pouvoirs de sa police et son impunité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk