marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

363 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2021

Emmanuel de Grouchy

Confinement saison 3 : comme en mars 2020 et comme en octobre 2020, le président de la République a laissé la situation se dégrader pendant de nombreuses semaines avant de prendre une décision qu’il écartait encore il y a peu de temps. Une fois de plus, il a « frappé son Waterloo » comme disent les Québecois.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les plumitifs de la Cour nous ont expliqué pendant tout le mois de février que M. Macron était sur le point de « gagner son pari ». Celui-ci étant perdu, ils vont à présent recevoir une nouvelle mise à jour des éléments de langage qu’ils doivent désormais utiliser. Avoir attendu le 18 mars pour décider ce qui avait été exclu le 29 janvier, nous assureront-ils, ce n’est pas avoir perdu 7 semaines mais en avoir gagné autant.

Mais la propagande du régime macroniste est une boussole qui indique le sud. Enrayer la propagation de l’épidémie aurait évidemment été plus rapide quand il y avait 15 000 nouveaux cas par jour qu’en partant de 35 000 (chiffre qui dépassera sans doute 50 000 d’ici quelques jours). Ce qui aurait pu se faire en 4 semaines va donc probablement nécessiter 6 à 8 semaines. Il suffisait pourtant d’observer ce qui s’est passé en Angleterre et en Irlande en décembre pour comprendre que la variante anglaise du virus se propagerait de la même manière en France et avec les mêmes conséquences (voir ici).

Ce troisième confinement donne la mesure du fiasco de la politique sanitaire de ce régime. Il aura échoué dans tous les domaines : les masques avant le premier confinement, les tests avant le deuxième et les vaccins avant le troisième. Il n’a pas dévié d’un iota dans sa politique de destruction de l’hôpital public, en poursuivant notamment depuis un an la réduction du nombre de lits dans les hôpitaux. Alors que la France dispose de 7 lits de réanimation pour 100 000 habitants contre 24 en Allemagne, pas un seul lit de réanimation durable n’a été ajouté depuis le début de l’épidémie (voir ici) !

D’ici 2 à 3 semaines, le  « chef de guerre » reconverti en Grand Épidémiologiste portera la responsabilité de plus 100 000 morts causés par l’épidémie de Covid-19 en France.

Ce n’était peut-être pas son projeeeeeeeeet mais ce sera assurément son bilan !

Emmanuel, marquis de Grouchy par Jean Sébastien Rouillard © Wikimedia Commons

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener