Les fainéants "emmerdent" les Français

Quand on en viendrait presque à penser que Nicolas Sarkozy faisait preuve de hauteur de vue...

Après son "Casse-toi pauv' con", Nicolas Sarkozy avait pris sur lui de modérer un peu plus ses propos.

Emmanuel Macron, lui, semaine après semaine, continue d'insulter les Français qui ont le mauvais goût de ne pas faire partie de sa caste ou de son fan club. Illettrés, alcooliques, "rien", fainéants, cyniques : la liste est longue. Et il confirme à chaque fois qu'il "assume totalement".

Observant le rythme de plus en plus soutenu de ces insultes, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, craignait sans doute de ne pas satisfaire les espoirs que son maître place en lui. Aussi a-t-il déclaré aujourd'hui : "Je respecte le droit de manifester mais je m'oppose au fait qu'on emmerde les Français". Nul doute que Macron Ier saura le récompenser en lui tirant affectueusement l'oreille comme il sait si bien le faire.

La phrase de ce marcheur zélé mérite toutefois qu'on s'y arrête. Ceux qui "emmerdent" les Français ne peuvent être français, car on conçoit mal qu'ils "s'emmerderaient" eux-mêmes. Que sont-il donc ? De mauvais Français ? Des ennemis de l’intérieur ? Des hordes de migrants, mécontents de la réduction des protections sociales pour lesquelles, c'est bien connu, ils ont quitté leur pays en guerre et risqué leur vie afin de rejoindre la patrie des droits de l'homme et faire la connaissance de sa police si accueillante ?

Quoi qu'il en soit, le président de la République et son ministre de l’Intérieur ont confirmé que la France sortirait bientôt de l’état de droit (voir ici) avec le projet de loi "renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme". Ce n'est pas du tout un lapsus, il faut les croire !

Les fainéants et les "emmerdeurs" peuvent regarder du côté de Bure (voir ici) pour se rendre compte que la sortie de l’état de droit est En Marche !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.