LETTRE A UN COMPAGNON SYMPATHISANT D'EN MARCHE EN AVANT MARCHE EN AVANT MARCHE EN

Pourquoi tant de haine ? E.Macron est un pur produit de l'élite oligarchique comme tant d'autres ! Viendrait-il de nulle part, ni de la droite, ni de la gauche ? Serait ce la déception d'un fol espoir savamment entretenu par les médias, d'un président "nouveau" pour "un monde nouveau"? Ou bien est ce pire ?

Lettre à un sympathisant de en marche en avant marche en avant…          Aucamville le 26 janvier 2019

 

JP :

 

Le problème n’est ni Macron, ni Carlos Ghosn, ni les Gafa, ni les gilets jaunes ou bonnets rouges, costumes gris ou chaussettes noires...le problème est la logique du capitalisme qui ne peut que mener au suicide collectif malgré sa capacité extraordinaire à recycler dans son système et sa propre logique ses « déchets » humains ou matériels, ce qu’on nomme curieusement ses extériorités négatives et leur recyclage « l’intériorisation des externalités négatives » : marché du carbone, Cat Bonds… et traitement social du chômage et de la pauvreté.

 

C’est un parti pris assumé et étayé que je développe (infra) : le mode de production capitaliste, dont notre président pense que sa déclinaison financière va vers sa fin, ( d’un vœux aussi vain que la terrible menace de son prédécesseur ), entraîne la destruction des liens sociaux ( collaboration et partage) et de l’environnement.

Parti pris assumé et étayé : je vais donc au maximum citer mes sources.

« Le capitalisme ultralibéral et financier, trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin » a déclaré Emmanuel Macron lors de ses vœux 2019.

"Mon véritable adversaire [...] c'est le monde de la finance" a déclaré

François Hollande, le 22 janvier 2012 au Bourget.

Le capitalisme et les capitalistes se portent bien selon le dernier bulletin de santé d’OXFAM et d’ATTAC.

Alors pourquoi tant de haine contre celui-ci, Emmanuel Macron ?

La déception d’un fol espoir savamment entretenu par les médias et piloté par ceux qu’on appelle l’élite oligarchique ?

Des noms ! Cet adversaire n’a pas de nom ?

( https://youtu.be/bb9cKK9kn0A )

Près de chez nous, toutefois, vous avez déjà les propriétaires des grands médias qu’on peut parfaitement nommer…Ils sont nombreux.

E. Macron est issu de ce milieu, de ce grand corps d’état qui pratique assidûment ce que les anglo saxon appellent les « revolving doors ».

Pratique largement mondialisée qui permet à un ancien président de la commission européenne Mr Baroso de conseiller dorénavant Goldman Sach, la banque qui a maquillé la dette grecque en produits financiers pour son entrée dans la zone euro tout en achetant ses obligations et en spéculant sur son défaut (CDS).

Entre Bercy, ces hauts fonctionnaires sortis de l’ENA dans la « botte » et les grandes entreprises (financières) il y a de puissants courants d’air !

( cf le « livre noir des banques » Attac qui date un peu mais est très facile à lire )

Mais l’ascension d’ E.Macron est particulière comme le rapporte Juan Branco dans son bouquin qui ne trouvera pas d’éditeur : « Crépuscule ».

( http://www.gillesclement.com/fichiers/_communique_02518_macron-et-son-crepuscule-3.pdf )

Il y a bien sur la collusion avec cette oligarchie que la collection de « Une » des médias a exhibé sans fausse pudeur, mais aussi la collecte de fond qui a permis la mise en place d’une machine électorale qui a plié les grands partis.

Il y a aussi des zones d’ombres que l’affaire Benalla a fait ressurgir et que Juan Branco éclaire d’une lumière crue.

Il faut lire «  Crépuscule » et ensuite discuter.

Bien sur, mes lectures sont orientées ...et discutables.

Ma bibliothèque a désormais une devanture très « économie- politique-finance-histoire » qui a fait pratiquement disparaître des décennies de lectures « psy ».

Devanture principalement de gauche bien sur, mais pas exclusivement, restons à droite si tu veux :

« En finir avec l’économie de sacrifice » Henri Guaino assez éloigné de la FI que tu associes à...Chavez et à la pire dictature en risque !

« Pour casser le cercle vicieux économique et social qui pousse une partie des Français à la révolte et l’autre au désespoir, il faut une stratégie : desserrer le carcan de l’austérité qui détruit la confiance dans l’avenir et étouffe l’audace et l’initiative, investir massivement, rendre du pouvoir d’achat au lieu d’en retirer, engager les mutations qui devront l’être à partir de quelques principes simples. »

4ème de couverture, c’était en août 2016.

Un pavé, certes, avec 28 chapitres tous intitulés : « les trop bons élèves…. »

Quant à défendre le capitalisme, autant le faire intelligemment !

Discutons alors de la monnaie, de la dette, de l’UE et de ses traités, de la Grèce vendu à la découpe…

Discutons des « communs » sans désigner d’un doigt ostensiblement accusateur la dérive du stalinisme, le goulag, discutons de nouvelles formes de démocratie sans brandir la menace systématique des « extrêmes ».

Si «Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.» (Junker) alors, à défaut de changer le peuple , il faut rétablir le suffrage censitaire  !

 

Il y a, il est vrai, un point sensible autour de l’exercice du pouvoir par notre président.

J’ai décri la dangerosité de cet exercice, puis précisé ma pensée à des contradicteurs.

( https://blogs.mediapart.fr/michel-cazeneuve/blog/170119/macron-attention-cet-homme-ne-deconne-pas-il-est-dangereux )

Quand j'écris qu'il ne déconne pas c'est bien sur en lien avec sa phrase. "il y en a qui déconnent " (chômeurs)

Mais il ne déconne pas veut aussi dire pour moi qu'il ne peut pas / ne sait pas déconner.

Autrement dit il n'est pas un porte parole du capitalisme, il est la parole.

Il ne tente pas de masquer, il n'y a pas chez lui cette duplicité qu'il y avait chez ses prédécesseurs.

Il ne représente pas, il ne masque pas, il ne ment pas.

Il n'y a pas de contradiction ou de contradicteur qui vaillent.

C'est l'analyse que je fais de la spécificité Macron due à sa personnalité, son entourage...son ascension, sa manipulation  ( voir "Crépuscule " de Juan Branco)

Je rejoins E.Todd quand il parle à sa façon, de "très limité intellectuellement" c’est à dire"incapable de comprendre ce qui se passe"  "rapport partiel à la réalité" et ou il s’interroge si la seule issue pour lui n’est pas « un coup d'état ».

( https://www.youtube.com/watch?v=RvQc0TJUVdE&t=240s )

C'est aussi avec ça qu'il faut comprendre (aussi) la façon dont la répression des manifestations est organisée et les flics utilisés.

Médiapart en fait un bilan terrible.

( https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/allo-place-beauvau-cest-pour-un-bilan )

 

Il parle de la personnalité du jeune homme, moi aussi, mais aussi de son entourage et pas seulement Benalla (cf " Crépuscule")

Autrement dit, je pense  qu'il n'a que très peu de capacité à aborder la contradiction et les contradicteurs.

Les shows télévisés auprès des maires : ce sont des "performances" au sens artistique et sportif, des exhibitions ou le corps est au centre de la "(dé)monstration"

C'est très inquiétant, non? 

C'est de cette dangeriosité là dont je parle.

C'est peut être salutaire comme le dit Saul, car peut être qu'avec lui on est dans le brut, le dur, le non "négociable".

Es-t’il sincère, se demandent certains  consternés par les contradictions de ses discours, particulièrement celui du 10 décembre 2018 dont je cite un large extrait ?

La sincérité c'est l'apanage du névrosé car il peut mentir.

Ses prédécesseurs ne s’en privaient pas, avec plus ou moins de brio.

C'est tout le problème, il ne me semble pas déceler la moindre névrose dans cette affaire.

 

Alors les grands débats, les grands discours...pour rien ?

Dérision !

Intermède :

( https://www.facebook.com/JJYvars/videos/1859917204107457/ )

 

Et pour ce qui est de mon parti pris anticapitaliste, j’essaie de préciser l’intrication et les effets d’un mode de production avec un mode de fonctionnement psychique  « primaire ». J’essaie de comprendre et d’imaginer une sortie improbable.

On pourra en discuter.

( https://blogs.mediapart.fr/michel-cazeneuve/blog/300918/le-consentement-au-partage-mode-de-production-et-mode-de-jouissance )

Michel Cazeneuve

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.