La mia gazetta

Depuis des jours, lisant ça et là "la gazette de confinement" d'un bon nombre d'abonnés, je me suis dit qu'il n'y avait pas de raison pour que je n'écrive pas la mienne, à mon tour...

Je découvre donc que le terme gazette vient de l'italien gazetta, qui désigne une petite monnaie vénitienne, représentant une pie (gaza) équivalant au prix d'un journal.

En presse écrite, une gazette (presse écrite, appelée « nouvelles à la main » dans sa forme manuscrite) est un périodique imprimé consacré aux faits de société et aux actualités.

-------------

Samedi 21 mars 2020...

Agenda de confinement © Paolo Camilli

-------------

Plus sérieusement...

#EdgarMorin #IDI #Taddeï Interdit d'interdire - Edgar Morin sur «Les souvenirs viennent à ma rencontre» © RT - Frédéric Taddéï

----------------

Actualités du jour en direct https://nouvelobs.com/videos/x7ssedh.DMT/ces-animaux-reprennent-leurs-droits-pendant-le-confinement-des-humains-face-au-covid-19.html

Ces animaux reprennent leurs droits pendant le confinement des humains face au Covid-19

Dauphins en Sardaigne, poissons à Venise, oiseaux à Paris... Le confinement signe le grand retour de différentes espèces animales dans des espaces habituellement occupés et pollués par l'homme...

------------------

Lundi 23 mars 2020...

Comme une joie... (Kandinsky)

Image

--------------

Le rêveur heureux... (Constantine Manos)

Image

 ------------------

"La tendresse est, en général, liée à une espèce de force intérieure." (Françoise Sagan)

Image

------------

Mardi 24 mars 2020...

Adieu Manu Dibango !

Mais "Qui est mort de la vie ?"

Manu Dibango & Soul Makossa Gang @Jazz_in_Marciac 2019 © Manu Dibango

---------------------

Le papa d'Obelix, Albert Uderzo, vient lui aussi de nous quitter...

ob_lix_pleure

 ------------------------

https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/73099-paul-jorion-gael-giraud-sur-les-consequences-economiques-epidemie

Interdit d'interdire - Paul Jorion et Gaël Giraud sur les conséquences économique de l'épidémie © RT - Frédéric Taddéï - Interdit d'interdire

---------------

Mercredi 25 mars 2020...

"Il fût devenu fou ; la raison d'ordinaire

N'habite pas longtemps chez les gens séquestrés."

                                          La Fontaine

-------------------------

Du mieux dans le mal

--------------------

Vendredi 27 mars 2020...

Celui dont les pensées comme des alouettes

Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

Le langage des fleurs et des choses muettes!

                                   Baudelaire Élévation

Image

----------------------

Et comme souvent, il avait raison...

MÉLENCHON 2017 : NOUS SOMMES MENACÉS D'UN KRACH SANITAIRE ! © Mélenchon

----------------------

Samedi 28 mars 2020...

"Ne jamais sacrifier l'imaginaire, c'est la partie la plus réelle du monde..."

                        John Adriaan

Image

----------------------

Dimanche 29 mars 2020...

Mais, comme toujours, ce sont les artistes qui révèlent le mieux les choses...

Raymond Devos "Parler pour ne rien dire" | Archive INA © Raymond Devos

"Parlons de la situation, sans préciser laquelle ! Si vous le permettez, je vais faire brièvement l'historique de la situation, quelle qu'elle soit : Il y a quelques mois - souvenez-vous -, la situation, pour n'être pas pire que celle d'aujourd'hui, n'en était pas meilleure non plus. Déjà nous allions vers la catastrophe et nous le savions. Nous en étions conscients, car il ne faudrait pas croire que les réponsables d'hier étaient plus ignorants de la situation, que ne le sont ceux d'aujourd'hui... D'ailleurs, ce sont les mêmes ! Oui, la catastrophe, nous le pensions, était pour demain ! Mais c'est-à-dire qu'en fait elle devait être pour aujourd'hui, d'ailleurs... si mes calculs sont justes. Or, que voyons-nous aujourd'hui ? Qu'elle est toujours pour demain ! Alors, je vous pose la question, Mesdames et Messieurs : est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour-même, que nous l'éviterons ? Je vous signale, entre parenthèses, que si le Gouvernement actuel n'est pas capable d'assumer la catastrophe, il est possible que l'Opposition s'en empare... "...

------------------

"Dimanche. Envie de partager cette cantate de Bach, l'une des plus belles, l'une de mes préférées : Brich dem Hungrigen dein Brot, BWV 39 (Partage ton pain avec celui qui a faim)."

Johann Sebastian Bach. Brich dem Hungrigen dein Brot, BWV 39 © Bach

------------------

Merci Mithra pour cette initiative réconfortante !

La cantate BWV 39 est très belle mais je me permets d'y joindre la joie et l'allégresse de la Sinfonia de la BWV 29 ; nous en avons besoin !

Jean GUILLOU -Sinfonia de la Cantate BWV 29 (Bach) © Jean-Sébastien Bach

--------------------

Mardi 31 mars 2020...

Image

---------------------

"Je n’avais pas pensé dans le ventre mouvementé et resserré et anxieux de ma mère, qu’il put y avoir un jour à connaître quelque chose d’aussi beau que pouvait être l’aube."

                                      Pascal Quignard Un jour de bonheur

Image

--------------------

«Il arrive qu’à la fin d’une matinée, le ciel soit d’un bleu léger et que rien ne pèse plus sur vous. Les aiguilles de l’horloge du jardin des Tuileries sont immobiles pour toujours. Une fourmi n’en finit pas de traverser la tache de soleil.»

                              — Patrick Modiano

Image

------------------

Derrière l’appel du ministre de l’agriculture, des Français rêvent d’un retour à la terre.

Citadins ou périurbains, habitués ou non du travail agricole, certains voient dans l’épidémie une confirmation que leur avenir est dans les champs plutôt qu’en ville.

Jean-François Millet (1814-1875), « Femme faisant paître sa vache » (1858). Entre image d’Epinal fantasmée et ambitions concrètes, l’agriculture suscite des vocations en ces temps de pandémie.

Jean-François Millet (1814-1875), « Femme faisant paître sa vache » (1858)

--------------------

Et toujours "Interdit d'interdire", de l'excellent Frédéric Taddeï.

Avec, ce soir, Nicolas Baverez, auteur de "L'alerte démocratique" et "Le monde selon Tocqueville", et avec, ensuite, Juliette Duquesne qui a écrit, avec Pierre Rabhi "Vivre mieux sans croissance"...

Interdit d’interdire - Nicolas Baverez et Juliette Duquesne sur les conséquences du coronavirus © RT - Frédéric Taddéï - Interdit d'interdire

----------------

Mercredi 1er avril 2020...

Page 3, un extrait de « Surveiller et punir » de Michel Foucault. Celui-ci décrit la manière dont, face à la contagion des épidémies, le pouvoir met en place des dispositifs de quadrillage et de coercition, et affermit son emprise.

-------------------

"Combien de millions de personnes dans le monde se posent la fameuse question de Jacques Chancel: "et Dieu dans tout ça ?" " (B. Pivot)

----------------------

Aujourd'hui 1er avril, c'est le jour des blagues, "mais cette année, ça va être dur de faire le con finement."

------------------

Nous avons aussi besoin d'humour, à côté des danses macabres, pour resserrer les liens légers de l'entre-nous, même si, comme l'écrivait Scutenaire, "l'humour est une façon de se tirer d'embarras sans se tirer d'affaire".

La fleur non cueillie de cet avril, printemps confisqué pour les confinés qui comptaient en jouir, est un printemps rendu à la nature, même en ville, où les oiseaux, s'aventurant en piétons dans les rues désertées par le charivari humain, s'étranglent presque de pouvoir chanter et s'entendre.

----------------------

Une du Canard 1 avril 2020 © Le Canard enchainé

Une du Canard 1 avril 2020 © Le Canard enchainé

-------------------------

Vendredi 3 avril 2020...

"Ceux qui pieusement, ceux qui copieusement, ceux qui disaient... Ceux qui parlaient fort. Ceux qui péroraient. Ceux qui ne savaient pas mais qui parlaient quand même. Ceux qui parlaient quand même sans savoir... Ceux qui jamais ne disent "je ne sais pas". Ceux qui n'arrivent jamais à se taire. Ceux qui continuent de l'ouvrir en ne sachant pas plus.

Ceux qui, après s'être rapidement excusés, avoir fait leur mea culpa sommaire parlent à nouveau, parlent toujours, parleront encore pour faire marcher le grand commerce de la machine à bavardage qui ne coûte pas cher et rapporte gros,

Ceux qui pieusement, ceux qui copieusement, ceux qui benoîtement...

Ceux qui profitent du confinement pour livre Prévert."

(Extrait du billet de François Morel)

---------------------

20-4-3-psy

Les 31 meilleures images de Divan en 2020 | Humour, Blagues de ...

-----------------------

Effondrement, décroissance, relocalisation… Comment la gauche pense l’après-coronavirus

L’épidémie de Covid-19 incite les intellectuels, militants associatifs et politiques de gauche français à repenser, notamment, le système économique et la notion d’Etat social.

AUREL

Ils réfléchissent déjà au « monde d’après ». De nombreux intellectuels, militants associatifs et politiques de gauche sont persuadés que le modèle actuel, fondé sur la croissance économique et le libre-échange globalisé, s’effondre.

En parallèle des interrogations sur la sortie du confinement se pose déjà la question du bilan du fonctionnement de nos économies et de nos sociétés. De quoi cette pandémie est-elle le nom ? La crise due au Covid-19 sera-t-elle l’occasion de refonder notre modèle et d’opter pour des mesures jusqu’alors inenvisageables ?

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/04/03/effondrement-decroissance-relocalisation-comment-la-gauche-pense-l-apres-coronavirus_6035379_823448.html

-----------------

Samedi 4 avril 2020...

" La conversation de Charles était plate comme un trottoir de rue, et les idées de tout le monde y défilaient dans leur costume ordinaire.."

                                          Flaubert.

------------------

Garden party

Image

-----------------

Dimanche 5 avril 2020...

Veillée d’avril

Il doit être minuit. Minuit moins cinq. On dort.
Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves,
Et moi, las de subir mes vieux remords sans trêves,
Je tords mon cœur pour qu’il s’égoutte en rimes d’or.

Et voilà qu’à songer me revient un accord,
Un air bête d’antan, et sans bruit tu te lèves
Ô menuet, toujours plus gai, des heures brèves
Où j’étais simple et pur, et doux, croyant encor.

Et j’ai posé ma plume. Et je fouille ma vie
D’innocence et d’amour pour jamais défleurie,
Et je reste longtemps, sur ma page accoudé,

Perdu dans le pourquoi des choses de la terre,
Ecoutant vaguement dans la nuit solitaire
Le roulement impur d’un vieux fiacre attardé.

Jules Laforgue

---------------

"Qui parle de bonheur, a souvent les yeux tristes
N'est-ce pas un sanglot de la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
"...

                          Louis Aragon

-----------------

Lundi 6 avril 2020...

Lundi saint

Bach - St. Matthew Passion BWV 244 (Karl Richter, 1971) © Jean-Sébastien Bach

Bach - St. Matthew Passion BWV 244 (Karl Richter, 1971) © Jean-Sébastien Bach

-----------------

"L'humanité redécouvre la solitude existentielle, le sens des limites et la mortalité."(Julia Kristeva)

--------------------

Un rossignol perché sur la main d'un homme en qui il fait manifestement confiance interprète la panoplie complète de ses chants.

Il s'agit d'un " Garrulaxe hoamy", un oiseau chanteur très apprécié en Asie ! Son nom chinois est : 画眉 (pinyin huà méi), littéralement «sourcils peints»…

Vidéo intégrée

https://twitter.com/i/status/1246823356634103809https://twitter.com/i/status/1246823356634103809

---------------

Et la faim dans le monde ? Combien de morts ?

(l'une des pires images qu'il m'ait été donné de voir dans ma vie)

Image

------------------

Cependant qu'au Vietnam, pas un seul mort (du covid19), à ce jour.

Un Français résidant au Vietnam : « La France, ce pays en voie d’enveloppement »

Les pays occidentaux ont-ils manqué de modestie face à la pandémie ? Un Français résidant au Vietnam, pays aux premières loges de la crise sanitaire mais où l’on ne déplore à ce jour aucun décès, témoigne.

Voir : https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200402.OBS26948/un-francais-residant-au-vietnam-la-france-ce-pays-en-voie-d-enveloppement.html

-----------------------

Mardi 7 avril 2020...

C'est toujours avec un immense intérêt, que j'écoute chaque soir à 19 heures l'émission "Interdit d'interdire" de Frédéric Taddeï. Et hier soir, l'interviewé était le philosophe Jacques Rancière qui s'exprimait sur les notions de "démocratie", "peuple", "populisme", etc. Et ce fut passionnant, et ô combien les gens intelligents (dont Taddeï, ce journaliste assez génial) font du bien ! Je vous invite donc à visionner l'émission d'hier soir, pour votre plus grand plaisir...

Jacques Rancière qui a écrit : "La haine de la démocratie " - La Fabrique, 2005, et "Le temps du paysage. Aux origines de la révolution esthétique", La Fabrique, 2020

Interdire d'interdire - La démocratie, le populisme et le libéralisme avec Jacques Rancière.

Interdire d'interdire - La démocratie, le populisme et le libéralisme avec Jacques Rancière © Frédéric Taddeï - Jacques Rancière

------------

Et je viens de lire cett énormité :

"Johnson en soins intensifs : pour Jean-Yves Le Drian, "cette hospitalisation est le symbole de la gravité de la crise"

Une crise n'est donc grave que quand elle touche les "puissants" ?

-----------------

Mercredi 8 avril 2020...

D'un billet l'autre, l'on se parle, se répond...

Ainsi, suite à la chronique de notre ami Max Angel "Journal d'un amoureux de la vie au temps du Corona Virus", je viens ce matin de lui répondre ceci :

------

Bonjour cher Max,

J'en reviens encore toujours à mon dada - dada qui aura été ce que j'aurais indéfiniment voulu partager, depuis toutes ces années sur Mediapart.

Il s'agit pour moi aussi de cette question que vous avez soulevée hier, en nous rapportant cette phrase de Valéry : « La guerre économique n’est qu’une des formes de la guerre naturelle des êtres : je ne dis pas des hommes, car on peut douter si l’homme n’est pas encore à l’état de projet…» 

Et aujourd'hui, vous rajoutez encore : "Mouiiii ! Les hommes ont bien du mal à devenir humains."

Mais qu'est-ce donc, pour vous, être "humain", cher Max ?

Serait-ce avoir du coeur ? Seulement avoir du coeur ou de l'empathie envers autrui ?

Pour moi, être un humain, c'est parler une parole humaine, c'est-à-dire une parole empreinte de sentiment et d'émotions vraies, où l'on peut entendre une "présence" ou y reconnaître l'Être. C'est-à-dire à l'opposé de ces voix publicitaires - voix vides de toute authenticité. Ou le blabla, comme on dit.

Mais il n'y a pas que les publicitaires qui soient vides... Il semblerait, à l'oreille, que la France entière... (à peu près tout l'Occident ?)...

Écoutons donc cette courte interview de Manu Dibango par Frédéric Taddeï. Écoutons sa voix dans laquelle son corps entier résonne... 

La voilà la présence. La voilà la Parole humaine...

Il s'agit du corps.

Et cela rejoint cette phrase de Lacan :

« La parole est un don du langage, et le langage n’est pas immatériel. Il est corps subtil, mais il est corps. »

Une parole, donc, corps subtil, qui produit des effets.

" src="//placehold.it/640x480&text=Manu Dibango dans Interdit d'interdire" alt="Manu Dibango dans Interdit d'interdire" id="d6b54090-7970-11ea-b97b-000c29f3dae3" data-insert="options%5Blegend%5D=Manu+Dibango+dans+Interdit+d%27interdire&options%5Bhighlight%5D=0" />

Et ""Quand l’homme oublie qu’il est le porteur de la parole, il ne parle plus. C’est bien en effet ce qui se passe : la plupart des gens ne parlent pas, ils répètent, ce n’est pas tout à fait la même chose. Quand l’homme ne parle plus, il est parlé." (Lacan)

-----------------

Et je lisais hier soir un article, apparemment très intelligent et brillant de Dominique Strauss-Kahn, sur Slate.

http://www.slate.fr/story/189339/economie-politique-coronavirus-covid-19-pandemie-analyse-dominique-strauss-kahn-crise-economique-democratie

Après l'avoir à peu près lu en entier, je me suis dit que décidément, DSK était brillamment intelligent.

Et j'en ai parlé à mon fils, lui disant que DSK venait donc de pondre un article très intelligent, mais auquel, pourtant, je n'avais strictement rien compris...

Et mon fils m'a alors répondu tout de go : "Donc il n'est pas intelligent"...

En effet :

« Ce que l'on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.»

                                 Nicolas Boileau

-------------

17 heures...

Un ami m'envoie ces deux liens, vers des vidéos You Tube.

La première, d'une interview de Daniel Sibony (célèbre philosophe et psychanalyste) nous parlant, à travers la controverse que suscite le médicament Hydroxychloroquine, ayant pu, chez certains patients, avoir des effets secondaires, du fait qu'il nous faut nous méfier de rejeter un cas particulier, et de penser au cas général.

La seconde, d'une interview d'un psychiatre, nous parlant, à propos d'écologie et de "fin du monde", de ce que peut être notre déni écologique - de ce qu'est le déni.

https://www.youtube.com/watch?v=gNlfZpJtjtY

https://www.youtube.com/watch?v=FdZFzEaCLkU

--------------

Jeudi 9 avril 2020...

Jeudi saint...

François Couperin - Troisième Leçon De Ténèbres À 2 Voix © François Couperin

----------------

Je lis encore ceci : que "des territoires «privilégiés» résistent encore et toujours à la pandémie. Dans le Lot, la Lozère ou le Cantal, aucun décès du Covid-19 n'a été constaté depuis le début de l'épidémie. Des départements, souvent raillés pour leur manque d'activité, vivent mieux la crise sanitaire qu'ailleurs." "Et ce n’est donc pas surprenant : ce sont des endroits où les populations sont très réparties sur leur territoire. Par exemple, le Lot est la seule région en France métropolitaine où il n’y a pas de pollution lumineuse, c’est-à-dire que le ciel s’offre à vous, la nuit, dans toute son immensité, du fait du peu de concentrations urbaines."

Qui pourrait donc encore prétendre, que ce virus serait sans rapport avec l'écologie ?

-----------------

Le ciel noir

Le ciel le plus pur de France est ici et l’éclat des astres y est total !

Les trésors les plus précieux se trouvent parfois tout simplement sous nos pieds… ou au-dessus de nos têtes !
Il en est un inestimable.

Le triangle noir

En 2002, une carte de la qualité des ciels nocturnes en France est publiée : au-dessus des Causses du Quercy, apparaît un triangle noir… La zone de plus faible pollution lumineuse de France métropolitaine se trouve là, entre Rocamadour et la Vallée du Célé !

Dans le désormais célèbre « triangle noir du Quercy », la lumière nocturne est quasi entièrement naturelle. L’éclat de tous les astres nous parvient en effet sans être troublé par le halo lumineux que génèrent nos éclairages publics. Quel émerveillement, les soirs d’été, lorsque dans la nuit profonde se détachent la voie lactée et toutes les étoiles, intenses, vibrantes !

--------------------

En ce temps de confinement qui nous laisse le temps de réfléchir, je ne sais pas si ceux qui peut-être me suivent, en profiteront pour encore lire et/ou écouter ceci, mais voici une vidéo d'Aurélien Barrau qui devrait nous amener à une réflexion, pour peut-être arrêter avec (selon lui) la "bêtise" et en revenir à du "sérieux" et au simple "bon sens" :

Aurélien Barrau : crise actuelle et monde à venir...

Aurélien Barrau : Crise actuelle et monde à venir © Aurélien Barrau

-------------------

Moment merveilleux où les lilas sont sur le point de fleurir - couleur inouïe - avant que tout cela n’éclate...

Image

------------------------

Vendredi 10 avril 2020...

Vendredi saint

Requiem de Mozart - Lacrimosa - Karl Böhm © Mozart

------------------

 "Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?"

Vendredi Saint. L'image et le chant comme pour porter le cri déchirant. Le cri de la rédemption qui fait basculer le monde dans le silence de la compassion. Une invitation à s'arrêter un peu pour écouter, contempler et se laisser prendre par le drame universel de la Passion. 

Photo : Aude Guillet, Crucifix, Monastère d'Univ, Ukraine

------------

Les dernières paroles du Christ :

"Père, je remets mon esprit entre tes mains."

Et, en disant ces paroles, il expira.

CHARPENTIER - Premières Leçons de Ténèbres du Vendredi Saint © Marc-Antoine Charpentier

-------------------------

Mais qui, aujourd'hui, lit encore les évangiles ?

Qui donc se pose encore la question du mystère du Christ ?

Qui donc se pose la véritable question de la Parole qui fait l'Homme - son Salut ?

le Christ n'est-il pas par essence, l’homme qui nous révéle, nous dit en le vivant, ou qui vit en nous le disant, le sens même (le symbole ou le signe manifeste) de la Parole, et de la condition inhumaine de ceux qui, en étant privés, souffrent de ne pas être ?

La seule question n'est-elle pas, en effet, d'être ou ne pas être ?

Philippe Sollers (toujours lui) ne nous dit-il pas pourtant l'essentiel :

« La seule chose jamais discutée, c'est : pourquoi vous, bipède parlant, être là ? Pourquoi vous plutôt qu'un autre ou que rien ? Pourquoi fatalité du blabla ? »

Le Christ ne guérit-il pas les malades, par sa Parole ?

Et quelle est-elle donc cette Parole ?

Pourquoi donc, alors que les hommes et femmes d'aujourd'hui sont si stressés par leur vie, ne vont-ils pas rechercher leur salut dans la psychanalyse, le lieu-même de la Parole ? 

À l'orée de notre mort, y a-t-il autre chose de plus important que notre salut, c'est-à-dire la recherche de notre vérité ?

Et un homme qui dit "En vérité je dis" et "Je suis la voie, la vérité, la vie", pourrait-il être un menteur ?

---------------------

Les hommes de parole vraie, encore restés des êtres véritablement vivants, sont ceux, tel Manu Dibango, dont on peut, si l'on prête l'oreille, entendre les sentiments et les émotions vrais exprimés, et ayant de la résonance dans leur corps entier...

"Ceci est mon Corps".

Manu Dibango dans Interdit d'interdire © RT - Frédéric Taddéï - Interdit d'interdire - Manu Dibango

-----------------

Samedi 11 avril 2020...

Samedi saint

Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu ?

De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si tu rends, - fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -
L'univers moins hideux et les instants moins lourds ?

Charles Baudelaire - Hymne à la beauté

-----------

Le soir et les tenailles de la solitude

Le soir où tout est dit où rien n’est une route

                            Paul Éluard

-----------------

Sybille Lacan, fille de Jacques Lacan, a écrit à peu près ces mots :

"Ne laissons pas nos morts, seuls, trop longtemps."

---------------

Dimanche 12 avril 2020...

PÂQUES !

"Vous la voyez, cette promesse têtue sur le bleu innocent ? Ce sont les golden de l'automne. Qu'en sera-t-il alors de nos épreuves ? La pomme vous dit juste : "On continue".

Image

---------------

Pâques est la fête la plus importante du christianisme. Elle commémore la résurrection de Jésus, que le Nouveau Testament situe le surlendemain de la Passion, c'est-à-dire « le troisième jour ». 

Les mots « Pâque » ou « Pâques » viennent du latin pascha emprunté au grec πάσχα, lui-même, par l'intermédiaire de l'araméen pasḥa, issu de l'hébreu biblique pesaḥ, dérivé du verbe pasaḣ qui signifie « passer au-dessus » ou "passage", car, selon la Bible, les juifs avaient reçu l'ordre de sacrifier un agneau indemne de toute tare et d'en badigeonner le sang sur les montants des portes afin que les puissances qui viendraient détruire les premiers nés égyptiens lors de la dixième plaie, passent au-dessus de ces portes sans s'arrêter. Chaque année les juifs commémorent cet événement lors de la fête de Pessa'h. La Passion du Christ s'étant déroulée, selon les évangiles, durant ces célébrations, le christianisme a investi cette fête et sa symbolique, le Christ devenant l'agneau immolé pour sauver l'humanité de ses péchés.

-------------

L'éclosion...

Image

Image

Image

Image

---------------

Éclosion nocturne. Suave parfum.

Image

-------------------

"Dear Friends, I miss you so much! Hope to see you soon! Happy easter "

                                       Cecilia Bartoli

https://twitter.com/i/status/1249304655139610626

Vidéo intégrée

-------------

Lundi 13 avril 2020...

Luciano Pavarotti - Montreal - 1978 - Panis Angelicus (César Franck) © César Franck

Panis angelicus fit panis hominum; Dat panis coelicus figuris terminum: O res mirabilis! manducat Dominum Pauper, servus, et humilis. Te trina Deitas unaque poscimus: Sic nos tu visita, sicut te colimus; Per tuas semitas duc nos quo tendimus, Ad lucem quam inhabitas. Amen.

Le pain des anges Devient le pain des hommes. Le pain du ciel met Un terme aux symboles. Ô chose admirable! Il se nourrit de son Seigneur Le pauvre, le serviteur, le petit. Dieu Trinité En Un, nous te le demandons, Daigne par ta visite Répondre à nos hommages. Par tes voies, conduis-nous Au but où nous tendons, À la lumière où tu demeures. Ainsi soit-il.

-----------

Cette image postée sur Twitter par François Morel m'a mise de très bonne humeur...

"Mes chers parents, je vole."

Image

--------------

"La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri."

                                           Chamfort

--------------

Rame, rame, rameurs, ramez
On avance à rien dans c'canoë
Là-haut
On t'mène en bateau
Tu n'pourras jamais tout quitter, t'en aller
Tais-toi et rame

(Alain Souchon)

Michel Jullien, Intervalles de Loire

« Le rameur » de James Ensor (1883)

-------------------

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.