Blog suivi par 5 abonnés

Le blog de Mohammed Yefsah

  • Tunisie : Un autre journaliste condamné à la prison

    Par | 2 recommandés
    Tunisie - Témoignage de Fahem Boukadous © Reporters sans frontières
    Le journaliste tunisien Fahem Boukadous a été condamné le 13 janvier dernier, à quatre ans de prison ferme par le Tribunal de Gafsa. Fahem Boukadous a été parmi les rares, voire l'unique reporter à avoir couvert, au premier semestre 2008, la révolte populaire du bassin minier de Gafsa, pour la chaîne satellitaire El Hiwar Ettounsi. Ceci n'était pas du goût du régime tunisien.
  • Une marche pour la suppression du ministère de l'identité nationale

    Par | 6 commentaires | 5 recommandés
     Un appel à une marche pour la suppression du Ministère de l'identité nationale et de l'immigration a été lancé par une trentaine d'organisations associatives, syndicales et politiques. Cette marche, prévue le 27 février prochain à Paris, partira de la place de la Bourse pour arriver au siège du Ministère contesté.
  • Corruption : « L’Etat est devenu l’objet de prédations »

    Par | 1 recommandé
    Daho Djerbal est maître de conférences en histoire à l’Université d’Alger-Bouzaréah. Il a été aussi professeur invité de l’Institut d’Études Politiques de Paris et de l’Université de Princeton aux États-Unis. Depuis 1993, il est le directeur de la revue NAQD(1) d’études et de critique sociale, créée en 1991. En 2008, cette revue bilingue, français et arabe, à consacré un numéro spécial au phénomène de la corruption. Dans cet entretien, Mr Djerbal analyse les spécificités du phénomène de la corruption en Algérie, ses évolutions, sa nature, la connexion du secteur privé et public, et bien d’autres questions.
  • « L’unité arabe est réelle en tant qu’unité des régimes contre leurs propres peuples »

    Par | 15 commentaires | 6 recommandés
    Hocine Belalloufi est un journaliste algérien, indépendant et engagé. Ancien rédacteur en chef du journal Alger-Républicain, il est l’auteur de l’essai Grand Moyen-Orient : Guerre ou paix ? (1), traduit en plusieurs langues et en attente d’un éditeur en France, dans lequel il plaide pour une nouvelle révolution arabe. Actuellement, il finalise un autre essai sur l'Algérie, qui devrait être publier au cours de cette année. Dans cet entretien, l'essayiste analyse plusieurs sujets stratégiques, dont le projet du président Sarkozy, l'Union pour la méditerranée (UPM), dont une réunion est prévue pour ce mois, pour tenter de le relancer un an après le raid israélien contre Gaza.
  • Le prix Goncourt de la poésie remis hier à Abdellatif Laâbi

    Par | 4 commentaires | 3 recommandés
     Récompense du poète au chant singulier C'est dans la discrétion que le prix Goncourt 2009 de la poésie a été remis officiellement, hier à Paris, au poète marocain Abdellatif Laâbi, figure prolifique de la littérature francophone moderne. L'Académie Goncourt l'a primé pour l'ensemble de son œuvre, riche d'une trentaine de publications. Cet auteur, l'un des importants de la génération post-indépendance marocaine, est aussi un romancier, dramaturge et traducteur.
  • Vent de révolte en Algérie

    Par | 10 commentaires | 5 recommandés
    La grogne sociale a gagné le front des travailleurs algériens dans plusieurs secteurs économiques, après celle de la fonction publique et les marches populaires pour l'emploi et le logement dans différentes villes du pays. Le mouvement de grève dans le secteur économique a été entamée le 2 janvier par les ouvriers de la Société nationale de véhicules industriels (SNVI), et a gagné l'ensemble de la zone industrielle de Rouiba, située à 15 kilomètres d'Alger. Cette grève, aux portes d'Alger, intervient après la dernière tripartite Gouvernement-Patronat-Union Générale des Travailleurs algériens (Ugta), qui a remis en cause des acquis sociaux.
  • L'esthétique des fantômes de la colonisation

    Par | 6 commentaires | 8 recommandés
    Les fleurs du mal de Baudelaire disent l'étrangeté et la beauté de l'amour avec la mélancolie et le chagrin collant à la peau de l'amoureux. L'étranger de Camus dit la beauté du soleil et de la terre charnelle algérienne en cachant la poudre, la déchéance et l'humanité du colonisé.