Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

310 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2021

Les proches de victimes d’incendies en prison à la peine pour obtenir justice

Pour les familles qui perdent un proche dans un incendie en prison, obtenir réparation relève du parcours du combattant. S’il est souvent vain de vouloir faire condamner, au pénal, les agents responsables des dysfonctionnements ayant entraîné la mort, il reste possible d’engager la responsabilité de l’État devant les tribunaux administratifs. Une démarche souvent longue et fastidieuse.

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Charline Becker de l'Observatoire international des prisons-section française. Dossier "Incendies en prison", 6/6

Pour tout décès en détention, une enquête aux fins de recherche des causes de la mort est ouverte. Elle a pour objectif de déterminer si la cause du décès est susceptible de constituer une infraction, auquel cas une information judiciaire est ouverte. Dans les faits, ces enquêtes sont le plus souvent classées sans suite. Pour les incendies survenus à Villefranche-sur-Saône en 2021 ou encore à Villepinte en 2020, pour ne citer qu’eux, quelques semaines auront suffi pour classer l’affaire. Même lorsque les investigations menées mettent en avant certains dysfonctionnements, il est rare que les parquets les considèrent suffisants pour caractériser une infraction. À Villepinte, où un homme est décédé dans un feu de cellule en juin 2020, l’interphonie et les alarmes défaillantes, tout comme le manque d’effectifs présents ce soir-là, n’auront pas suffi à convaincre le procureur de déclencher des poursuites(1). Il arrive, dans de rares cas, que des instructions soient ouvertes. Un mois après le décès d’un détenu dans un incendie à la prison de Fleury en 2016, le parquet, interpellé par « les conditions d’interventions », décidait ainsi d’ouvrir une information judiciaire. Mais, cinq ans plus tard, la procédure semble au point mort, en dépit des multiples relances de l’avocat de la famille. « Ça fait partie des instructions mises de côté. Cela fait des années que rien ne bouge et la famille est épuisée », peste-t-il.

Souvent pessimistes sur les possibilités d’obtenir une condamnation au pénal, certains avocats écartent d’emblée cette voie pour concentrer leurs efforts sur le terrain administratif. Me Legrand, l’avocat de la famille d’Hamidi Bensouina, décédé dans l’incendie de sa cellule à Douai en novembre 2020, s’apprête ainsi à déposer une requête devant le juge administratif.

Depuis 2003 et l’arrêt Chabba rendu par le Conseil d’État, la procédure administrative permet en effet d’engager la responsabilité de l’État pour une succession de fautes simples. Les incendies en détention étant souvent révélateurs de dysfonctionnements en série (lire page 14), depuis 2004, les condamnations se sont donc multipliées(2). Diverses fautes ont été retenues par les tribunaux : manque de surveillants en service de nuit, absence de repérage et prise en charge inadaptée d’un détenu suicidaire et incendiaire, dysfonctionnements dans le repérage de l’incendie et l’évacuation des fumées, alerte tardive des pompiers…

Ces démarches, longues et fastidieuses, demandent persévérance et acharnement. Salah Zaouiya en sait quelque chose : il lui aura fallu plus de douze ans pour obtenir justice pour son fils Jawad, décédé en 1996 dans un incendie déclenché par son codétenu à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy. Après un premier classement sans suite et une plainte au pénal qui aboutira à un non-lieu quatre ans plus tard, la famille de Jawad se tourne au début des années 2000 vers le tribunal administratif. En première instance comme en appel, les juges retiennent l’existence d’une succession de fautes imputables à l’État. La Cour d’appel pointera notamment des matelas ne respectant pas les normes de sécurité incendie, une évacuation insuffisante des fumées toxiques et l’impossibilité pour le surveillant de nuit d’accéder rapidement aux outils de lutte contre les incendies. Des jugements confirmés par le Conseil d’État, qui déboutera en 2008 le garde des Sceaux de son ultime pourvoi. Une décision importante pour la famille de Jawad : « Ça a été un combat de tous les jours, pendant douze ans. On a fait des sacrifices, la vie de famille en a pris un coup. Ce n’était pas facile. J’en ai connu des familles qui ont explosé. Mais mes proches m’ont toujours poussé à tenir. Sans leur soutien, ce combat aurait été impossible à mener », explique aujourd’hui son père. Une affaire importante juridiquement, mais également symboliquement : largement médiatisée, elle aura, espère Salah, montré la voie à d’autres familles.


Découvrez les articles au sommaire de ce dossier sur les incendies en prison :


(1) OIP, « Incendie à la prison de Villepinte : un mort, et beaucoup de questions », juillet 2020. Et aussi « Incendie mortel à Villepinte : un classement sans suite, et toujours autant de questions », Dedans Dehors n°108, octobre 2020.
(2) Tribunal administratif de Rouen, n°0202252, 17 septembre 2004, Cour administrative d’appel de Nancy, n°06NC00515, 25 janvier 2007, CAA de Marseille, n° 09MA02959, 7 juillet 2011, CAA de Paris, n° 18PA02082, 20 décembre 2019.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA