pablo Stefanoni

Journaliste et historien.

Buenos Aires - Argentine

Sa biographie
Journaliste et historien ayant vécu et travaillé plusieurs années à La Paz. Ex-directeur de la version bolivienne du Monde diplomatique et aujourd’hui rédacteur en chef de la revue continentale Nueva Sociedad, auteur (avec Hervé Do Alto) de Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie (Raisons d’agir, 2008). Chercheur au CeDInCI (Centro de Documentación e Investigación de la Cultura de Izquierdas).
Son blog
10 abonnés Le blog de pablo Stefanoni
  • 4 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Bolivie: comment Evo est tombé

    Par
    foto-jeanine
    Coup d’État militaire contre un gouvernement populaire? Rébellion de la société contre un régime tenté par l’autoritarisme? La chute d’Evo Morales, que personne – pas même ses adversaires – n’aurait imaginé il y a à peine trois semaines, mérite mieux que des clichés idéologiques en roue libre.
  • Le boomerang bolivarien: la crise vénézuélienne et la gauche latino-américaine

    Par
    Le modèle bolivarien qui, pendant des années, a servi de phare et d’inspiration à d’autres forces politiques de la région, est désormais un repoussoir. La crise que traverse le Venezuela devrait être l’occasion d’un débat sur les limites et les erreurs du seul pays qui s’est proclamé socialiste après la chute du mur de Berlin.
  • Le «cadeau» d’Evo à Salvini… et au «frère» Bolsonaro

    Par
    Evo Morales a livré Battisti en 24 heures. Non seulement le gouvernement bolivien lui a refusé sa demande d’asile politique en un temps record, mais le militant italien n’a même pas eu le droit fondamental à un procès d’extradition qui aurait permis d’analyser le dossier.
  • La tentación del «nacional-estalinismo» en Venezuela

    Par
    La izquierda latinoamericana y europea debería centrar el debate sobre el sentido de la democracia en lugar de escudarse en una defensa ciega del chavismo que deja el camino libre a la derecha. Una análisis del exdirector de la edición boliviana del periódico mensual Le Monde diplomatique.