Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

7 Éditions

Billet de blog 1 juil. 2022

Soutien à Pinar Selek : la mobilisation s’organise

De multiples initiatives voient le jour en soutien à l’écrivaine et sociologue persécutée depuis bientôt 25 ans par la justice et le pouvoir turcs. Vous aussi vous pouvez aider la féministe et militante des droits humains.

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le face à face entre un État autoritaire et une femme engagée et solidaire nous concerne toutes et tous. Il concerne les chercheur.es parce que Pinar Selek a été torturée et emprisonnée en 1998 par le pouvoir turc pour avoir conduit des recherches sur les militant.es kurdes. Il concerne tous les artistes parce que Pinar est une écrivaine engagée qui a publié plusieurs livres, des romans, des contes, des essais, traduits en de nombreuses langues (voir ici ou ). Il concerne toutes celles et tous ceux qui défendent les droits humains parce que Pinar est une combattante des droits humains, en Turquie comme en France aujourd’hui. Il concerne chaque citoyenne et chaque citoyen parce que Pinar est privée de sa liberté par une décision de justice arbitraire. Exilée en France depuis 2012, Pinar ne peut plus retourner dans son pays, pour y vivre, y enseigner librement et simplement être avec sa famille et ses ami.es. Elle est privée de ses libertés fondamentales parce qu’un État a décidé de faire d’elle une « terroriste » en fabriquant de toutes pièces les preuves d’un attentat qui n’était qu’un accident, ainsi que l’ont démontré plusieurs enquêtes indépendantes : l’explosion du Marché aux épices d’Istanbul de 1998 a été provoquée accidentellement par une bouteille de gaz. Pinar Selek paye depuis bientôt un quart de siècle le prix de ses engagements auprès des femmes, des enfants des rues, des Kurdes, des Arméniens, des artistes …

Mais aujourd’hui le soutien à Pinar Selek est à la hauteur de l’injustice qui l’accable. La mobilisation s’organise et s’étend. Et ça fait chaud au cœur de voir la force et le nombre des initiatives qui ont suivi la décision de la Cour suprême de Turquie d’annuler son acquittement et de faire peser sur elle et sa famille des menaces financières.

Une équipe juridique se constitue et le travail des avocates et avocats de Pinar en France et en Turquie, sera décisif. Ils devront rédiger plusieurs recours. Les actions en justice sont longues et couteuses. Afin de pourvoir à ces frais, la Coordination des collectifs de solidarité a lancé une cagnotte. Vous pouvez y participer grâce à ce lien. Votre soutien, même modeste, est important.

Parmi les actions multiples déjà réalisées, on peut signaler des rassemblements de soutien (voir ici pour Lorient) ou des prises de position d’associations : La Cimade a exprimé sa solidarité avec Pinar, de même que des associations de migrants . Alors que les éditions des femmes-Antoinette Fouque et l’Alliance des femmes pour la démocratie ont produit un communiqué, les librairies se mobilisent également (voir ici le bel accueil à Bayonne). Il existe même un réseau de librairies solidaires avec Pinar Selek qui ont immédiatement produit une affichette qui est largement diffusée et téléchargeable ci-dessous.

(pdf, 154.7 kB)

Les laboratoires de recherche ne sont pas en reste (voir ici ou ) et des organisations syndicales se mobilisent ( par exemple la CGT 06 ou le SNESUP-FSU), des revues prennent position (voir ici) et des élu.es sont sensibles à la cause. Chaque action est comme un cerf-volant qui traverse les frontières et redonne un peu d’espoir et de liberté à Pinar.

Et ce n’est qu’un début. Des tribunes sont en cours de rédaction, des campagnes de sensibilisation vont essaimer. Nous nous battrons pour la réhabilitation pleine et entière de notre amie écrivaine et sociologue. Je dis « amie » parce que je sais que Pinar est l’amie de toutes celles et tous ceux qui luttent pour la démocratie, la liberté et les droits humains.

Je me permets, pour terminer ce billet d’information, de citer un très bel article de La Revue des deux mondes de René Dzagoyan, écrivain d’origine arménienne, qui analyse la condamnation de Pinar et celle de Osman Kavala, condamné à la prison à perpétuité il y a à peine deux mois. L’écrivain écrit ceci, avec beaucoup de force et de justesse :

« Le combat de Pinar et d’Osman est le même : prendre le parti des individus contre la puissance écrasante de l’État, soutenir le parti des femmes contre la violence patriarcale des hommes, se ranger du côté des Kurdes contre la violence légale de l’Armée, choisir le camp des Arméniens contre une machine négationniste qui tente désespérément depuis plus d’un siècle d’effacer la tâche indélébile d’un génocide sur son Histoire. En défendant ce qu’ils défendent, Pinar et Osman remettent en question les bases profondes d’un pouvoir qui fonde son existence sur la servitude et sa légitimité sur la peur. Sans qu’ils le sachent, leur simple protestation, poche de résistance, prouve l’impuissance de cet État à demeurer tout-puissant. Face au danger de contagion dans un pays où la crise économique justifie de moins en moins la soumission, l’État n’a pas d’autre choix que de faire taire les insoumis, quels qu’en soient les moyens. Plus un État se sent vulnérable, plus la répression est féroce. La double condamnation de Pinar Selek et d’Osman Kavala, signal de son intransigeance, signe l’aveu de sa fragilité. »

Tous les régimes autoritaires ont leur talon d’Achille et finissent par disparaître.

Pascal Maillard

Lien vers la cagnotte : https://www.helloasso.com/associations/karinca/collectes/solidarite-avec-p-nar-non-a-sa-condamnation

Plus d'informations sur https://pinarselek.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel