Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

183 Billets

7 Éditions

Billet de blog 15 déc. 2020

Sauver la culture, l’art et l’université: une priorité

Il suffit de regarder comment un pays considère ses artistes pour savoir ce qu’il vaut. Ce que Macron et son gouvernement font à l’Art et à la culture à l’occasion de cette crise sanitaire nous dit que nous valons bien peu. Pourtant des alternatives à la fermeture et au confinement existent.

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il suffit de regarder comment un pays considère ses artistes pour savoir ce qu’il vaut. Ce que Macron et son gouvernement font à l’Art et à la culture à l’occasion de cette crise sanitaire nous dit que nous valons bien peu. Il faut prendre connaissance des témoignages des artistes qui tentent de survivre à la crise. Mais plus qu’une « haine des artistes » que dénonçait récemment le comédien Charles Berling, je crois que ce gouvernement va tout simplement jusqu’au bout de son idéologie autoritaire et liberticide. Quitte à nous faire entrer dans un monde qui a perdu toute raison.

Le choix politique du gouvernement visant à privilégier certains secteurs économiques au détriment de la culture, de l’art et des universités est absurde, dangereux et totalement irrationnel. Cette irrationalité alimente une révolte compréhensible, qui fait peser de nouveaux dangers sur l’évolution de l’épidémie et sur toute la société. Les églises sont légitimement ouvertes mais les théâtres restent fermés. Le prêtre officie pendant que l’acteur intermittent ne peut plus assurer sa survie. Les consommateurs s’entassent dans des grands magasins et des supermarchés sous-équipés en protection sanitaire pendant que des musées et des salles de spectacle bien sécurisés sont interdits de public. Les étudiants ne savent toujours pas dans quelles conditions ils pourront retourner en cours en janvier et si la sécurité sanitaire sera enfin renforcée dans les universités. La France est en train de mériter son surnom d’Absurdistan.

Où en sommes-nous ? Nous savons désormais que le confinement, indépendamment des conséquences directes de la pandémie, a un coût humain, économique et social vertigineux : suicides, décompensations et traumatismes psychologiques, licenciements, pauvreté, précarité et misère de pans entiers de la population, en particulier de la jeunesse, seront notre lot quotidien. On ne peut s’y résoudre. Nous savons ensuite que nous devrons vivre avec le virus pendant longtemps, une année au moins, plus certainement. Nous savons enfin qu’il existe des moyens de vivre avec la pandémie en permettant à tous les secteurs de notre vie économique de fonctionner et à toutes nos activités culturelles, sociales, sportives et éducatives de se développer. Or ces moyens sont totalement ignorés par le gouvernement. Ils consistent dans la production et dans l’installation d’équipements de filtration, d’aération et de désinfection de tous les bâtiments publics. Des universitaires du séminaire Politique des sciences ont conçu une vidéo simple, didactique et précise qui propose un protocole pour les universités et qui donne des indications de coût. Ce protocole est facilement adaptable à d’autres lieux publics, aux salles de concert, de spectacle, aux cinémas, aux musées et bien sûr aux commerces qui restent souvent sous-équipés. Il faut regarder cette vidéo en entier et en tirer des enseignements pour faire des choix qui sont désormais urgents.

Comment sécuriser les universités vis-à-vis de l'épidémie? © Politique Des Sciences

Si l’État n’assure pas ses responsabilités en lançant un grand plan de production et d’installation d’équipements sanitaires dans les lieux publics, de production et de diffusion massive et gratuite de masques FFP2 - en donnant la priorité aux entreprises françaises qui ont la capacité de les produire -, il nous restera alors l’action citoyenne de protestation. Envoyons nos devis, factures et doléance à Macron. Si chaque établissement public, chaque lieu culturel, chaque salle de spectacle, chaque musée, chaque université envoie à l’Élysée ses besoins matériels en sécurité sanitaire et rend public ses demandes, nous arriverons peut-être à obtenir de l’État qu’il investisse enfin les quelques centaines de millions qui nous protégeront durablement et efficacement de la pandémie et nous sortiront de la logique absurde et mortifère des confinements à répétition.

Pascal Maillard

PS :

- La vidéo ci-dessus a été publiée dans une lettre de RogueESR que l'on peut lire intégralement ICI ou . Il y est aussi question du HCERES et de la loi de finance 2021. Le texte complet de la vidéo est accessible sur le site de Politique des Sciences.

- Pour plus de précisions sur les considérations techniques, je renvoie à la fiche pratique du Groupe Jean-Pierre Vernant que j'ai relayée sur mon blog sous le titre "De l'air !".

- Sur les masques, je renvoie à ce billet et à à la troisième partie de "Penser la pandémie", intitulée "La société masquée".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse