Du glyphosate dans les produits alimentaires

Enquête de Générations Futures: 53,3% des échantillons d’aliments analysés contenaient des résidus de glyphosate - Dangerosité du glyphosate: quand l'Union européenne copie-colle un rapport de Monsanto

https://www.generations-futures.fr/actualites/glyphosate-residus-aliments-rapport/

« Comme le montre notre enquête, la présence de résidus de glyphosate, parfois accompagnés de la présence du métabolite AMPA, est fréquente dans les aliments ciblés. Elle permet, pour une part sans doute importante, d’expliquer la contamination de l’ensemble des personnes testées pour le glyphosate, telle que mise en évidence dans nos recherches du glyphosate dans les urines d’avril 2017 ! » déclare François Veillerette, porte-parole et Directeur de Générations Futures. « Il y a donc urgence pour l’Union européenne de renoncer à l’usage de cette molécule classée cancérogène probable par le CIRC et de faire évoluer en profondeur son modèle agricole devenu trop dépendant des pesticides de synthèse. La France s’est exprimée par les voix de Messieurs Hulot et Philippe contre la ré-autorisation du glyphosate. Elle devra convaincre d’ici les 5 et 6 octobre – dates du prochain comité SCOPAFF – d’autres Etats Membres de la rejoindre dans son opposition à la ré-autorisation de cet herbicide. » conclut-il.

Téléchargez le rapport :Rapport glyphosate 2: analyses d’aliments

Dans la Libre Belgique :

Evaluation européenne du glyphosate: Des copiés-collés d'un rapport de Monsanto qui posent question (DOSSIER)

Le glyphosate, substance active du Round’up, pesticide de Monsanto le plus utilisé au monde, est au cœur d’une controverse d’ampleur internationale depuis plus de deux ans. En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé, l’a classé génotoxique, cancérogène pour l’animal et cancérogène probable pour l’homme. Quelques mois plus tard, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) puis l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) parviennent à une conclusion opposée : “Il est improbable que le glyphosate soit génotoxique (c’est-à-dire qu’il endommage l’ADN) ou qu’il constitue une menace cancérogène pour l’homme.” Depuis, la bataille d’experts fait rage à la veille du renouvellement de la licence de commercialisation de Monsanto pour 10 ans au sein de l’Union européenne. Le vote sur l’autorisation de cet herbicide pourrait avoir lieu le 5 ou 6 octobre au sein d’un comité d’experts.

Sur BFM :

Dangerosité du glyphosate: quand l'Union européenne copie-colle un rapport de Monsanto

En 2015, un rapport de l'Union européenne avait conclu à la non dangerosité du glyphosate. Mais selon notre enquête, une centaine de pages de ce rapport sont de simples copier-coller d'un rapport de 2012 élaboré par Monsanto.

Sur EURACTIV :

Paris tâte le terrain en vue du prochain vote sur le glyphosate

La France a envoyé des emails à plusieurs services diplomatiques à Bruxelles pour tenter de savoir quelle position ils adopteraient lors du prochain vote sur la prolongation de l’autorisation du glyphosate.

Plus d'articles : http://www.euractiv.fr/sections/agriculture-alimentation/

 

Sur Médiapart

  • Perturbateurs endocriniens : enterrement du principe de précaution en souriant

    L'U.E. a adopté un nouveau texte sur les perturbateurs endocriniens, ces molécules nocives qui altèrent nos fonctionnements hormonaux. Alors que la majorité des médias parlent d'une question de définition des perturbateurs endocriniens, l'enjeu réel se situe au niveau des régulations et du principe de précaution, noyé pour laisser une nouvelle « révolution agricole » faire surface prochainement.

  • Alimentation dangereuse : une question de santé publique méprisée par le politique

    S'empoisonner à bon marché est un facteur de croissance. C'est la conséquence de la mansuétude coupable, la complicité, es pouvoirs publics à l'égard d'une industrie agro alimentaire qui privilégie la chimie et le profit sur la santé du consommateur, à commencer par les ménages modestes

 

 Principe de précaution : des députés proposent de l'encadrer pour l'étouffer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.