Le supporter russe qui décrédibilise le pouvoir

Deux poids, deux mesures. Bernard Cazeneuve en appelle "à la responsabilité des syndicats" et redemande un rassemblement statique jeudi quand deux jours après son expulsion, le chef des hooligans russes est à nouveau en France - et ridiculise le propos sécuritaire opposé aux syndicats - comme l'expose l'article d'Olivier Pascal-Moussellard et Olivier Tesquet dans Télérama.

http://www.telerama.fr/monde/euro-2016-le-consul-le-supporter-shprygin-et-les-embarras-de-la-diplomatie-francaise,144148.php

Télérama montre l'incohérence contrastée du gouvernement en matière de sécurité. Ce qu'il invoque contre les manifestants est contredit par un supporter russe connu des services de police et de la diplomatie...

Qui est Alexandre Chpryguine, le supporteur russe qui a ridiculisé les autorités françaises ?

Deux jours après son expulsion, le chef des hooligans russes de retour en France

Comment un supporter russe a humilié les autorités françaises

 

 

Le gouvernement menace de remettre en cause l'exercice des libertés publiques pour la défense des droits sociaux en s'emparant et instrumentalisant tous les motifs qu'il trouve pour manipuler l'opinion, masquer l'ampleur de la mobilisation et disqualifier la critique. Le pouvoir évoque des "casseurs" pour justifier son entrave à la défense du progrès social mais il ne menace pas d'interrompre l'Euro alors que des bagarres de rue et des batailles rangées violentes ont déjà fait des blessés graves et un mort. Le gouvernement montre qu'il préfère l'intérêt pécuniaire de l'UEFA à l'effectivité des droits sociaux. S'il existe un danger, il existe pour tout le monde et partout.

 

Les syndicats s'étonnent donc légitimement de l'incohérence des propos du ministre de l'intérieur

Éric Beynel, l’un des porte-parole de Solidaires, juge les rassemblement statiques comme « complètement déraisonnable » : « Tout le monde sait qu’il est plus difficile de sécuriser, pour un service d’ordre syndical, un rassemblement statique qu’une manifestation mobile. Quand on fait du sur-place, le contact est plus direct avec les forces de l’ordre. C’est d’ailleurs ce qui explique les affrontements violents qui ont émaillé plusieurs manifestations. Chaque fois, c’est parce que le cortège était immobilisé par les CRS, comme devant l’hôpital Necker le 14 juin, ou alors à l’arrivée comme aux Invalides. Le gouvernement ne cherche pas à apaiser mais à mettre le feu et à transformer la place de la Nation en champ de bataille. » (cf. aussiLe syndicat Solidaires: «Le maintien de l’ordre est à revoir» 7 mai 2016 | Par Mathilde Goanec)

 

L'atteinte aux droits fondamentaux ne peut pas être justifiée par l'instrumentalisation de l'actualité et une communication politique visant à désinformer et manipuler l'opinion.

Ce lundi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a jugé que la tenue d’une manifestation entre la place de la Bastille et la Nation jeudi contre la loi Travail n’était "pas envisageable". Parmi les raisons évoquées, celles des dégradations constatées lors des précédentes manifestations.

Ces raisons ne sont pas fondées selon Gabriel Gaudy, secrétaire général de l'Union régionale d'Ile-de-France Force Ouvrière. "Nous nous apercevons que beaucoup de matchs de la coupe d’Europe sont assortis d’exactions, de caillassages, de dégradations autour des stades et ainsi de suite", a-t-il déclaré sur France Info.

Partant de ce constat, le syndicat demande "aussi au Premier ministre qu’il interdise la coupe d’Europe, parce qu’il y a des dégradations à côté des matchs de foot."

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/loi-travail-manifestation-nous-demandons-aussi-au-premier-ministre-qu-il-interdise-la-coupe-d-europe-799445

 

« Deux syndicats de police majoritaires – Alliance (affilié à la CFE-CGC, à droite) et FO – expliquent que les ordres tardent étonnamment à arriver aux forces sur le terrain au moment où les casseurs entrent en scène et le gouvernement veut interdire les manifestations au nom du maintien de l’ordre alors qu’il ne met pas les moyens efficaces de commandement pour garantir la sécurité dans les manifestations ?! » « La préfecture et le ministère savaient que des groupuscules venus d’un peu partout en France allaient monter, pourquoi ils n’ont rien fait ? Et ça fait trois mois qu’ils savent qu’il y a des problèmes dans les manifestations, et ils n’agissent pas en conséquence. À titre de comparaison, on a arrêté les hooligans après les heurts à Marseille en moins de 48 heures. », rappelait au lendemain des débordements du 14 juin Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT.

https://www.mediapart.fr/journal/france/200616/interdiction-de-manifester-le-gouvernement-joue-avec-le-feu?onglet=full

 

 

 

Voir aussi :

La « casse » de l’hôpital Necker : histoire d’une manipulation politique  19 juin 2016 | Par Gazette Debout

Au pays de la désinformation 20 juin 2016 | Par Jérôme FRAISSE

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.