Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 22 mai 2019

Manifestant éborgné en 2016 : le CRS renvoyé aux assises

Laurent Théron avait été gravement touché au visage par l'éclat d'une grenade de désencerclement, à Paris, lors de la mobilisation contre la loi travail. Les juges d'instruction ont pris leur décision contre l'avis du parquet, qui avait requis le renvoi en correctionnel du policier auteur du lancer. Par Ismaël Halissat — 21 mai 2019 à 17:11

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.liberation.fr/france/2019/05/21/syndicaliste-eborgne-en-2016-un-crs-renvoye-aux-assises_1728571

Pour les deux juges d’instruction, Matthieu Bonduelle et Carine Rosso, il s’agit bien d’un crime. Dans leur ordonnance de mise en accusation, datée de lundi et consultée par Libération, ils renvoient aux assises le policier Alexandre M., 51 ans, pour «violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente» (Art. 220-9 et 220-10 7° du code pénal). En l’espèce, la perte de l’usage d’un œil. Un élément clairement établi dans la procédure. Dans ses réquisitions, le parquet avait pourtant mis en doute le caractère irréversible de cette blessure. Un point juridique essentiel, car l’infraction serait alors rangée dans la catégorie des délits. Le parquet, qui n’a pas été suivi par les juges d’instruction, avait donc requis un renvoi devant le tribunal correctionnel.

Le 15 septembre 2016, place de la République à Paris, Laurent Théron reçoit un galet de grenade de désencerclement (GMD) à pleine vitesse dans le visage. Bien qu’opéré en urgence, le manifestant a perdu l’usage de son œil droit. Le syndicaliste souffrait aussi de multiples fractures des os du visage. L’enquête avait notamment permis de découvrir que le CRS ayant lancé la grenade n’était ni formé au maintien de l’ordre ni même habilité à utiliser cette munition.

«Disproportionné»

Dans leur ordonnance, les juges d’instruction concluent que le lancer de cette grenade n’était pas légalement justifié : «Au moment du lancer de la GMD, à 16h53, Alexandre M. et sa compagnie n’étaient ni assaillis, ni encerclés, ni même réellement pris à partie, étant séparés de plusieurs mètres de manifestants épars.» Le policier était notamment à 14 mètres de Laurent Théron. Un lancer «disproportionné» vu les circonstances, ajoutent les deux magistrats.

Dans son réquisitoire, le parquet estimait que s’il existait bien une «perte actuelle» de son œil droit, celle-ci ne correspondait pas à une infirmité permanente. Et qu’il existait une possibilité de se faire poser un implant. Un raisonnement sévèrement taclé par les deux juges d’instruction : «Le raisonnement du ministère public, qui opère une confusion entre des notions juridiques distinctes tout en se référant à des considérations d’opportunité, ne saurait être suivi.» L’ordonnance de mise en accusation conclut qu’il «résulte sans la moindre ambiguïté du rapport d’expertise médicalo-ballistique que Laurent Théron est définitivement aveugle de l’œil droit».

Pour Julien Pignon, l’avocat du manifestant, la position du parquet était «incompréhensible juridiquement» : «Par un tour de passe-passe qu’on a du mal à comprendre, si ce n’est du fait de son embarras, le ministère public soutenait que la perte d’un œil n’était pas une infirmité permanente. La réalité des faits est rétablie, il s’agit bien de faits relevant d’une qualification criminelle.» Egalement contacté, l’avocat d’Alexandre M., Laurent-Franck Liénard, annonce sa volonté de faire appel de l’ordonnance.

Ismaël Halissat

Prolonger :

La fiction de la Cour d'assises depuis 1941

Le régime de Vichy a modifié la tenue des délibérations du jury de Cour d'assises en imposant au jurés populaires la présence des magistrats professionnels. François Saint Pierre plaide pour la suppression de cet échevinage de Vichy, en assumant soit la suppression du jury populaire soit en affirmant son indépendance.

Pourquoi Macron abuse des références à la Seconde Guerre mondiale

Faire le pari de la société contre la politique du pire

Protéiformes, les droites dures prospèrent dans toute l’Europe

Macron & Le Pen, deux discours d'une seule et même extrême-droite

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum