Paul Cassia
Professeur des universités en droit
Abonné·e de Mediapart

205 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2018

Schengen: la France m'a tuer

La décision prise par le gouvernement français de maintenir jusqu’au 30 octobre 2018 un contrôle aux frontières intérieures en vigueur depuis le 13 novembre 2015 met, de fait, fin au système de libre circulation issu du « Code frontières Schengen ».

Paul Cassia
Professeur des universités en droit
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le programme présidentiel de la candidate du Front national, figurait la suspension du système de libre circulation des personnes issu du « Code frontières Schengen ».

C’est ce vœu que réalise, de fait, le gouvernement français, qui a informé dans la semaine du 3 avril 2018 la Commission européenne de sa décision de prolonger ses contrôles aux frontières intérieures pour six mois supplémentaires, du 30 avril au 30 octobre 2018.

Un précédent billet a rappelé que ces contrôles aux frontières intérieures avaient été réintroduits pendant un mois à partir du 13 novembre 2015 non en raison des attentats survenus ce jour, comme avait pu le faire croire l’intervention du président de la République d’alors, mais pour la tenue à Paris de la COP 21 du 30 novembre au 11 décembre 2015 – la demande de rétablissement avait été adressée à la Commission européenne le 16 octobre 2015 (Emmanuel Macron, européen dans le discours, souverainiste dans les actes). C’est ensuite au nom de la persistance de la menace terroriste que ces contrôles ont été systématiquement prolongés depuis, par tranches de six mois.

Alors même que la loi « antiterroriste » du 30 octobre 2017 a considérablement renforcé les contrôles d’identité aux frontières et dans le territoire français, le gouvernement a notifié à la Commission européenne, le 3 octobre 2017, sa décision de prolonger le contrôle aux frontières intérieures du 30 octobre 2017 au 30 avril 2018 en dérogation au principe de libre circulation des personnes, motif pris de la persistance de la menace terroriste. Le 28 décembre 2017, le Conseil d’Etat a validé cette décision gouvernementale, à la suite d’une interprétation constructive et pour tout dire erronée du « Code frontières Schengen » (Le Conseil d’Etat décode Schengen).

Comme il fallait s’y attendre, le gouvernement vient donc de récidiver pour six mois supplémentaires, en invoquant une fois de plus la persistance de la menace terroriste, alors pourtant qu’il n’a jamais pu être démontré jusqu’à présent que de tels contrôles avaient ou auraient utilement pu éviter la réalisation d’un seul attentat en France.

Dans le même temps, l’intrusion le 30 mars 2018 de cinq douaniers français dans la gare italienne de Bardonecchia a, selon la presse italienne, révélé « le visage de la France de Macron sur la question des frontières ». Ainsi que le rapporte la rédaction de Médiapart, « les éditorialistes n’ont pas de mots assez durs contre la France et Emmanuel Macron. La Repubblica parle de 'principes violés' et dénonce le 'vrai visage' de la France qui serait apparu dans cette affaire. L’éditorialiste du quotidien de centre gauche estime que l’Italie est ravalée par son voisin au rang de ‘province méridionale d’une forteresse assiégée’. Dans le Corriere della Sera, Massimo Nava, élargit le propos et souligne que ‘Emmanuel Macron ne sort pas de la logique nationale, que ce soit sur les migrants, sur les chantiers navals ou sur les opérations militaires’ ». 

 Les « regrets » exprimés par le ministre de l’Action et des comptes publics ne sauraient masquer l’essentiel : dans les discours présidentiels d’Athènes et de la Sorbonne, la France se présente comme européenne ; en pratique, elle défait l’Union européenne et braque progressivement de plus en plus d’Etats membres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND