Défense Ramadan : Fanny Bauer-Motti intoxiquée par l’extrême droite antisémite

Fanny Bauer-Motti ou comment associer confusément la défense de Tariq Ramadan à des schémas conspirationnistes et à un site antisémite…

Dans un billet en défense de Tariq Ramadan, sous le titre « Affaire Tariq Ramadan : Vers une honte judiciaire et médiatique ? », publié le 18 février 2018 sur son blog du Huffington Post Maghreb-Tunisie et sur celui qu'elle tient sur Mediapart, la psychologue Fanny Bauer-Motti m’associe indirectement à un site conspirationniste, antisémite et négationniste dans sa mise en cause des essayistes Caroline Fourest et Fiammetta Venner. C’est intolérable !

 

J’ai, certes, à plusieurs reprises critiqué les analyses peu sérieuses publiées par Fiammetta Venner (« "Le complot" ou les aventures tragiques de la critique », Mediapart, 19 juin 2009) et Caroline Fourest (« Caroline Fourest islamophobe ? », Mediapart, 4 février 2016), dans leurs tonalités islamophobes et à cause d’une critique du conspirationnisme qui emprunte paradoxalement des procédés au conspirationnisme lui-même. Et, comme Madame Fanny Bauer-Motti le reprend à travers une citation (qu’elle ne puise pas directement à la source, mais sur le site fangeux Alter Info, j’y reviendrai) dans son billet, j’ai mis en cause le rôle négatif de Fiammetta Venner dans l’évolution de Charlie Hebdo lors de ma démission de cette hebdomadaire en décembre 2004 (alors que j’avais commencé ma collaboration en avril 2001) : « Philippe Corcuff quitte Charlie Hebdo », Bella Ciao, 3 décembre 2004.

 

Le problème, c’est que Madame Bauer-Motti va chercher l’essentiel de ses supposées « informations » sur Fiammetta Venner et Caroline Fourest dans un article du site Alter Info (« Fiammetta Venner, aussi menteuse et manipulatrice que sa compagne Caroline Fourest », par E. R.), qu’elle présente de manière aberrante comme un « site de média alternatif ». Or, ce site est connu pour son orientation d’extrême droite avec une tendance marquée au conspirationnisme antisémite et négationniste (voir ici et ). Le responsable du site, Zeynel Cekici, a ainsi été condamné le 4 juin 2009 à 4 mois de prison avec sursis pour « provocation à la haine raciale, diffamation raciale et religieuse  et contestation de crimes contre l'humanité » par le tribunal correctionnel de Mulhouse (ici). Cette condamnation a été confirmée le 18 décembre 2009 par la cour d’appel de Colmar ; dans un de ses articles d’Alter Info, Zeynel Cekici avançait notamment que « l'Holocauste peut avoir été un habillage du vrai caractère de la Seconde guerre mondiale, qui était une attaque par une secte satanique hérétique juive (les banquiers) contre les chrétiens blancs en général » ().

Il est pour moi inacceptable que, dans une telle bouillie confusionniste, mon nom soit ainsi associé, même indirectement, à la propagande conspirationniste et antisémite.

 

D’autre part, la légitimation par Madame Bauer-Motti d’un site conspirationniste, antisémite et négationniste s’inscrit dans un billet où elle laisse entendre qu’il y aurait un complot entre les victimes présumées de Tariq Ramadan, Fiammetta Venner et Caroline Fourest contre Tariq Ramadan (« Des éléments de plus en plus troublants, annonce d’une collusion », sous-titre-t-elle), en participant ainsi, directement cette fois, à la prose conspirationniste. Par ailleurs, elle méprise, ce faisant, la parole et la souffrance des victimes présumées, dans une période où l’on commence fort heureusement à prendre conscience d’une violence structurelle qui meurtrit de manière répétée le corps des femmes dans nos sociétés encore patriarcales.

 

Le climat apparaît particulièrement nauséabond sur internet et les réseaux sociaux parmi une série de défenseurs, même les moins apparemment soupçonnables de dérives, de Tariq Ramadan.

 

Philippe Corcuff

Maître de conférences de science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Ancien chroniqueur de Charlie Hebdo (2001-2004)

Le 20 février 2018

 

Post-scriptum-1 (20 février 2018 - 16h40) : Suite à la publication de mon billet, Madame Bauer-Motti a supprimé la référence à ma critique de Fiammetta Venner dans son propre billet. Pour ceux qui n'ont pas lu son texte initial, je réinsère ici la coupure (en gras) :

 

[Dans un article publié par la revue CQFD, il <Olivier Cyran> a souligné le rôle important joué par Venner et Fourest dans cette dérive: "Depuis le 11 Septembre, l'hebdomadaire ne cesse de rhabiller le vieux tropisme anti-arabe aux couleurs plus tendances de l'islamophobie. Ses deux spécialistes en capillo-détection, Fiammetta Venner et Caroline Fourest, martèlent semaine après semaine que les barbus sont partout, chez les banlieusards, les altermondialistes, les pacifistes... Un jour, elles ont même cru dénicher un poil à barbe islamique dans la tonsure de la Ligue des droits de l'Homme." 

D'après Philippe Corcuff: "Charlie Hebdo s'est directement mis à la fabrication de 'complots', avec les articles de Fiammetta Venner sur l'Islam. Recourant à des amalgames répétés entre l'Islam comme religion, les différents courants de l'Islam politique, l'intégrisme et le terrorisme, Charlie Hebdo - hormis quelques courageux résistants de la nuance et de la complication - s'est alors inscrit dans une croisade de la Civilisation ("européenne") contre la Barbarie ("musulmane")."

Deux femmes qui se battent contre une idéologie fantasmée car lorsque l'on connaît le Professeur Tariq Ramadan et son ouverture à l'autre, l'altérité et l'universalité de sa pensée on ne peut qu'être interloqué face aux mensonges de Caroline Fourest.]

Reste que la référence principale de son texte est un site antisémite, Alter Info, même si je n'y suis plus indirectement associé.

 

Post-scriptum-2 (20 février 2018 - 17h20) : Ce billet a également été publié sur le site The Huffington Post Maghreb-Tunisie (là où Madame Bauer-Motti avait aussi publié son texte) sous le titre « La défense de Tariq Ramadan intoxiquée par l’extrême droite antisémite et le conspirationnisme », le 20 février 2018.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.