PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

346 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2022

BRÉSIL La potasse, prétexte de Bolsonaro pour l'exploration minière en terre indigène

L'exploitation de la potasse en Amazonie sert de prétexte à Bolsonaro pour tenter de faire avancer un projet de loi qui autoriserait l'exploitation minière sur les terres indigènes. Et le président, via le lobby d'un militaire de sa promotion de 1977, tente de profiter de la raréfaction des engrais, pour cause de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, pour défendre le texte.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une enquête récente d'un journaliste de la Folha de São Paulo a révélé que le général de réserve Cláudio Barroso Magno Filho, lobbyiste de l'industriel minier Potássio do Brasil, était présent au moins dix-huit fois à la présidence de la République depuis le 1er janvier 2019, date de l'installation de Jair Bolsonaro à Brasilia. Ceci signifie une visite, en moyenne, une fois tous les soixante-cinq jours.
 
Le général de réserve Cláudio Barroso Magno Filho est de la même promotion militaire de Jair Bolsonaro, celle de 1977, à l'Academia Militar das Agulhas Negras (Aman) et est proche du vice-président de la République, le général - à la retraite - Hamilton Mourão.
 

Le général Cláudio Barroso Magno Filho rend visite, le 18/6/19 à Brasilia, au général Hamilton Mourão, vice-président de la République du Brésil. © Romério Cunha / VPR

Toujours selon le même journaliste, le 15 juin 2021, le général Magno Filho était au siège de la Maison civile - équivalent du premier ministre - quand elle était commandée par le général Luiz Ramos, et était resté là quatre heures durant. Le 16 juin 2021, Magno Filho s'est rendu, toujours à Brasilia, au bureau consultatif des questions institutionnelles de la vice-présidence de la République, dirigé par le colonel Carlos Roberto Sucha. Sa visite s'est répétée cinq fois, en juillet, octobre, novembre 2021 et en janvier 2022.
 
 
Potássio do Brasil, contrôlée par la banque canadienne Forbes & Manhattan et présidée par l'ingénieur Adriano Espeschit, est accusée par le parquet fédéral (MPF) de coopter l'ethnie indigène Mura pour l'exploration minière en Amazonie, dans la région d'Autazes, dans l'Etat d'Amazonas, entre les fleuves Madeira et Amazonas.
Le 28 mars 2022, selon le quotidien Valor Econômico, Jair Bolsonaro aurait reçu, hors de son agenda officiel, et accompagné de sa ministre de l'agriculture Tereza Cristina, le CEO de la banque Forbes & Manhattan et président du conseil d'administration de Potássio do Brasil, Stan Bharti, auquel s'étaient joints Adriano Espeschit et l'assesseur du secteur Sujets stratégiques de Potássio do Brasil, William Steers.
 
Au début du mois de mars 2022, des représentants de Potássio do Brasil se sont rendus à Ottawa, au Canada, avec la ministre Tereza Cristina, pour négocier, avec d'autres entreprises et exportateurs du secteur minier, la fourniture de davantage de potasse au Brésil. A cette occasion, ils ont présenté le potentiel du projet : production de 2,44 millions de tonnes de minerai de potasse par an. De son côté, Potássio do Brasil affirme que la mine n'est pas située sur des terres indigènes, mais à 8 kilomètres de la terre indigène Jauary (carte) et que l'entreprise a déjà consulté le peuple Mura.
 
Le projet minier d'Autazes, siège du géant Potássio do Brasil, est stoppé depuis 2017 par un procès intenté par le ministère public fédéral (MPF), selon lequel l'industriel minier n'a pas consulté les communautés indigènes locales avant de se lancer dans le projet. En raison de cette action en justice, un accord signé avec la justice fédérale oblige Potássio do Brasil à consulter, d'abord, 44 villages autochtones du peuple Mura vivant dans les environs, conformément aux paramètres de l'organisation internationale du travail (OIT). Tant que cela ne sera pas fait, l'autorisation des organismes environnementaux ne pourra être accordée.
 
L'assemblée nationale, en mars 2022, a approuvé l'urgence d'un projet de loi d'autorisation d'exploration minière en terres indigènes, sous l'initiative du président de la même assemblée, le très bolsonarista Arthur Lira et des partis des centres. Mais le projet n'a pas encore été soumis au vote.
Le texte prévoit des changements radicaux par rapport à ce qui se pratique depuis près de cinquante ans au Brésil. La proposition modifie le Statut de l'Indigène, une loi en vigueur depuis 1973. Si l'assemblée nationale puis le Sénat approuvent le projet envoyé par le gouvernement sous la forme dans laquelle il a été élaboré, le "Statut de l'Indigène" ("Estatuto do Índio")  perdrait l'article qui limite l'exploitation des richesses sur les terres indigènes.
 
 
----------------
Note du rédacteur : par ailleurs, chaque Brésilien informé sait combien "Le Brésil de Bolsonaro est un acteur du planétaire pillage du phosphate sahraoui".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu