POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

1010 Billets

8 Éditions

Billet de blog 10 juil. 2013

José Manuel Barroso : un conflit d'intérêt ?

" Il y a "plus de cinq ans", écrit Der Spiegel, les experts en sécurité de l'UE avaient découvert un système d'écoutes sur le réseau téléphonique et internet du bâtiment Justus-Lipsius, principal siège du Conseil de l'Union européenne, et qui remontait jusqu'au quartier général de l'Otan en banlieue de Bruxelles." (Affaire Snowden : les Etats-Unis auraient aussi espionné l'UE -Le Parisien - Samedi 29 juin) (Euracti)

POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

" Il y a "plus de cinq ans", écrit Der Spiegel, les experts en sécurité de l'UE avaient découvert un système d'écoutes sur le réseau téléphonique et internet du bâtiment Justus-Lipsius, principal siège du Conseil de l'Union européenne, et qui remontait jusqu'au quartier général de l'Otan en banlieue de Bruxelles." (Affaire Snowden : les Etats-Unis auraient aussi espionné l'UE -Le Parisien - Samedi 29 juin) (Euracti)

Le Premier ministre luxembourgeois JC Juncker démissionne pour une affaire d'espionnage mais on ne s'interroge pas sur les responsabilités politiques internes à l'UE, quand celle-ci est truffée de micros ?

La Commission européenne est la gardienne des traités et veille au respect du droit de l'Union, lequel protège particulièrement les données personnelles. Si des Européens ont pris l'initaitive de déposer plainte contre les multinationales US impliquées dans la violation de la vie privée, le président de la Commission européenne n'a pas témoigné d'un grand souci de rétablir la légalité européenne :

Espionnage : les géants du Web attaqués en Europe

Affaire Prism: plainte en France contre Google, Apple ..

Snowden/Prism: la FIDH porte plainte

...

"Jean-Marc Ayrault avait annoncé une loi « sur la protection des droits et des libertés numériques » pour début 2014.". L'inertie de la justice française elle-même est donc surprenante. Le parquet a l'initiative de l'action publique. Il poursuit Médiapart pour une attteinte à la vie privée mais ne fait rien contre la violation de la vie privée de toute la population française.

Vivrions-nous sous la menace militaire ?

L'OTAN est sous commandement opérationnel militaire exclusivement US, depuis l'origine.

La proximité du siège de l'OTAN à Bruxelles aboutit, pour l'Union européenne, à une situation comparable à celle qu'aurait donné la présence du siège du Pacte de Varsovie installé à côté du Capitole et de la Maison Blanche, pendant la guerre froide ; laquelle ne semble pas avoir cessé dans l'esprit des états-uniens, comme le montre l'affaire SNOWDEN et les déclaration du ministre de la Justice d'Allemagne fédérale.

" La ministre fédérale de la Justice, Sabien Leutheusser-Schnarrenberger n’a pas hésité à comparer cette attitude à l’époque de la guerre froide. « Si les révélations des médias sont justes, cela rappelle les initiatives prises entre ennemis durant la Guerre froide. Cela dépasse l’imagination que nos amis aux Etats-Unis considèrent les Européens comme des ennemis ( …). Cela peut difficilement être justifié par l’argument de la lutte contre le terrorisme. »  " (Euractiv)

Selon le Canard enchaîné de la semaine dernière, José Manuel Barroso fait des démarches pour être nommé au poste de secrétaire général de l'OTAN. Cela devrait déontologiquement éveiller l'intérêt de M. Valls, qui est porté sur la matière et dont le parti, le PS, a fait la démonstration de sa rigueur en matière de Mercato oligarchique (Affaire Pérol: le PS passe à l'offensive).

José Manuel Barrroso, ou ses proches, font ouvertement la promotion de l'OTAN : Barroso plaide pour des liens renforcés entre l’UE et l’OTAN ; Un conseiller de Barroso propose l'adhésion de l'UE à l'OTAN

Ludovic Lamant confirmait cette situation ambigüe du Président de la Commission dans son article du 2 juillet intitulé  " L'UE sous écoutes: l'embarras de Barroso, le parlement s'active  " : " « Barroso est en première ligne sur le dossier de l'accord de libre-échange, et il ne fait aucun doute que cette affaire d'espionnage le perturbe beaucoup… », décrypte Marie-Christine Vergiat, une eurodéputée française membre du Front de gauche. Pour Arnaud Danjean, le silence de José Manuel Barroso est « un peu choquant » : « Qu'il soit gêné aux entournures, je le comprends très bien, mais j'aurais aimé qu'il parle, parce que l'UE est mise en cause », estime l'eurodéputé. 

« Je me souviens du sommet des Açores de 2003 (prélude à la guerre en Irak, ndlr), où Barroso avait fait montre d'une logique transatlantique assumée, et sans doute excessive », poursuit Arnaud Danjean. Plus récemment, le Portugais a été accusé de vouloir passer en force, sur l'accord transatlantique de libre-échange, pour servir ses ambitions personnelles : il viserait le secrétariat général des Nations unies, ou encore la direction de l'Otan, deux postes qui se libèrent l'an prochain. Son ex-chef de cabinet, João Vale de Almeida, a été nommé ambassadeur de l'UE à Washington. "

Son comportement n'est donc pas neutre, en considération des révélations qu'a fait SNOWDEN et des négociations transatlantiques confiées à la ... Commission européenne.

La Commissaire européenne à la Justice et aux droits fondamentaux a dénoncé la situation :

« Entre partenaires, on n'espionne pas ! », a déclaré Viviane Reding, la commissaire européenne en charge de la justice et des droits fondamentaux, lors d'un évènement public à Luxembourg dimanche.

« On ne peut pas négocier un grand marché transatlantique s'il y a le moindre doute que nos partenaires ciblent des écoutes vers les bureaux des négociateurs européens », a déclaré la commissaire européenne à la justice » (...) (Euractiv)

José Manuel Barroso apparaît donc comme un homme étonnamment bien disposé à l'égard d'une organisation militaire où, selon le Spiegel, aboutissent les écoutes des institutions européennes. La "concurrence libre et non faussée" paraît avoir été, pour le coup, comme quelque peu négligée. Alain Juillet, sur france TV Info, exclut l'ignorance.

N'y a-t-il pas un conflit d'intérêts (assez évident ?) quand on relève l'importance du rôle du Président de la Commission européenne à promouvoir les négociations transatlantiques, au profit d'une puissance qui espionne l'Union européenne, et quand on sait qu'il brigue le poste de direction de l'organisation militaire, sous commandement américain, où aboutissaient les écoutes espionnant les institutions européennes ?

Le ministre de l'intérieur dédramatise étonnement les choses. Affaire PRISM : Valls appelle à «être lucide» (Source).

L'affaire des dix mille euros par mois de Claude Guéant (2), en comparaison des conséquences financières et sociales pour la France d'un accord transatlantique mal négocié, fait sourire. Même l'affaire Tapie risque de devenir anecdotique. Le gouvernement compte-il se réserver la possibilité de faire annnuler les arbitrages transatlaniques a posteriori ? Ce sera impossible. On le sait déjà.

Il y a donc, dès à présent et très clairement, une question de conflit d'intérêt qui mérite d'être soulevée, sur le maintien de M. Barroso à la tête de la Commission et la compatibilité entre ses fonctions actuelles et son éventuelle nomination au secrétariat général de l'OTAN. Cette question concerne même ceux qui appellent à la "lucidité" et parlent "d'amis", quand le gouvernement, lui, souhaite que les accords transatlantiques soient suspendus.

L'avis de Transparency international sur le cas de Monsieur Barroso serait intéressant à connaître. L'avis d'Anticor serait également le bienvenu.

NB : ces informations sont issues de la documentation ouverte, accessible sans moyen technologique d'avant-garde, à disposition de tous les analystes gouvernementaux, disposés à s'intéresser autant aux enjeux politiques qu'à la vie privée des gens.

__________________

(1) Le parquet poursuit le journal d'avoir révélé la commission d'un abus de faiblesse à l'égard d'une personne âgée dont il a été établit qu'elle souffre de déficience grâce à l'enquête qui a été ouverte à la suite des révélations du journal. Le parquet de Nanterre a longtemps fait obstacle à cete enquête. La présidente de la Chambre de la Cour d'appel de Versailles ayant rendu la décision contre Médiapart à la demande d'une personne mise en examen pour abus de faiblesse, est mariée à un magistrat du parquet de Nanterre. La Cour d'appel de Versailles - devant laquelle la Cour de cassation a renvoyé l'affaire dans laquelle la justice donnait jusqu'alors raison à Médiapart - a été présidée par un haut magistrat, mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans l'affaire Tapie, sur laquelle Médiapart enquête également.

(2) la Cour nationale de droit d'asile a favorisé l'obtention d'une "protection subsidiaire" de la France à un milliardaire turc d'extrême droite de amis de Claude Guéant, selon le Canard de cette semaine page 3 -

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel