Cette fois-ci, c’est au tour de la contre-Révolution non islamiste de m’agresser

Remarque préliminaire : Aux moments opportuns, des addenda sur le sujet seront, ici, publiés - Soutenus par d’importants documents sur ladite agression, inédits - Des stigmates laissés dans les archives par l’illustre inconnu y seront dévoilés - Prouvant, entre autres, que ses désidératas ont changé, diantrement changé, depuis

Peut être une image de aliment et texte qui dit ’La Contre- Contre-Révolution’

Ils ont envoyé leur homme de main pour m’intimider 
Un individu répondant au nom de Ilyes Sellami [0]
Employé à l’Établissement de la tunisienne télé
Digne des chemises noires de l’Italie de Mussolini
Il croyait me faire taire par ses menaces et sa brutalité
Il m’a attendu, à la sortie de chez moi, un certain mercredi
Dans sa voiture Fiat …….13, immatriculée
En faisant ronfler bruyamment le moteur, il m’a poursuivi
Pour m’insulter grossièrement et, de mort, me menacer
Si je n’arrêtais pas d’écrire sur l’Association Zone verte et lui
Sur Abderrazak Hamrouni, qui est, de l’association, le maître à penser
Et sur tout ce qui se produit dans l’émission télé Sabahkom Tounsi
Écrits qui porteraient préjudice à Roua, sa fille aînée
Qui est la porte-parole de l’Association, mineure, a-t-il dit
Qui, sur les pages Facebook, m’a plus d’une fois, provoqué
Je lui ai fait savoir que, même s’il fallait mourir, je défendrai notre acquis
De la liberté d'expression que nous avons chèrement payé
Je ne savais pas qu’ils étaient père et fille, jusqu’à ce mercredi
Quant à lui, je ne le connaissais que par les posts qu’il publiait
En enquêtant sur mon agresseur, par le biais de connaissances, j’ai appris
Que sa fille n’est pas mineure, étant en troisième année à l’université
J’ai informé le chef de poste de police de l’agression que j’ai subie
Quelques jours après, pour une confrontation dans son bureau, il nous a invités
Le jour de la rencontre, devant le chef de poste, il s’est fait tout petit
Pendant tout le temps qu’elle a duré, lâche comme il est, il a tout nié
En bloc, « Hasbunâ Allah wa ni’ma al-Wakîl », a-t-il dit et redit [1]
Jurant par Allah que jamais, au grand jamais, il ne m’a approché
Mais, par l’enregistrement de ma vidéo-surveillance, il fut trahi
Il devrait faire pénitence pour, de la part du Tout-Puissant, se faire pardonner
D’avoir, pour s’innocenter, abusé de ses versets sacrés, d’avoir menti
Agresseur qui s’est assuré le soutien et la solidarité
Via Facebook d’Elyssa Amara et d’Abderrazak Hamrouni
C’est l’homme de main de l’Association Zone verte Menzah 6 qu’ils ont créée
Au départ, pour une cause citoyenne, avant qu’ils l’aient travestie [3]
Malgré les éléments à sa charge, ils persistent à le protéger
Je disais donc, ma vidéo-surveillance l’a superbement démenti
Un enregistrement de son agression  fut, à l’acte d’accusation, versé  
Où, nettement, il est aperçu foncer sur moi au croisement, avec sa Fiat mini
Puis, brusquement, faire demi-tour pour me poursuivre et puis ralentir pour s’arrêter
L’ensemble des éléments de preuve à sa charge accumulés jusqu’à ce jour suffit
Pour appuyer une plainte contre lui et convaincre le tribunal pour qu’il soit condamné
Le soutien qu’il a reçu de la part d’Elyssa Amara et Abderrazak Hamrouni
Montre leur responsabilité dans l’agression qu’il a, à mon encontre, perpétrée
Ils en ont fait ma victime et lui, pour cela, ne cesse de jubiler et dire « merci »
Ils l’ont défendu bec et ongle avec des posts publiés sur leurs pages Facebook attitrées
Allant jusqu’à dénier son délit et s’en prendre lâchement à la famille Horchani
En général, en moquant la geste de sa tribut d’origine, par vidéo publiée [4] a
Et, en particulier, en diffamant mes deux frères qui furent parmi les ministres que l’on apprécie
Leurs apports respectifs dans le relèvement de la Tunisie ne pourraient pas être oubliés
Pour Ameur, il suffit de lire l’article que lui a consacré l’hydraulicien Abdallah Rebhi [4] b
Quant à notre benjamin Farhat, son passage au ministère de la Défense fut auréolé
Par la victoire des Forces de défense et de sécurité, à Ben Gardane, sur  l’EI [4] c
Une campagne féroce de discrédit, à leur encontre, Elyssa Amara a menée
Conjuguant le mensonge et la mauvaise foi, à un niveau constituant un délit
Pour lequel, d’après la loi n° 2001-1, elle peut être condamnée  
À un emprisonnement de un an à deux ans, d’une amende, assorti [4] d
Venant de Hamrouni, compte tenu de son  CV politique, cela se comprendrait [2], [3]
Car, la méthode employée, agresser l’opposant puis l’accuser, est classique sous Ben Ali
L’étonnant, c’est Amara qui, avec des ONG droit-de-l’hommistes, ne cesse de flirter
En se présentant chantre de l’environnement, des libertés et de la démocratie
Ne pouvant pas être l'un ou l'autre, elle est l'un et l'autre, mangeant à tous les râteliers [5] a 
Jouant au procureur enragé, plutôt dérangé, pourvu d’une imagination bien fournie
Déployant son talent d’histrion, de me transformer en agresseur, le droit, elle s’est arrogée
« Je tiens à exprimer ma solidarité la plus absolue à Ilyes  Sellami »
A-t-elle chanté, sur tous les tons, sur lesdites pages Facebook, et elle a ajouté
« Qui fait l'objet d'un harcèlement et de diffamation de la part de M. Horchani
Qui, comble de l'indécence, plainte contre Ilyes  Sellami, à la Police, est allé porter»
Type de déclarations qui, par Abderrazak Hamrouni, furent toujours applaudies et bénies
Dès leur parution, à l’aide de likes, d'emojis,, de GIFs ou de commentaires exprimés
Elle a bien écouté son mentor, et les leçons reçues de lui, elle les a bien saisies
Elle a interchangé la victime et l’agresseur avec une mauvaise foi de haute volée
Ainsi, tous les deux, toute honte bue, ils ne cessent d’exprimer leur soutien à Ilyes Sellami
Je disais donc, de leur homme de main, ils ont fait une victime par moi martyrisée
Ils ont fait de sa fille majeure Roua, une fausse mineure assaillie
Par mes « publications facebookiennes », par leurs contenus, diffamée, harcelée
Le « ils » désignant toujours Elyssa Amara et Abderrazak Hamrouni
Qui, « l’illustre inconnu » et son «interposée», sont, dans [2], surnommés
Elle, s’exécutant au grand jour, mais, lui, en tirant les ficelles, il agit
Cette agression, dans un procès-verbal de la police, fut dûment consignée
Je fus aussi agressé verbalement par sa compagne, Nadia Beyaoui
Et, cela, l’an dernier, sur la Zone verte Menzah 6, dans la même journée
Où son époux m'a violenté, déferlement qui s’est passé devant mes «amis»
C’est ainsi qu’ils ont pris l’habitude de désigner les municipaux conseillers
De l’équipe d’Al-Afdhal, ce qui est un peu vrai et ce qui, je l’avoue, me ravit [3]
Je ne la connaissais pas auparavant, et, ce sont mes « amis » qui m’ont informé
Que mon agresseuse est la mère de Roua, et, dans l’association, est bien investie

Dans ce contexte des connexions curieuses, à la télé, devraient être signalées
Relatives à son magazine quotidien phare, de durée trois heures, Sabahkom Tounsi
Où Roua fut invitée et Elyssa Amara  en est l’invitée-abonnée
Magazine dans lequel la Maître-assistante à l’ISCAE, Elyssa Amara, chérit
Lors de chacun de ses passages, se faire passer pour une Professeure des universités
Et ne pas annoncer sa spécialité, le Marketing, et sa discipline, l’Économie
Mais, « Direction des entreprises», une compétence, pour épater son public, qu’elle s’est inventée
Pour camoufler son titre réel, elle ne manque ni d’imagination, ni de génie
Ainsi, dans [5] b, en tant que « Membre du corps professoral », elle s’est présentée
L’existence de bien de Maîtres-assistants plus compétents que certains Profs, elle l’oublie
Ce qui importe, ce n’est pas notre titre, mais, c’est ce que nous faisons de notre métier
Sachant que l’éducation est beaucoup plus qu’un métier, c’est une mission que la tricherie détruit
Je disais donc, des connexions curieuses, à la télé, devraient être signalées
Le curieux dans cela c’est que son producteur-adjoint est un certain Ilyes Sellami
Père de Roua, rappelons-le, qui, pour être nommée porte-parole, fut aidée
Par Elyssa Amara, en court-circuitant le chemin statutairement requis [5] d
Qui devrait passer, comme dans toute association démocratique, par un vote de l’AG
C’est peut-être le prix qui fut payé pour que cette dernière intègre Sabahkom Tounsi
S’agirait-il là de népotisme et de favoritisme doublés de conflit d’intérêt
Dans un service public, auquel cas ce serait une grave faute, voire un délit
Car, il en ressort que le but qui a été assigné à la première nommée
C’est de défendre, dans sa prestation, la position qui, tous les trois, les unit
Dans le différend que leur association, avec la Mairie de l’Ariana, a créé
l’Association Zone verte Menzah 6 dont, depuis sa fondation, j’ai fait partie
Jusqu’au jour où je me suis rendu compte de la dissonance de son intitulé
Avec les actes et les déclarations du déjà cité, Abderrazak Hamrouni
Dont le but et la raison d’être dans l’association seront ci-dessous rappelés
Avec l’aide de la production et de l’infox, Roua, sa mission l’a bien accomplie
Cela s’apparente à une censure, pas par un État-parti, mais, par un particulier
Dont le privilège est d’être à la Télé, pas comme au temps de Bourguiba et de Ben Ali
Puisque, pendant toute l’émission, seules les photos présentées par Roua ont défilé
Photos d’archives représentant, de la situation actuelle de la Zone verte, un déni
Je suis sûr que la Télévision nationale de la Tunisie de la Révolution, ressuscitée
Ne classera pas sans suite ce comportement irresponsable d’un collaborateur qui la ternit 

Cette fois-ci, c’est donc la contre-Révolution non islamiste qui m’a malmené
Embusquée dans une association manipulée par un personnage aigri
Et revanchard, traînant des casseroles confirmées du régime passé
Qui se targue d’être démocrate et proche de l’Organisation I Watch, aujourd’hui
On l’a même vu, plus d’une fois, avec son logo, se faire photographier
Organisation qui leur fournit, avec l’Union européenne, soutien et grisbi
Pour leurs manifestations qui servent à attirer les jeunes pour les amadouer
Personnage secondé par une universitaire qui, depuis longtemps, a failli
À ses obligations de recherche qui justifient, de son salaire, la moitié
Ce qui lui laisse le temps de débiter élucubrations et ………
Dommage pour cette association qui, défendre notre bien-être, est censée
Ce sont des handicaps pour elle, c’est le moins que l’on puisse dire, à priori

Qu’ils sachent que, dans mon combat, je n’en suis pas à une menace près
J’en ai connu d’autres, même réalisées, de la part de Ghannouchi [6]
Et de la part des milices de Sayah, voilà des dizaines d’années
À une époque où ledit homme de main n’était pas de cette vie
À ceux qui n’ont pas le temps de lire les poèmes [7] en entier
Je rappelle qu’Abderrazak Hamrouni est un cacique du régime de Ben Ali [8]
Qu’il est le gourou de l’Association Zone verte  Menzah 6, en réalité 
C’est lui qui, expertement, tire les ficelles et que tout le monde suit
C’est lui qui distribue les tâches, les rôles et les responsabilités
Définit les actions à mener, avec quels moyens et quelle stratégie
Et, si les ouvriers en charge des travaux d’embellissement de la Zone ne sont pas respectés
Par les jeunots de l’association qui les agressent en les prenant, contre leur gré, en photographie
C’est que le gourou, exaspéré de voir son fonds de commerce, par cette Zone représenté,
Lui échapper, a donné son aval pour cette lâche opération de mauvais esprit
De plus, ils ont eu le culot de porter plainte, auprès du maire, contre certains ouvriers
En les accusant de les avoir agressés, violentés et malmenés, ont-ils menti
Il rêvait que la Zone verte, par la Municipalité de l’Ariana, leur soit accordée
Comme concession, à l’instar, a-t-il dit, du Tennis-club de la rue Alain Savary
D’ailleurs quand le budget de 400.000 dinars, pour son aménagement, fut avancé
Il a répliqué que c’était trop, que 20.000 dinars, largement, leur suffit
Sous-entendant qu’ils garderont la main sur cette Zone en tant que, de pouvoir, fondé
Grand fut leur désespoir quand son aménagement, en dehors d’eux, fut entrepris
Le différend qu’il a créé avec Al-Afdhal a pour origine ses intérêts
Et la perte de sa prééminence qui était liée à son idéologie
Prééminence qui lui a procuré des avantages dont il a usé et abusé
Tout le long de la période Ben Ali qui a duré plus de deux décennies
Se croyant spirituel, «Al-Afdhal» en «Al-Afchal», dans ses posts, il a transformé
Grosso-modo, Al-Afdhal signifie «le meilleur» et Al-Afchal signifie « le pis »
Avec une « acitoyenneté» inouïe, son angle de parking,  il vient de le rénover [8]
Confirmant sa volonté d’abuser de ce bien public jusqu’à la fin de sa vie
J’avoue que le seul point que je regrette dans ce qui est ici développé
C’est que je vais faire entrer dans l’Histoire le gourou et sa gourelle, par mes écrits
Écrits qu’une maison d’édition de la place m’a proposé de publier
Comme témoignage sur une révolution malmenée qui se bat pour sa survie   

J’ai fait partie de cette association jusqu’à la découverte de variables cachées
Qui en font plutôt, pour l’illustre inconnu, une politique thérapie
Pour se refaire une virginité et faire oublier les casseroles traînées
Depuis qu’il était au pouvoir pré-Révolution et faisait le beau temps et la pluie [3]
C’est comme ça que la contre-Révolution continue, perfidement, à opérer
En instrumentalisant l’enthousiasme de la jeunesse grâce à sa sournoiserie
J’ai cru pendant un moment qu’il avait changé, qu’il avait vraiment évolué
D’autant plus qu’il jouait au pourfendeur du régime déchu, au repenti
Je fus absolument naïf de ne pas penser le contraire, je le reconnais
L’enthousiasme révolutionnaire biaisait ma vision, me rendant moins averti
Mais, où sont les parents de tous ces jeunes qu’il continue à manipuler ?
Dont beaucoup sont mineurs, de bonne foi et de générosité, munis
Les manipuler, pas directement, mais à travers son « interposée»
Qui passe son temps à le glorifier, à le faire passer pour un messie [9]
En la désignant depuis le début comme étant son lieutenant préféré 
Il a fait d’elle la voix de son maître qui exécute tout ce qu’il dit
C’est elle qui se charge de la sale besogne, lui, il demeure en retrait
Distribuant à ses ouailles des «Bravo », des « J’adore », des « Merci », des « Allez-y ! »
Pour tous les deux, tous les mensonges et fake news sont bons pour, à leurs fins, arriver
Sans remords, ni complexes, ils exploitent les comportements bienveillants d’autrui
C’est en tant que membre de cette association que j’ai vu comment les choses se dégradaient
Leurs actions indiquaient clairement une tendance qui va dans le sens du vengeur esprit
Amer, inculquant à ces jeunes, de l’activité associative, une approche erronée
Répondant à une structure de secte, avec son décideur, avec sa hiérarchie  
Aigreur d’un cacique du régime déchu et d’une universitaire à carrière bloquée
Avec ses hommes de main, prêts à agir, qui en font une association « maffiosie »
Je fus l’une de leurs victimes, si l'on ne fait rien, je ne serai sûrement pas le dernier
Jeunes qui sont pourtant assoiffés de se porter utiles pour leur prochain et leur patrie
Dans cette nouvelle fonction, elle a retrouvé son équilibre, en vérité
Car, l’universitaire Elyssa Amara Fadhel, en recherche, a quelques soucis
Il faut dire que, ne pas en faire, lui laisse beaucoup de temps libre à meubler
Ce qui explique ses reportages sur la Zone verte, régulièrement produits
Seulement un universitaire qui ne fait pas de recherche vole la communauté
Car, notre métier est, entre l’enseignement et la recherche, réparti
Recherche qui doit être, évidemment, par des articles publiés, couronnée
Et non se limiter à des communications entre collègues  et amis
Et, c’est par ce type d’universitaires que notre université se trouve gangrenée
L’empêchant d’être à la hauteur du sacrifice que la Nation lui a consenti
Pourtant, notre « interposée» voudrait être autre que ce que, réellement, elle est
En s’affichant, devant qui veut l'entendre, avec un grade qu’elle n’a pas encore franchi
Ainsi, très souvent, elle se présente elle-même comme Professeure des universités [10]
Ce qui ne serait pas grave s’il n’y avait pas tous ces jeunes qui ont, en elle, une confiance inouïe

Avec tout ce que l’on sait de lui, la dignité aurait été de se retirer
Mais, ils se voient déjà, en 2023, tous les deux à la  tête de la mairie
Mairie dont il fut vice-président pendant dix ans jusqu’à ce qu’il soit congédié
Par Ben Ali lui-même, pour un permis de construire douteux, à ce qu'on dit
Il a acquis son expertise pendant les deux décennies qu’il avait passées
À la tête de diverses instances benalistes, y compris dans le parti
Et, en tant que tel, dans la formation des hommes de main, il s’y connaît
Il suffisait, entre autres, de les considérer parmi ses favoris
En manifestant, par exemple, pour leur progéniture, une préférence marquée
Ce n’est pas la peine d’en faire un dessin, je suis sûr que le lecteur m’a compris
Aux moments opportuns, des addenda sur le sujet seront, ici, publiés
Soutenus par d’importants documents sur cette dernière agression, inédits
Des stigmates laissés dans les archives par l’illustre inconnu y seront dévoilés
Prouvant, entre autres, que ses désidératas ont changé, diantrement changé, depuis

En conclusion, ces faits prouvent que, dix ans après
La contre-Révolution est loin d’être bannie
Et que ses agents opèrent en étant embusqués
Dans les associations, comme les islamistes et Cie
Les plus dangereuses parmi elles sont celles qui ont ciblé
La jeunesse pour exploiter son potentiel de philanthropie
Jeunesse qui fut instrumentalisée et embrigadée
En vue de servir de couverture à ces revanchards aigris
En l’impliquant progressivement dans leur manière de penser
Jusqu’à la placer en mission commandée pour leur idéologie
De ces groupements parasitant la Révolution, il en est
Et l’Association Zone verte Menzah 6 en fait partie
Elle a racolé des jeunes et des moins jeunes dans mon quartier
J’en fus un, heureusement que, en main, je me suis repris
Et gare à ceux qui ne respecteraient pas ses objectifs tracés
Ils subiront diffamations, harcèlements et moqueries
Parents, de ces associations partisanes, il faut vous méfier
Il y va du bien-être et de l’équilibre de vos petits

Salah HORCHANI

[0] Historique des agressions que j’ai subies de la part d’Ilyes SELLAMI

Le mercredi 30 décembre 2020, aux environs de 11 : 30, après avoir attendu, sur le trottoir de la Zone verte Menzah 6 côté avenue Aboulbaba El Ansari, ma sortie de mon domicile, il m’a agressé physiquement avec sa voiture – Fiat Palio 2002, immatriculée sous le numéro :…… 113 - en faisant ronfler bruyamment son moteur et en s’arrêtant net à mon niveau, alors que j’étais bien engagé dans le passage pour piétons situé en face chez moi, sur la rue du Lycée - en se présentant, car, je ne le connaissais pas auparavant, à part nos échanges sur Facebook - agression qui fut suivie d’une séance d’insultes, avec des propos d’une grossièreté inouïe, et de menaces de mort si je continue à écrire quoique ce soit, sur Mediapart  ou sur Facebook, concernant lui-même, Abderrazak Hamrouni et, plus généralement, les membres de l’Association Zone verte Menzah 6, dont il fait partie, ce qui se produit dans l’émission télé Sabahkom Tounsi de Watania 1, dont il est un agent de la production, et sa fille mineure, dit-il, Roua, « Chargée Communication et média, à Association Zone Verte Menzah 6 », et qui, en réalité, n’est point mineure, puisqu’elle est en troisième année à l’université. Quand je me suis apprêté à me réfugier sur le trottoir en face de la même rue, en prenant une direction opposée à la sienne, pour le fuir, il a encore fait ronfler bruyamment le moteur de sa voiture, m'a frôlé jusqu'à me toucher, avant de faire brusquement demi-tour, et m’a poursuivi en continuant ses insultes et menaces, en roulant d’abord à ma vitesse avant de s’arrêter, puis de descendre  de voiture et de se diriger vers moi me menaçant de me couper en morceaux. Et c’est en me voyant demander secours, en paroles et avec des gestes de mes mains, à une voiture qui essayait de doubler la sienne arrêtée, qu’il a regagné précipitamment son véhicule et qu’il est parti à toute vitesse.

Il a su plus tard, par l’intermédiaire du Chef de poste de police de Menzah 6, que  dans l’après-midi du jour même, ce dernier a consigné, à ma demande, ces agressions dans un procès-verbal que j’ai signé et  qu’il s’est engagé, aussi à ma demande, de le convoquer pour l’avertir de ne plus m’approcher, sous peine de plainte de ma part à son encontre pour agression physique et menaces de mort. 

Le samedi 2 janvier 2021, pendant que je faisais ma marche habituelle dans la Zone verte Menzah 6, alors que des membres de son association étaient rassemblés autour de leur potager,  en m’apercevant, il a quitté ledit rassemblement à pas de course pour venir me re-proférer ses menaces de mort en m’interdisant catégoriquement, a-t-dit, d’écrire quoi que ce soit sur la prestation de sa fille Roua dans la partie « Forum » de l’émission Sabahkom Tounsi, du 28 décembre 2020 consacrée au différend qui existe entre l’Association Zone Verte Menzah 6 et la Municipalité de l’Ariana, différend créé par son association et prestation que j’ai considérée, dans mes commentaires citoyens sur Facebook, sujette aux délits de favoritisme, de népotisme, d’infox  et de conflit d’intérêt, d’autant plus que tout un chacun peut remarquer, sur la vidéo de l’enregistrement de ladite émission, l’absence de toute photo actuelle du bel aménagement opéré dans cette Zone, alors que des photos d’archive de ladite Zone, présentées par sa fille Roua comme étant soi-disant actuelles, défilaient sur l’un des murs du studio d’enregistrement de l’émission. En outre, quand on se dit « Chargée Communication et média, à Association Zone Verte Menzah 6 » et quand on se présente sur le plateau de la télé nationale pour présenter  « sa vérité » qu’on sait controversée, il faut assumer et s’attendre à des critiques et non uniquement à des « bravo », « j’aime » et « j’adore »,… Qui plus est, dans ce contexte, il convient de rappeler un fait des plus bizarres et des plus significatifs : Une vidéo publiée sur les pages Facebook  de son association montre  qu’en ce même jour du 28 décembre 2020, en ce même créneau horaire, était présente, par hasard !, soit dans le voisinage du studio d’enregistrement, soit sur le plateau de ladite émission - mais, pour une autre de ses parties – Elyssa AMARA, un membre fondateur de son association, actuellement administrateur de ses pages Facebook et le plus actif, par la plume et les responsabilités, parmi les membres de son Comité directeur ! Dans ces conditions, on est en droit de se poser la question suivante : Aurait-elle été là par pur hasard ou bien aurait-elle été placée spécialement pour servir de coach pour sa fille Roua, la débutante « Chargée Communication et média, à Association Zone Verte Menzah 6 », comme il est mentionné sur la page Facebook de cette dernière et comme elle fut présentée par l’animatrice de ladite émission ?

Ce traitement asymétrique de deux antagonistes dans une émission de la Télévision nationale est indigne de la Télévision d’aujourd’hui de la Tunisie de l’Égalité, traitement qui me fait penser aux traitements partisans auxquels nous avaient habitués les régimes de Bourguiba ou de Ben Ali, dont le maître d’œuvre était, dans ce cas-là, l’État-parti.

Le lundi 4 janvier, à 11 h, je suis allé informer le Chef de poste de police de Menzah 6, de ces dernières menaces. Il a décidé d’une confrontation entre lui et moi, confrontation qui a eu lieu, environ, une heure plus tard. Ce fut une occasion pour mieux le connaître, car, je ne connaissais personne de la famille SELLAMI avant ladite agression, à part nos échanges sur Facebook. Il est venu accompagné de sa compagne, Nadia BEYAOUI, appelée en renfort. Et au cours de la confrontation, il a nié catégoriquement lesdites agressions et menaces de mort, en jurant par le Tout-Puissant que jamais, au grand jamais, il ne m’a approché –  en répétant « Hasbunâ Allah wa ni’ma al-Wakîl » [1] –  et, tous les deux m’ont accusé d’harceler, par mes écrits, leur fille Roua qu’ils ont  encore présentée comme étant mineure au Chef de poste de police - dans le but de l’apitoyer, le tromper et me charger - puisque cela impliquerait que je serais, moi Salah HORCHANI, le méchant qui s’attaque aux pauvres petites filles mineures sans défenses ! Or, c’est sa fille Roua qui m’a provoqué plus d’une fois sur Facebook en m’accusant d’être à la solde de  la Municipalité de l’Ariana, les captures d’écran que j’ai faites de cela – et, d’ailleurs, de tout ce qui est en relation avec Facebook dans cet Historique - sont là pour le prouver. Ils m’ont accusé d’avoir publié une photo d’elle sur Facebook que j’ai prise moi-même. Or, la seule photo de sa fille Roua que j’ai publiée est une capture d’écran de la vidéo de sa dite prestation  dans la partie « Forum » de l’émission Sabahkom Tounsi, vidéo que des dizaines d’adhérents  de son association - dont sa fille elle-même, lui et son épouse – et l’association elle-même ont publié sur leurs pages Facebook. À cette occasion, je rappelle que je fus interdit d’écriture sur les pages Facebook de son association pendant plusieurs jours, et cela, comble de la lâcheté dans cette interdiction, sans possibilité de réponse de ma part aux diffamations à mon encontre, à l’encontre de ma famille, en général, et de mes deux frères, en particulier – qui furent membres de gouvernement - que lui, sa fille Roua et  Elyssa AMARA, administratrice des dites pages, continuaient à faire circuler sur ces mêmes pages. À la fin de la confrontation, j’ai demandé au chef de poste de police de lui signifier, mon avertissement, à savoir de ne plus m’approcher, sous peine de plainte de ma part à son encontre pour agression physique et menaces de mort.

Le mercredi 30 décembre 2020 a eu lieu une visite de terrain organisée par les responsables élus et administratifs de la municipalité de l’Ariana concernés de l’aménagement de la Zone Verte Menzah 6, et, d’ailleurs, c’est environ une demi-heure  avant l’heure prévue pour le début de cette visite qu’il m’avait agressé ce jour, et c’est parce qu’il était convaincu que j’allais m’y rendre qu’il m’a attendu, comme il est détaillé ci-dessus, au voisinage de mon domicile. Effectivement, après son agression, je m’y suis rendu. Et, vers la fin de ladite visite de terrain, j’ai été agressé verbalement, encore pour mes écrits sur Facebook et Mediapart et sans détails, avec des propos tels que « tu es malade pour écrire tout ce que tu as écrit », « ce que tu écris est inacceptable », «tu as tort et tu es indécent pour ce que tu écris sur nous, posts, commentaires et tout » (sic), agressé verbalement par une dame qui se tenait en dehors de la foule intéressée par cette visite, qui portait le masque et que je ne connaissais pas, et cela devant témoins qui m’ont appris, par la suite, que cette dame, qui est aussi membre active dans ladite association,  s’appelle Nadia BEYAOUI, institutrice à l’école primaire Farhat Hached  de l’Ariana (ou à l'école primaire Bilel de Menzah 6, selon certains), et est la mère de ladite Roua  SELLAMI.

Aussi, Nadia BEYAOUI et lui-même m’ont agressé également parce que j’ai répondu aux commentaires me concernant écrits par lui, par Elyssa AMARA ou par sa fille Roua, commentaires à divers posts, et, principalement, à des publications dont je suis l’auteur que j’ai postées sur Facebook mettant à nu certaines pratiques et quelques variables cachées de son association, publications ayant pour origine, principalement, deux poèmes que j’ai fait paraître dans Mediapart  ([2] et [3]) montrant, entre autres, son côté activisme anti-Révolution caché, que j’ai découvert avec le temps, animé par un cacique notoire du régime Ben ALI - répondant  au nom de Abderrazak Hamrouni - qui fut, en particulier, pendant dix ans, vice-président de la Municipalité de l’Ariana, à l’époque de ce régime, traînant derrière lui des « casseroles » bien bruyantes confirmées dont il essaye d’étouffer le bruit par l’admirable volonté d’engagement portée par les jeunes de l’association. Et, c’est en tant que membre de ladite association, depuis sa création, que j’ai vu comment les choses se dégradaient.

[1] « Hasbunâ Allah wa ni’ma al-Wakîl » est une expression qui figure à la fin du Verset 173 de la Sourate 3 du Coran et que l’on peut traduire par «Allah nous suffit et Lui est le meilleur des protecteurs », elle est habituellement prononcée par quelqu’un qui, se sentant opprimé, cherche refuge auprès d'Allah pour être protégé.

[2] https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/060820/arrive-au-crepuscule-de-ma-vie-je-dois-avouer

[3] https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/070620/tunisie-mairie-de-l-ariana-les-infeodes-ben-ali-et-l-equipe-d-al-afdhal

Voir, aussi, la référence [15] a. de [2].

[4] a.

 Peut être une image de ‎1 personne et ‎texte qui dit ’‎Collectif (Libre et Indépendant) des Citoyens d'EI Menazah Salah Ben Hassine Horchani a partagé une publication. 5 janvier Merci Elyssa Amara qui m'a fait connaître cette page de mon ADN culturel < Elyssa Amara On doit faire une حضرة pour le prochain event h 725/ 0:09 9:36 الحرشانية الحضرة 17 novembre 2020 حرشاني تقعد ثور‎’‎‎

Aucune description de photo disponible.

[4] b. https://www.facebook.com/abdallah.rebhi.SERHP/posts/2988318181287709 

Abdallah Rebhi fut secrétaire d’État auprès du ministre de l'Agriculture chargé des Ressources hydrauliques du 27 août 2016 au 27 février 2020 et le titre de cet article est «المهندس الذي رفض ان يكون وزيرا» que l’on peut traduire par «L’ingénieur qui refusa d’être ministre».

Voir, aussi, le lien suivant :

https://www.leaders.com.tn/article/21892-ameur-horchani-le-record-absolu-17-ans-en-poste

[4] c. https://fr.wikipedia.org/wiki/Farhat_Horchani

https://huffpost143.rssing.com/chan-63731634/all_p157.html

[4] d. L’article 86 de la Loi n° 2001-1 du 15 janvier 2001 portant promulgation du code des télécommunications - paru le 16 janvier 2001 au Journal Officiel de la République Tunisienne * énonce : « Est puni d’un emprisonnement de un (1) an à deux (2) ans et d’une amende de cent (100) à mille (1000) dinars quiconque sciemment nuit aux tiers ou perturbe leur quiétude à travers les réseaux publics des télécommunications ».

* https://www.bct.gov.tn/bct/siteprod/documents/loi20011.pdf

Dans ce cadre, voir, aussi, la vidéo suivante :

https://www.facebook.com/aljanoubiya.tv.Page.officielle/videos/266491754812150

[5] a. Comme tout un chacun sait « Manger à tous les râteliers » signifie « profiter sans scrupule de toutes les situations possibles ; piocher sans hésiter dans tout ce qui peut être bénéfique ; profiter des situations de tous les partis ».  Le début du vers est inspiré par Alexandre Dumas : «Mon cher, soyez mousquetaire ou abbé, soyez l'un ou l'autre, mais pas l'un et l'autre, reprit Porthos. Tenez, Athos vous l'a dit encore l'autre jour : vous mangez à tous les râteliers» (Alexandre Dumas, Les trois mousquetaires, 1849).

[5] b. https://iscae.academia.edu/elyssaamara

et dans l’ L'ÉDITORIAL du lien ci-dessous, elle s’invente, encore, une autre « spécialité : Management des organisations, gouvernance locale et participation citoyenne» (sic), puisant, certainement, son origine dans son appartenance à l’Association Zone verte Menzah 6 et les démêlés qu’elle a eus avec les élus locaux, elle, Elyssa Amara, qui nous a habitués à s’arroger un titre, une spécialité ou une discipline en fonction de son public et de la marchandise du moment qu’elle avait à vendre ! D’ailleurs, l’article qui y est publié  - par « Elyssa Amara Fadhel, Aida Ben Moussa Jerbi et Feyrouz Hendaoui Ben Tanfous » - est « l’étude de cas d’une municipalité tunisienne et d’une infraction à la législation locale » qui s’est passée dans mon quartier, le quartier de la Zone verte Menzah 6, commise par un de ses habitants. Ne croyez pas qu’il s’agit de la grave « infraction à la législation universelle » - qui s’est passée aussi dans mon quartier, dans ma rue, même - mettant la vie d’autrui en danger, qui fut commise par « l’illustre inconnu » [2], [3] ! La « municipalité tunisienne » en question est la municipalité de l’Ariana : Elyssa Amara est tellement obnubilée par le différend qu’ils ont créé avec l’équipe d’Al-Afdhal qu’elle a fait de ladite municipalité son «thème de recherche» favori, en désertant son thème de recherche universitaire. Elle et son gourou sont devenus tellement afdhalophobes qu’ils en sont arrivés à consacrer leur temps à traquer le moindre petit détail critiquable, le moindre éternuement suspect relatifs aux membres de ladite équipe, jusqu'à en devenir paranoïaques. Dans ce cadre, ladite « infraction à la législation universelle » commise par Abderrazak Hamrouni constituerait un excellent sujet d’article pour Elyssa Amara Fadhel et al. , qui aurait pour titre «Étude de cas d’une municipalité tunisienne et d’une infraction à la législation universelle mettant la vie d’autrui en danger »,  mais, cela m’étonnerait qu’elle puisse saisir cette belle occasion, car, il signifierait qu’elle est objective et impartiale dans sa conduite, en tant qu’universitaire et citoyenne, ce qui n’est pas le cas, comme le prouve son comportement dans l’agression que j’ai subie de la part de leur dit homme de main Ilyes Sellami. Tout cela est bien triste, et l'on est en droit de se demander où va notre université avec ce type de recherche de quartier, partisan, subjectif, trompeur et orienté qui fut d’ailleurs applaudi par ledit «illustre inconnu», eh bien, oui !, et dont l’«interposée» fut congratulée, admirativement, par ses sous-lieutenants, pour cette exceptionnelle «recherche», tout cela sur Facebook ?  En outre, la spécialité et la discipline d’un.e universitaire ne sont pas un jeu ni une girouette que l’on peut faire tourner à sa guise : elles sont mentionnées dans le Décret ( ou Arrêté ) paru au Journal officiel de la République tunisienne relatif à sa dernière promotion. Enfin, pour ce qui concerne les «infraction [s] à la législation locale », en général, Abderrazak Hamrouni s’y connaît [2]-[3]. Et, pour finir, il convient de mentionner qu’Elyssa Amara continue à faire de l’Association Zone verte Menzah 6 son fonds de commerce national et international : voir à ce sujet la vidéo ci-dessous,  de la minute 1 : 41 à la minute 1 : 46, vidéo du Forum Tunisien des Leaders Maghrébines (FTLM) 2021 ayant pour thème « Les Startups du territoire de l’innovation au service des collectivités locales »; voir aussi la photo [5] c. ci-dessous, intitulée :  Association Zone verte Menzah 6 = Le nouveau « Fonds de recherche » d’Elyssa Amara. 

https://www.editions-ems.fr/revues/revue-des-cas-en-gestion.html

https://www.youtube.com/watch?v=ZUqss6tdXL0

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’FLM Startups du territoire de l'innovation au service des collectivités locales Elyssa Amara/ ElyssaAmara/Asso.Zo Asso. Zone Verte 1:44:06/ 1:58:09’

[5] c. Association Zone verte Menzah 6 = Le nouveau « Fonds de recherche » d’Elyssa Amara :

Peut être une image de texte qui dit ’Elyssa Amara 2j Les collectivités locales en Tunisie: vers une nouvelle gouvernance locale plus participative ?" Elyssa AMARA FADHEL, Aida BEN MOUSSA JERBI & Feyrouz HENDAOUI BEN TAFOUS: ISCAE Université Manouba- Tunisie Atelier sur les Réformes dans la gouvernance territoriale Président M. FOUAD MACHROUH Enseignant Chercheur HDR Groupe ISCAE, Maroc Édition 2020-21 du Symposium international «Regards croisés sur a transformation de la gestion et des organisations de l'État», Rabat les 3 & 4 juin 2021 Merci Association Zone Verte Menzah pour tout le soutien logistique et le terrain fertile pouvant faire germer de telles recherches scientifiques.’

[5] d. Roua Sellami fut nommée au printemps 2020, comme elle l’écrit elle-même sur sa page Facebook, porte-parole de l’Association Zone verte Menzah 6 – plus explicitement « Chargée Communication et média, à Association Zone Verte Menzah » - alors que la dernière Assemblée générale de ladite association, avant cette nomination, a eu lieu au mois de février 2019.

[6] Voir, à ce sujet, par exemple, mon poème intitulé «J'accuse la SSS de Rached Ghannochet de la violente agression dont je fus l’objet», paru sous le lien suivant :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/181218/jaccuse-la-sss-de-rached-ghannochet-de-la-violente-agression-dont-je-fus-l-objet

[7] Il s’agit des poèmes [2] et [3].

[8] Voir, à ce sujet, la référence [15] a. de [2] et la référence [3].

[9] Elyssa Amara, qui est, rappelons-le, l’administratrice de la Page Facebook officielle de l’Association Zone verte Menzah 6 et son représentant permanent auprès des organisations et institutions extérieures, dans un langage sectaire et non associatif, se dévoile et dévoile ses relations privilégiées avec le  gourou de cette association par le post ci-dessous, en poussant l’indécence, avec un culot inouï, jusqu’à faire croire, par son emploi du « nous », que tous les membres de l’association – dont moi, Salah Horchani, puisque j’en faisais partie à cette époque – partagent unanimement avec elle ce panégyrique du gourou qui « nous enseigne au quotidien la pratique de l’efficacité. Un maître, comme on en fait plus, dur parfois mais tellement juste » (sic), écrit-elle. Si, elle, l’adulte depuis belle lurette, l’universitaire, l’expérimentée, a eu son libre arbitre reconditionné et son cortex cérébral modifié cognitivement, à ce point, jusqu’à oser se prendre pour ladite association toute entière et déclarer en son nom de telles inepties, l’on est en droit de se demander quel est l’impact réel de ce lavage de cerveau sur les jeunes de cette association  qui constituent la quasi-totalité de ses membres et dont la grande majorité sont mineurs. Il convient de mentionner, dans ce contexte, qu’en retour d’ascenseur et dans les faits, Elyssa Amara fut gratifiée de la fonction de  gourelle chargée de la jeunesse. En vérité, la réponse à la question posée est simple et se résume, sans commentaire, dans la terrible photo ci-dessous, après l’image-écran du fameux post, prise lors d’une réunion  de ladite association qui a eu lieu sur la Zone verte Menzah 6, où l’on aperçoit, assis sur le côté droit du banc, le gourou, discourant les bras semi-écartés, devant des jeunes de l’association, figés debout, agencés en forme de cercle, l’écoutant religieusement, à la manière d’adeptes écoutant leur maître à penser, et, à sa gauche, debout aussi, avec une veste rose, ladite gourelle chargée de la jeunesse. La mention «ZvenDan» qui y figure signifie «Zone verte  en Danger», alors que, depuis fort longtemps, elle n’est plus en danger, comme tout un chacun peut aller le vérifier sur place (voir, à ce sujet, les références [15] a. de  [2] et [3]). Ce couple oublie qu’une association n’est pas une secte. Une association, est constituée d’associés, point barre, et non, comme dans une secte, d’un gourou de, éventuellement, sa gourelle, de ses hommes de mains et de ses adeptes.

Peut être une image de texte qui dit ’Association Zone Verte Menzah 7 juillet 2019 Il est la mémoire vive de la cité, une véritable encyclopédie urbaine et sociale. Il nous enseigne au quotidien la pratique de l'efficacité Un maître, comme on en fait plus, dur parfois mais tellement juste. Notre cher Abderrazak Hamrouni, membre fondateur de la ZvenDan Team’

Peut être une image de 1 personne, position debout, aliment et texte qui dit ’Réunion ZvenDan Team post- post-Covid-19 Covid’

 [10] Ainsi, à la minute 3 : 20 de la vidéo suivante, Elyssa Amara se présente elle-même comme suit : « Moi [Elyssa Amara], je suis Professeure universitaire » :

https://www.youtube.com/watch?v=Dq-oYNS8RfY&t=199s

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.