Voir tous
  • Après le bloc bourgeois

    Par
    Il ne faut pas imaginer que la crise politique du bloc bourgeois produira mécaniquement celle de l'idéologie qu'il impulse. C'est sur le terrain de l'hégémonie que la gauche doit mener son combat si elle veut éviter qu'après Macron, une nouvelle droite identitaire autant favorable à la réforme néolibérale ne s'impose au pouvoir.
  • Les gilets jaunes, le néolibéralisme et la gauche

    Par
    Le mouvement des Gilets Jaunes porte au cœur du conflit politique la question sociale et exprime avec force l’opposition au bloc bourgeois. Cependant, la question sociale peut se présenter sous des formes différentes, qui demandent réflexion ; et il serait erroné d’imaginer que la crise du bloc bourgeois implique nécessairement celle du modèle néolibéral.
  • Italia : una rivoluzione apparente al servizio dell’egemonia neoliberale

    Par
    Pubblico qui la traduzione italiana del mio biglietto del 18/11, con alcune modifiche marginali.
  • Italie: comment l’hégémonie néolibérale se renouvelle par une révolution apparente

    Par
    Les politiques du gouvernement Ligue/5étoiles, présenté comme le protagoniste d’une rupture dans la dynamique européenne, prolongent celles du Parti démocrate. L’expérience italienne montre que la structuration du champ politique sur la base du clivage Europe/nation, qui remplace l’opposition droite/gauche, permet au néolibéralisme de survivre à la crise du bloc bourgeois.
  • La gauche et l'immigration: un débat caricatural et irresponsable

    Par
    La gauche se divise sur la gestion des flux migratoires, alors qu’elle pourrait s’unir dans la défense des droits des migrants. Une division qui s'explique par la fracture du bloc de gauche, et par la lutte qui porte sur la désignation de son héritier légitime. L'immigration joue dans ce cadre un rôle symbolique, aux dépens des conditions de vie (et de mort) des migrants.