LES TROLLS N’AURONT PAS LA PEAU DE VINGTRAS !

VINGTRAS nous avait prévenu : L’imprégnation sournoise est un fléau majeur ! Les indésirables sont légion, ils s’immiscent indûment dans ce qui est ressort d’autrui jusqu’à polluer et confisquer le principe même de débat démocratique. J’ai choisi de laisser les commentaires ouverts mais je m’abstiendrai de toute réponse. Vous les Trolls, choisissez la formule « Comment- taire »

drapeau-cuvee-des-trolls-1

Certains esprits chagrins aiment par-dessus tout se fourvoyer dans la fange et dans la boue du ridicule. Zemmour de la syntaxe acerbe, se goinfrant du verbiage dithyrambique qui leur sied à merveille, faisant fi de toute réflexion argumentaire, sincère et authentique ; voilà que seule la critique assassine est leur misérable  fond de commerce ! Critiquer certes, mais à condition que le débat reste constructif et qu’il apporte à chacun un éclairage positif et serein.

Critiquer pour salir, pour humilier, pour cracher son venin, pour faire de la mousse et surtout pour se faire mousser. A la moindre étincelle de lumière, ils s’engouffrent sans aucune vergogne dans la nébuleuse des étoiles à filer. Vulgaires plagiats de sangsues parasitaires, se goinfrant de déjections et d’immondices.

Incapable de publier, ne serait que l’ombre d’un billet digne de ce nom, ils se délectent dans la luxure de leur misérable condition humaine de mendiants d’instants de gloire. Leur seul crédo, faire le BUZZ ! A tout prix et surtout à n’importe quel prix ! Je n’ai rien à argumenter, surtout rien à vous proposer, mais je vais quand même vous déverser tout mon fiel ; il en restera bien quelque chose ! Ce ne sont guère les scrupules qui les retiennent. Blasphémer, tirer à vue sur l’ambulance, empêcher de tourner rond, dans la lignée grotesque et insipide de certains agitateurs télévisés les plus ingérables.

Qui sont-ils donc ces pourfendeurs de litanie, cancrelats scandaleux, éructeurs baveux, objecteurs de mauvaise conscience, malotrus pathétiques, décérébrés du bulbe, que rien ni personne n’élèvent au-dessus de leur QI d’huitre ?

Ce n’est pas parce que je n’ai rien à dire que je dois rester à me taire ! Telle pourrait être la devise de ces tartuffes du verbe ayant trop abusé de toute la déliquescence de la fameuse cuvée des Trolls. Qu’espèrent-ils, que cherchent-ils ? Pour une misérable once de gloire, les voilà brandissant leurs crucifix et leurs gousses d’ails. Croix de bois, croix de fer, allez tous en Enfer ! Honte à vous, néo marchants du temple, horripilant sans vergogne toute Sagesse confondue.

Vos baves de crapauds ne vous honorent point. Encore que pour des énergumènes de votre espèce, honneur, respect et dignité sont autant de termes honnis de votre vocabulaire circoncis. Vos propos ne sont point élogieux, ils ne  sont qu’insultes. Continuez de patauger dans le lisier nauséabond de vos incongrues vilénies, je n’ai aucun respect pour vous ! 

VINGTRAS est à Médiapart ce que la Joconde est au musée du Louvre : une icône indétrônable. Un joyau inestimable que chacun se doit se respecter et de préserver. Un homme vertueux au talent reconnu, drapé d’un grand esprit de partage et de Fraternité. Un Communeux de la grande fratrie des barricades. Il nous ouvre son regard lucide au-delà de la simple apparence.

Les foules s’y agglutinent et s’y abiment en masses incongrues tant ils captent l’attention au point de déchirer les passions les plus extrémistes. Ils attirent de nombreux paillons de nuit qui viennent de leur plein gré, jusqu’à s’y bruler les ailes.

Andy Warhol l’avait prédit bien avant l’heure, tout être humain aura un jour son heure de gloire. Pour certains c’est une question de contrariété mentale. L’imprégnation sournoise est un véritable fléau majeur. Les cons restent redoutablement cons !

 JAC, n’en déplaise à vos détracteurs de pacotille et autres semeurs de zizanie, s’il faut reprendre le flambeau, je serai de ceux là.

 

L'imprégnation sournoise

Les chiens aboient

Non au départ de Vingtras!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.