Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 15 mars 2011

S'informer? Le Web bien sûr; et les proches

Quelques jours après la publication de l'enquête diligentée par L'Express sur la «consommation de l'information» en France, le Pew Project for Excellence in Journalism sort son rapport 2011 pour les Etats-Unis.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© 

Quelques jours après la publication de l'enquête diligentée par L'Express sur la «consommation de l'information» en France, le Pew Project for Excellence in Journalism sort son rapport 2011 pour les Etats-Unis.

 Sur 1001 personnes interrogées fin septembre 2010, on découvre que 97% des Français disent s'informer chaque jour (30% déclarent ne pas pouvoir s'en passer). Ils y consacrent en moyenne 2h16 par jour. Pour 72% d'entre eux, c'est plus qu'il y a cinq ans et pour 76%, le sentiment d'être «submergés» par l'information domine (82% pour les 15-24 ans). D'ailleurs, 39% des sondés consultent au moins 4 médias par semaine (la majorité – 74% – s'informe par 3 médias) et pour beaucoup cherchent à retrouver des point d'ancrage capable de synthétiser, de trier, d'analyser, d'expliquer, bref de ralentir le flux. 88% font eux-même ce travail, diffusant, partageant leur propre sélection à leur entourage (pour 59% par un réseau social).

L'étude américaine, moins sociologisée, donne de grandes tendances. 

© 

Le public se tourne de plus en plus vers le Net pour  s'informer. Le Web est même le seul support à gagner du terrain. Quatre Américains sur dix s'y informent sur les sujets nationaux et internationaux (ils n'étaient que 17% un an plus tôt). Pour la première fois, l'information en ligne (46%) dépasse le papier (40% contre 52% en 2006) pour l'information régulière (au moins trois fois par semaine). Pour les actualités locales, le mobile touche 47% des Américians. Seule la télévision locale (50%) est plus populaire.

© 

Un livre récent, News at Work: imitation in an age of information abundance de Pablo Boczkowski vient compléter ces études (l'introduction est lisible ici). Il constate une consultation accrue des sites d'information sur le lieu de travail, à plusieurs reprises dans la journée, alors que le papier et la télévision correspondent au temps des loisirs ou du moins de temps passé au domicile. L'usage de l'information serait alors, en conséquence, plutôt lié au rôle social pour le Web et familial/amical pour les autres médias.

© Nieman Journalism Lab

Parmi les autres points relevés par Boczkowski dans ses entretiens, on note un «décalage thématique» entre la demande du public et l'offre des journalistes qui s'intéressent plutôt aux affaires publiques et à l'actualité immédiate, en mouvement. Les internautes consultent les articles «comme une opportunité qui n'a pas été nécessairement recherchée» envoyés par courrier électronique ou par les réseaux sociaux.

Enfin, la forme écrite reste le support «légitime» de l'information pour les personnes interrogées, même si elles accordent de l'attention aux contenus spectaculaires et courtes vidéos.

Sur le Web, le prime time correspond aux heures de bureau. © 

Tout cela évoque une théorie formulée par un professeur danois, Thomas Pettitt, nommée «parenthèse Gutenberg». Selon lui, l'époque du livre et de la presse «imprimée» qui garantissent la fiabilité d'une information parce qu'il est coûteux de les fabriquer et de les diffuser. Dès lors, toutes sortes d'intermédiaires relecteurs, éditeurs, rédacteurs en chef, etc. homologuaient à la fois la compétence de l'auteur et la qualité de l'écrit.

A partir du moment où il devient possible de s'auto-éditer, de publier à moindre prix (moindre effort et moindre coût), la confiance décroit et il faut trouver d'autres modes de validation. Et naturellement, explique Pettitt, on retrouve ce qui existait avant la «parenthèse»: face à la profusion de données, plus ou moins décontexualisées, sorties parfois des mises en formes connues et pratiques de l'imprimé, chacun se recrée une échelle de confiance dans l'information qui circule.

«Quand les livres n'existaient pas, comme les gens décidaient-il ce qu'ils devaient croire ou non? C'est un nouveau monde dans lequel il faut trouver sa voie. Un nouveau monde qui est en fait un ancien monde. Un monde d'avant l'imprimerie et les journaux.» Et le plus évident, alors, est de faire confiance à ses proches, à ses amis, à sa famille, dont on connaît les motivations et les défauts, la fiabilité, à quelques figures qui perdraient plus à nous mentir qu'à se taire.

L'essor de la recommandation sociale vient peut-être de là, autant que du trop-plein d'informations.

© Nieman Journalism Lab

Lire aussi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale