wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

315 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 oct. 2021

Premier amour.

Un peu après la fin de la dernière guerre, Jean-Pierre (1923-2018) fut amoureux de Mariette (1930-2021), mais en 1949 il se décide à épouser Ghislaine (1926-2016), soeur aînée de Mariette. En 2010, six décennies s'étant écoulées, Jean-Pierre nous confia que le soir de sa nuit de noces (en 1949), il fut quand même déçu de voir Ghislaine, plutôt que Mariette, lui échoir dans le lit conjugal.

wawa
Chien qui aboie ne mord pas (et la caravane passe).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mariette, ma mère, née en décembre 1930, était âgée de près de 9 ans quand la guerre a éclaté en septembre 1939. Sa famille vivait dans le nord de la France depuis plusieurs générations. Ses parents et leurs ancêtres avaient connu les guerres de 1870-71 puis de 1914-18 avec la terrible occupation allemande du nord de la France et toutes ses calamités. Ils savaient donc à quoi s'attendre de la part des guerriers allemands, comme on le constate en lisant le journal que Ferdinand, le père de Mariette, a tenu durant toute sa vie.

Mariette, ses trois frères et ses trois soeurs passèrent la guerre 1939-45 avec leurs parents, Ferdinand (1896-1987) et Ghislaine (1902-98), dans leur propriété de campagne en Picardie. Outre leur grande maison résidentielle, il y avait une petite ferme avec atelier, porcherie, étable, poulailler, clapiers, granges et autres hangars, le tout sur une quinzaine d'hectares de parc, bois, vergers, potagers et pâturages. Pour autant, Ferdinand n'avait pas abandonné le négoce de tissus qu'il tenait à Roubaix. Ferdinand et Ghislaine, son épouse, avaient accueilli dans leur propriété de campagne un couple de polonais émigrés qui faisaient fructifier la terre, et s'occupaient des animaux (bovins, ovins, caprins, chevaux, volailles, lapins, chiens et chats). Moins à plaindre que la majeure partie des français, cette petite famille a parfois connu l'angoisse de ne pas avoir d'abri et de repas quand les allemands, au moment de leur retraite vers l'Allemagne, vinrent les expulser de leur maison et leur voler non seulement le repas qu'ils s'apprêtaient à manger mais aussi toutes leurs victuailles. Leur maison fut aussi mitraillée quand elle se trouva, pour un court moment, au milieu d'une zone de combats entre les anglais et les allemands. Ils durent aussi, parfois, se réfugier dans leur cave quand les alliés bombardaient Abbeville, dont ils étaient proches. Le pillage de leur maison ne leur fut pas non plus épargné, à plusieurs reprises.

Fort heureusement, tous ont survécu à la guerre. Furent-ils, pour autant, moins courageux que d'autres? Notre mère Mariette nous racontait qu'alors adolescente, elle avait dit à ses parents qu'il était injuste d'obliger des gens, fussent-ils juifs, à porter l'étoile jaune. Ses parents lui avaient reproché cette pensée et lui avaient demandé de bien vouloir ne plus se mêler de ce qui ne les regardait pas.

Après la guerre, Ferdinand et Ghislaine commencèrent à songer à marier leur fille aînée Ghislaine, qui était née en 1926. La tradition voulait que les aînées se marient avant les cadettes, dont Mariette faisait partie. Pour éviter toute concurrence avec sa soeur aînée, Mariette fut envoyée en Angleterre. Elle n'en revint qu'une fois les fiançailles de sa soeur aînée Ghislaine, avec Jean-Pierre, prononcées. Bien des années plus tard, lors de l'anniversaire des 80 ans de Mariette (en 2010), Jean-Pierre avoua, dans un discours de circonstance (que son épouse Ghislaine, une autre des soeurs et un des frère de Ghislaine et de Mariette, ainsi que tous leurs conjoints, écoutaient), que le soir de sa nuit de noces, en 1949, il fut un peu déçu de voir Ghislaine, plutôt que Mariette, lui échoir dans le lit conjugal.

...

Mariette eut, toute sa vie, des amants, toujours dans la joie, sauf rares exceptions, dont l'une est racontée ici:

https://blogs.mediapart.fr/wawa/blog/060221/mariette-demenage

...

Un parallèle entre Mariette et moi, son fils unique, est esquissé ici:

https://blogs.mediapart.fr/wawa/blog/301021/propos-denfants-non-desires ...

...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro