Panique de la direction de Pôle emploi Bretagne

Intervention inopinée d'une directrice départementale de Pôle emploi...

Note préalable : le principe de ce blog est d'informer le public sur des pratiques généralisées de Pôle emploi ayant porté préjudice à de très nombreuses personnes pour qu'elles puissent demander réparation, le sujet n'est pas la situation personnelle de l'auteur du blog d'où le choix de ne pas personnaliser les articles.

Ce jeudi 16 janvier 2020, une directrice départementale est intervenue par surprise lors d'une réunion d'agence pour faire une déclaration en présence de l'auteur de ce blog, conseiller dans cette agence. L'intervention de cette responsable n'avait pas été annoncée dans l'ordre du jour de la réunion envoyé dans la matinée.

Cette responsable s'est contentée de lire la déclaration suivante au nom d'un "comité de direction" :

« Un article dans le Parisien est paru ce dimanche 12 janvier mettant en cause Pôle emploi Bretagne.

Un conseiller se réclamant de la qualité de lanceur d’alerte accuse Pôle emploi de chercher à priver les demandeurs d’emploi d’une partie de leurs droits aux allocations qui doivent être délivrées par notre établissement. Il dénonce à son encontre des faits de harcèlement et des sanctions consécutives aux actions qu’il mène auprès des demandeurs d’emploi face à Pôle emploi.

Cet article a conduit France 3 Bretagne à s’intéresser à ce sujet. Ce média a interrogé Pôle emploi Bretagne qui, à chaque fois, a répondu à ces sollicitations et a indiqué que jamais Pôle emploi n’a organisé de système visant à priver les demandeurs d’emploi de leurs droits financiers et qu’aucun fait de harcèlement n’a été constaté à l’encontre de cet agent à la suite d’une enquête menée suite à son signalement. Pôle emploi a également rappelé auprès du média que les conseillers Pôle emploi aident au quotidien les demandeurs d’emploi dans leurs démarches, c’est le rôle normal d’un conseiller d’indiquer à des demandeurs d’emploi les démarches nécessaires à effectuer afin de leur faire bénéficier pleinement de leurs droits.

Pôle emploi aimerait avoir la même liberté de parole dans les médias que cet agent et apporter des éléments précis face à ces accusations., ce n’est pas le cas. En effet, notre expression est contrainte, notre responsabilité en tant qu’employeur est de garantir la confidentialité des situations individuelles de tous nos collaborateurs, le statut de lanceur d’alerte dont se réclame cet agent qui lui accorde, si demain cette qualité lui est effectivement reconnue, une protection dans le cadre de son expression.

Je tenais à exprimer mon soutien aux équipes de Pôle emploi qui s’investissent au quotidien au service des demandeurs d’emploi et des entreprises et qui peuvent légitimement être troublés par les propos tenus.

Je vous invite, si vous en êtes questionnée par un conseiller - ça c’est une suite de message pour moi (NDLR : la directrice départementale) - à reprendre les éléments qui lui ont été exprimés.

Signé Frédéric Sévignon (NDLR : le directeur régional Pôle emploi Bretagne) »

La directrice territoriale n'a pas proposé aux salariés, ni par là même à l'auteur du blog qui était présent, de s'exprimer. Elle a simplement signifié qu'elle avait conclu son intervention en saluant l'assistance puis en quittant la salle. La réunion d'agence a aussitôt repris son cours normal.

Fact-checking

Tout d'abord l'article du Parisien - Aujourd'hui en France du 12 janvier dernier ne ciblait pas spécialement la direction de Pôle emploi Bretagne, la plupart des articles de ce blog concernent le public du territoire national. Au sujet du reportage de France 3 Bretagne, les éléments sont dans cet article.

Aucun·e cadre salarié·e ni "comité" de cadres salarié·es, au niveau régional ou national, ne peut se prévaloir de l'appellation Pôle emploi dans de telles circonstances. Comme indiqué dans cet article, Pôle emploi est un établissement public, financé intégralement par le public pour apporter des services au public, l'institution n'appartient donc à aucun·e salarié·e mais bien au public. Si l'appellation synthétique Pôle emploi est utilisée dans ce blog, c'est uniquement parce qu'à ce jour aucun·e salarié·e de Pôle emploi n'a été individuellement sanctionné·e par la justice comme étant à l'initiative des pratiques frauduleuses ou ayant permis qu'elles perdurent. Il convient d'ailleurs pour les usagers de ne pas utiliser non plus ce terme générique Pôle emploi dans les réclamations en cas d'éventuelle erreur d'un·e agent·e Pôle emploi et/ou de son encadrement, la personne salariée de Pôle emploi qui traite la réclamation n'est évidemment pas responsable de l'hypothétique erreur de tierces personnes.

Ensuite le directeur régional Pôle emploi Bretagne, auteur de ce communiqué, s'est livré ce 16 janvier 2020 à un acte de diffamation publique avec la complicité de ladite directrice départementale. En effet, outre l'absence de loyauté de la part de cette responsable d'agir ainsi par surprise, l'auteur du blog qui était présent à la réunion - et connu de la responsable - fut simplement nommé "un conseiller" devant ses propres collègues naturellement déjà au courant des alertes et de la médiatisation s'y afférant. Par ailleurs la qualité de lanceur d'alerte semble placée par la direction Pôle emploi Bretagne sous gage, or le propre service interne dédié de Pôle emploi a déjà validé des alertes comme recevables - reconnaissant de fait le statut de lanceur d'alerte à l'auteur - et les innombrables preuves de l'intégralité des alertes sont à la disposition de la justice. Des journalistes ont observé des preuves pour relayer les alertes au public, sans compter naturellement les victimes des malversations qui ont déjà pu obtenir réparation. Enfin le truchement du "soutien aux équipes" est de nature à isoler davantage l'auteur de ce blog, comme s'il agissait au détriment de ses pairs et nous y reviendrons en fin de cet article.

Le directeur régional trouve également un prétexte surprenant pour ne pas avouer des fautes au sein de son effectif de direction, il avance l'argument de la confidentialité de la situation individuelle d'un salarié Pôle emploi qui empêcherait la direction d'apporter des réponse précises sur les pratiques frauduleuses généralisées. La harcèlement moral envers l'auteur de ce blog n'empêche absolument pas la direction de Pôle emploi, que ce soit au niveau régional ou national, de s'expliquer en détails sur les pratiques qui ont porté préjudice à de très nombreux usagers !

Enfin, comme déjà évoqué dans cet autre article, il convient pour les usagers de rester très calmes dans leurs relations avec les salarié·es de Pôle emploi. En effet, que les salarié·es de Pôle emploi soient cadres ou non, tant que la justice ne s'est pas prononcée il n'est pas possible de déterminer la responsabilité individuelle d'un·e salarié·e de Pôle emploi au sujet des alertes de ce blog. Les éléments juridiques sont ici suffisamment fournis pour obtenir réparation par les voies de recours présentées dans cet article sans faire preuve d'agressivité qui pourrait se retourner contre vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.