Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2019

Le bonus d'une formation (ou pas)

Une période de formation apporte généralement des avantages financiers, pendant ou après la formation, mais ces droits sont peu connus et parfois bloqués par Pôle emploi !

Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu'on est au chômage, chaque jour compte !

Pour les bénéficiaires d'allocations chômage, un jour sans travailler est un jour d'allocations consommées mais également un jour salarié en moins pour renouveler ses droits.

Pour celles et ceux qui ne touchent pas d'allocations chômage, un jour sans travailler est un jour de galère en plus mais également un jour salarié en moins pour ouvrir des droits.

Or lorsqu'on entre en période de formation, on sait à l'avance qu'il sera difficile voire impossible de travailler pendant ce temps. Le paradoxe c'est qu'on peut justement avoir besoin de cette formation pour retrouver du travail ou évoluer dans son parcours ! Et puis naturellement, une période de formation occasionne très souvent des frais supplémentaires (transport, restauration, hébergement).

Heureusement, notre système social a prévu des compensations.

La solution de formation la plus avantageuse, la plus sécurisante pour une personne au chômage c'est le Projet de Transition Professionnelle déjà présenté dans un autre article de ce blog. Cependant, compte tenu notamment de conditions de durée de travail au préalable, beaucoup ne sont pas éligibles au PTP.

Reste donc la solution la plus classique d'une formation pour laquelle il faut déjà trouver le financement des frais pédagogiques (communément appelés "coût de la formation").

Pour les frais annexes (transport, restauration, hébergement), les demandeurs d'emploi les plus démunis (allocations à taux faible ou pas d'allocations) bénéficient en général d'une aide financière.

Quant au revenu du demandeur d'emploi pendant la formation, il y a plusieurs cas de figure :

. Un·e allocataire Pôle emploi à taux très faible se verra indemnisé·e au montant garanti de 20,96€ par jour (AREF) ;

. Au-delà de ce montant, un·e allocataire Pôle emploi conserve le même montant d'indemnisation puis des rémunérations de solidarité (RFF, RPS) prennent généralement le relais pour un montant maximum de 650€ environ.

. Enfin pour celles et ceux qui ne touchent pas d'allocations chômage, généralement une rémunération de solidarité est prévue dès le début de la formation.

A noter pour les allocataires qui touchent une ARE dégrévée de cotisations sociales (CSG, CRDS), ce qui concerne principalement les allocations journalières au-dessus d'une cinquantaine d'euros brut par jour : l'AREF pendant la formation est totalement exonérées des cotisations sociales (article L136-1-1 du Code de la sécurité sociale) !

Un droit peu connu

Ce que peu de gens savent à ce jour, c'est qu'une allocation ou rémunération pendant une période de formation est assimilée à un revenu professionnel (article R844-1 du Code de la sécurité sociale) et donne donc droit à la prime d'activité ! Il y a toutefois, évidemment, une limite de ressources du foyer donc pour savoir si vous êtes éligible à la prime d'activité pendant une formation il faut utiliser le simulateur de la CAF mais attention, pour le moment il n'y a pas de case prévue pour les revenus issus d'une formation donc il faut déclarer ces revenus dans la rubrique "salaires" et s'identifier également sous le statut de "salarié". Prenons un exemple : vous êtes célibataire sans enfants, vous touchez 900€ par mois d'allocations de Pôle emploi pendant une formation de 10 mois et vous percevez 100€ d'APL par la CAF, dans ce cas vous toucheriez 214€ par mois de prime d'activité donc 2140€ pour la totalité de la formation, une somme ! Ce droit a toujours existé, même au temps de la prime pour l'emploi versée par le Trésor Public.

Suspension de dégressivité des allocations chômage

Pour les allocataires désormais concerné·es par la dégressivité des droits au-delà de 6 mois d'indemnisation, une période de formation indemnisée en AREF suspend la dégressivité (paragraphe 2 de l'article 17 bis du chapitre 4 du règlement d'assurance chômage 2019).

L'assimilation d'heures de formation

Un autre avantage peu connu d'une période de formation lorsqu'on est inscrit·e à Pôle emploi, c'est la possibilité d'intégrer les heures de formation... pour de futures allocations chômage ! C'est ce qu'on appelle "l'assimilation d'heures de formation".

Si vous avez perçu ne serait-ce qu'un seul jour d'allocations chômage pendant la formation, aucune heure ne sera assimilable mais attention, ça ne concerne que l'AREF. Toutes les autres allocations ou rémunérations de solidarité (RFPE, RPS, ASS-F, etc.) perçues pendant une formation permettent bien l'assimilation, il en va de même pour une formation pendant laquelle vous n'avez rien perçu du tout, du coup ce sont jusqu'à 607 heures de formation (407 heures avant le 1er novembre 2019) qui pourront rallonger la durée de vos futurs droits aux allocations chômage au régime général ou tout simplement d'arriver aux 910 heures requises pour ouvrir des droits (paragraphe 3 de l'article 3 de la convention d'assurance chômage). 607 heures, c'est l'équivalent de 4 mois d'allocations ! Par exemple pour un·e allocataire qui touche 30€ par jour ça représente plus de 3 600€ de capital, ce qui est considérable.

Pour les demandeurs d'emploi d'au moins 53 ans ayant ouvert une indemnisation pour une durée d'au moins 2 ans et demi, une période de formation indemnisée en AREF pendant le versement de ces allocations chômage rallonge désormais la période d'indemnisation dans la limite de 6 mois et dans la limite d'une durée totale d'indemnisation de 3 ans, ce qui revient à une assimilation (paragraphe 2 de l'article 9 du chapitre 3 du règlement d'assurance chômage de 2019).

Pour ouvrir des droits au régime intermittent du spectacle, l'assimilation porte sur 308 heures maximum (article 7 des annexes VIII et X) soit par exemple l'équivalent de 26 cachets à faire en moins pour un artiste, à condition encore une fois de ne pas avoir perçu d'AREF pendant la formation. Par ailleurs, à la différence des heures d'enseignement artistique ou technique, les heures de formation assimilées devaient entrer en compte pour le calcul du montant de vos droits au régime intermittent, cette disposition a toutefois disparu dans le paragraphe 1 de l'article 3 des annexes VII et X du règlement d'assurance chômage de 2019.

Problème : le système informatique de Pôle emploi présente des anomalies de paramétrage. Pour les allocataires au régime général, le système enregistre des périodes de formation comme ayant été indemnisées par l'assurance chômage... alors qu'elles ne l'ont pas été. Dès lors, l'allocataire ne bénéficie pas de l'allongement de la durée d'indemnisation à laquelle elle·il avait pourtant droit. Cette défaillance concerne de très nombreux allocataires depuis très longtemps, le préjudice cumulé se chiffre donc probablement à plusieurs centaines de millions d'euros ! Pour les intermittents du spectacle, le système n'assimilait pas les heures de formation pour déterminer le montant de l'allocation journalière.

Si vous étiez concerné·e lors d'une ouverture de droits aux allocations chômage mais que Pôle emploi ne vous a pas fait bénéficier de l'assimilation d'heures de formation ou, pour les intermittents du spectacle, si l'assimilation n'a pas été intégrée au calcul du montant de vos droits, vous pouvez demander un réexamen de l'ouverture de droits. Voici un article sur les possibilités de recours contre Pôle emploi : https://blogs.mediapart.fr/yann-gaudin/blog/251119/quels-recours-face-pole-emploi

***

♥ Pour soutenir l'auteur : https://fr.tipeee.com/alertes-pole-emploi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan