Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

101 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2022

Le quinquennat de la violence de l’injustice sociale

Depuis le milieu des années 1970, les hôtes successifs de l’Élysée, tous convertis au néolibéralisme, ont laissé se répandre l’injustice sociale qui gangrène la société française. Sous la mandature Macron, à la nouvelle progression de l’injustice sociale, est venue s’ajouter sa violence, comme fin et moyen d'une politique d'un autocrate sous les cieux d'un néolibéralisme autoritaire.

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n’est pas depuis l’élection d’Emmanuel Macron, en 2017, que l’injustice sociale abîme et violente de plus en plus la société française. On la voit en effet regagner du terrain au cours des quarante dernières années avec le retour d’une dynamique d’aggravation des inégalités de revenu et de patrimoine, du fait des conséquences du triomphe du néolibéralisme et du type de mondialisation qui lui est associé, fondé sur la libre circulation des capitaux, ouvrant en particulier les grandes routes de la concurrence fiscale et des paradis fiscaux pour les multinationales et les fortunes des ultra-riches. Cette dynamique aura même été beaucoup moins prononcée en France que dans les pays anglo-saxons, grâce à l’existence d’un système développé de protection sociale, dont le point de départ historique a été la naissance de la Sécurité sociale en 1945, conformément aux objectifs du programme commun du Conseil national de la Résistance. Ce qui a permis à la France de limiter les dégâts face aux offensives incessantes des politiques néolibérales contre l‘État-providence, derrière lesquelles il faut y voir un pouvoir politique totalement inféodé à la détermination de l’oligarchie de vouloir reprendre d’une main, ce qu’elle avait dû concéder de l’autre durant les Trente Glorieuses (1945-1975) dans le cadre du compromis fordiste et à l’occasion des évènements de 1968. Ceci étant, dans ce temps long du retour des inégalités depuis la fin des années 1970, la présidence d’Emmanuel Macron apparaît véritablement comme singulière du point de vue de l‘injustice sociale qui mine la cohésion sociale du pays. Et ce, non pas seulement parce que la politique économique et sociale du chef de l’État n’a eu de cesse de la servir sans vergogne du début jusqu‘à la fin du quinquennat, accentuant ainsi grandement la fracture sociale au sein de la société française, mais aussi en raison de son mépris de classe affiché à l’encontre des classes populaires et moyennes - soit un ensemble constituant peu ou prou 80 % du corps social -, et surtout des « sans rien », pour reprendre l’une de ses expressions dédaigneuses cultes. Ce faisant, pour la première fois sous la Cinquième République, la France a été dirigée par un chef d’État qui s’est comporté tout à la fois comme un arrogant et hors-sol autocrate, le manager d’une nation dans laquelle il n’a vu qu’une start-up, le secrétaire dévoué du grand patronat et du CAC 40, et le président des riches, pour le plus grand malheur de la justice sociale, des plus défavorisés de la société, de la cohésion sociale….. et de la démocratie ! 

La violence physique et symbolique de l’injustice sociale, portée par la politique économique et sociale du gouvernement, s’est exprimée dès le début du quinquennat. Ainsi, sous couvert de la pseudo-théorie du ruissellement selon laquelle pour enrichir l’ensemble de la société, il faut commencer par enrichir les plus riches - pure idéologie fantasmée par les néolibéraux mais qu’aucune étude empirique n’a jamais pu vérifier (1) -, Emmanuel Macron accordera ses premiers cadeaux fiscaux aux riches donateurs de sa campagne présidentielle de 2017 pour les remercier de leur soutien financier, via la suppression de l’impôt sur la grande fortune mobilière (remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI)), entraînant un manque à gagner fiscal de l’ordre de 3,5 milliards d’euros par an, et surtout avec la fin de la progressivité sur la fiscalité des revenus du capital, remplacée par le prélèvement forfaitaire unique (PFU) - une « flat tax » de 30 % -, accentuant sensiblement en défaveur du travail le différentiel de taxation entre les revenus du travail et ceux du capital (2). Et pour bien frapper les esprits de quelle signature sera faite son passage à l’Élysée, dans la foulée, il commencera par faire les poches des ménages aux revenus modestes par la réduction des aides personnalisées au logement (APL), les condamnant ainsi à encore plus de privations matérielles et sociales, et ce, dès l’été 2017, avec l’annonce inattendue d’une réduction de cinq euros par mois des APL. Ce ne sera que le début d’une attaque en règle contre les APL afin de faire des économies budgétaires sur le dos des plus défavorisés, qui se poursuivra tout au long du quinquennat, du gel et quasi-gel de la revalorisation des APL en 2018 et 2019, jusqu’à la réforme de leur mode de calcul entrée en vigueur le 1er janvier 2021, impactant particulièrement les jeunes. Des coups de rabot récurrents donnés par le gouvernement au budget des APL, que la Fondation Abbé Pierre chiffre, dans son vingt-septième rapport annuel sur l’état du mal-logement en France, à la coquette somme de 15 milliards d’euros sur toute la durée du quinquennat(3)! 

L’injustice sociale ne sera donc pas seulement violente pour celles et ceux qui en sont les grandes victimes, nous prévenait ainsi en substance le chef de l’État durant l‘été 2017, avec sa décision de réduire les APL, mais elle sera également insolente en se traduisant aussi par une «redistribution inversée» des pauvres vers les riches, grâce à l‘action d‘un président de la République transformé en un Robin des bois à l’envers. C’est toujours cette même insolence qui s’exprimera à travers la surdité du gouvernement face aux grandes revendications portées par la forte contestation sociale des mouvements des gilets jaunes et contre le projet de réforme des retraites, qui vont se succéder de la fin 2018 jusqu’à la veille de la crise du Covid-19. Ainsi, de répondre favorablement aux deux fortes demandes légitimes des gilets jaunes de rétablissement de l’ISF - revendication révélatrice du profond sentiment d’injustice fiscale au sein des classes laborieuses ô combien justifié - et de hausse du Smic, il n‘en sera bien évidemment point question de la part de l‘exécutif. Et les quelques concessions accordées aux gilets jaunes conçues, de surcroît, pour être prises en charge par la collectivité sans ne rien coûter spécifiquement au patronat et aux plus riches (augmentation et extension de la prime d’activité et du chèque énergie, mise en place de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, etc.), ne pourront jamais réparer les vies abîmées voire brisées des victimes d’une répression policière et judiciaire historique sous la Cinquième République, mise en place par la Macronie au pouvoir contre ceux qu’elle a toujours considéré comme des gueux, ceux de « la France des fumeurs de clopes qui roulent au diesel » (dixit Benjamin Griveaux). Une répression véritablement digne de l’État-gendarme bourgeois du XIXè siècle qui s’exerçait à l’encontre de la contestation ouvrière, quand l‘armée n’hésitait pas à sortir ses fusils contre les ouvriers sur les ordres du patronat ! Quant au retrait du projet de réforme des retraites prévoyant un régime universel à points, qui aurait renforcé la redistribution inversée déjà existante dans notre système actuel par répartition (4), ses opposants ne le devront uniquement qu’à la pandémie du Covid-19, qui contraindra le président de la République à le suspendre courant mars 2020. Mais, sans jamais renoncer à écouter sa meilleure conseillère, l’insolente injustice sociale car, si le président sortant Macron semble avoir définitivement abandonné le projet d’un système de retraite universel par points, le candidat Macron à sa propre succession fait toujours de son grand dada une réforme régressive des retraites, en proposant en cas de réélection de reculer l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Et ceci, toujours au nom du traditionnel récit inventé par les néolibéraux de la nécessité de travailler plus longtemps, pour sauver un système qui serait menacé par de futurs déséquilibres liés au vieillissement démographique et aux conséquences de la crise Codid-19 (et même de la crise ukrainienne, invoque-t-on maintenant chez les faiseurs de fables néolibérales), qui le condamneraient inévitablement, en l’absence de réformes, à un dérapage important de ses dépenses (5). Or, derrière ce récit fallacieux, la réalité est que ce nouveau recul de l'âge légal de départ à la retraite n’aura pas d’autre objectif, comme celui du passage de la retraite de 60 à 62 ans sous Nicolas Sarkozy, de faire des économies de dépenses de protection sociale sur le dos des classes sociales défavorisées en faisant toujours un peu plus de redistribution inversée, bien camouflée, cela va de soi,…… faudrait pas que les classes populaires découvrent l’entourloupe monumentale d’une telle réforme sachant, qu'en France, les 5 % les plus riches ont une espérance de vie supérieure de 13 ans à celle des 5 % les plus pauvres ! La couleur a ainsi été clairement annoncée par le candidat Macron, en cas de reconduite dans ses fonctions de président du grand capital, en présentant ce projet pour le régime des retraites comme la réforme prioritaire de son programme présidentiel : l’injustice sociale sera donc sans pitié ! Probablement que les stocks des policiers en munitions de LBD et de grenades de désencerclement qui, eux, n’ont jamais été soumis à restrictions de dépenses, sont déjà suffisamment garnis pour la protéger dès les aurores d’un nouveau mandat, au cas où…..   
 
Pendant la double crise sanitaire et économique liée à la Covid-19, derrière la façade keynésienne du soutien sans compter du gouvernement à l’économie et à l’emploi - le fameux « quoi qu’il en coûte » - , dans le cadre d’un accroissement historique du déficit public (passant de 3,1 % du PIB en 2019 à  9,2 % en 2020), financé lui-même indirectement par la Banque centrale européenne par ses rachats massifs de titres souverains sur les marchés financiers, c’est finalement paradoxalement une gestion très néolibérale de la crise qui se mettra en place, à la fois polarisée sur l’économie de l’offre et fortement marquée sous le sceau de l’injustice sociale. En effet, d’un côté, la majorité présidentielle exclut toute forme de contribution fiscale solidaire exceptionnelle sur le patrimoine des plus riches, à l’image de ce qui s’est fait par exemple en Argentine (adoption fin 2020 d‘une « contribution extraordinaire de solidarité » de 2 %, prélevée sur les patrimoines dépassant les 200 millions de pesos, soit environ les 2 millions d'euros). Alors même que les ultra-riches ont pourtant continué à s’enrichir grassement de façon indécente pendant la crise (rien qu’en 2020 la fortune des milliardaires français a augmenté de 68 %, soit une hausse de 300 milliards d’euros, l‘équivalent de 12 points de PIB annuel de l‘économie française !), et que des institutions internationales comme l'Organisation des Nations unies (ONU) exhortaient les gouvernements à mettre en place une solidarité sociale par un impôt sur les plus riches. Même l’économiste Vitor Gaspar du très néolibéral Fonds monétaire international (FMI) les en conjurait : « Les gouvernements devraient envisager des impôts plus élevés pour les ménages les plus aisés et les entreprises les plus rentables ». Mais non, dans les rangs de la Macronie, foin de tous ces appels à la solidarité sociale via la justice fiscale ! De l’autre côté, si à partir de mars 2020 le soutien massif du gouvernement aux entreprises sous forme d’aides publiques diverses (chômage partiel, plans sectoriels, prêts garantis par l’État, etc.) - pas moins de 200 milliards d’euros mobilisés entre mars 2020 et mars 2021, soit 9 points de PIB - a été salutaire, en permettant de limiter l’ampleur de la récession économique (chute historique de 8 % du PIB en volume en 2020 suivie d’une hausse de 7 % en 2021), on peut néanmoins objecter la critique majeure à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, que la grande majorité de ces aides publiques n’ont été assorties d’aucune conditionnalité sociale, environnementale et relative à la rémunération des actionnaires, et surtout, qu’elles ont bénéficié de manière disproportionnée aux entreprises du CAC 40, qui ne se sont pas privées d’en faire profiter très généreusement leurs actionnaires (distribution de 105,4 milliards d’euros au cours des années 2020 et 2021 sous forme de dividendes et rachats d’actions, dont 69,4 milliards pour le nouveau record historique de 2021, surpassant celui d’avant-crise de 2019 - voir graphique ci-contre),…….. tout en annonçant des suppressions d’emplois en France (près de 30 000 en 2020) (6) !


En outre, comme si cela ne suffisait pas pour satisfaire le patronat, le gouvernement décidera, dans le cadre de son plan de relance de septembre 2020, d’octroyer aux entreprises un cadeau fiscal néolibéral pur sucre de baisse des impôts de production (étalée sur deux ans)……..de 20 milliards euros, soit près de 30 % de ce que rapportent ces impôts à l’État, et ce, sous couvert d’objectifs de relocalisation de l’industrie et d’amélioration de la compétitivité-prix des entreprises, des motifs totalement fallacieux invoqués par Bruno Le Maire, puisque aucune étude empirique ne valide une quelconque corrélation en la matière. En plus de tous ces milliards d’euros de soutien public aux entreprises qui ont coulé à flots pendant la crise du Covid-19 (avec pas moins de 35 milliards d’euros pour le fonds de solidarité à lui seul), ajoutons également au registre de l’extrême bonté du chef de l’État à l’égard du grand capital, deux beaux cadeaux fiscaux et parafiscaux pérennes en faveur des entreprises, déjà planifiés avant la crise du Covid-19, à savoir la baisse du taux d’imposition sur les bénéfices des sociétés, passant de 33,3 % en 2017 à 25 % en 2022, et la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse pérenne des cotisations sociales patronales, avec un coût respectif en termes de manque à gagner pour l’État sur toute la durée du quinquennat de 11 milliards d’euros et de plus de 125 milliards d’euros. 
   
Durant les deux années de crise du Covid-19, tout en faisant preuve d’une générosité exceptionnelle en faveur des entreprises, et surtout celles du CAC 40, l’hôte de l’Élysée restera fidèle à sa conception très libérale du chômage et de la pauvreté, considérant les chômeurs et les pauvres comme des fainéants et des opportunistes, qu’il ne faut surtout pas trop aider au risque de créer des « trappes à chômage et à pauvreté ». Il s’agit là d’une posture assez classique chez les économistes de l’offre, à l’image d’un certain George Gilder, qui formulait dans son ouvrage Richesse et pauvreté (1981) - une véritable bible pour les dirigeants politiques anglo-saxons au début des années 1980, comme le président des Etats-Unis Ronald Reagan - l’abjecte ineptie suivante que « L'aiguillon de la pauvreté est la chose la plus nécessaire aux pauvres ». Macron n’exprimait pas autre chose, en des termes moins recherchés, avec en plus ce « petit » mépris de classe qu’on lui connaît bien, ne connaissant strictement rien de la réalité des difficultés des ménages aux revenus modestes et de l’enfer des pauvres, lorsqu’il s’enflammait dans son bureau devant ses principaux conseillers à propos du bien fondé des minima sociaux en disant « On met un pognon de dingue dans des minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas (….). On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif » (extrait d’une vidéo publiée sur Twitter le 12 juin 2018) ; ou encore, lorsqu’il lançait à un jeune chômeur dans les jardins de l'Élysée « Je traverse la rue et je vous en trouve [NDLR : du travail] » (septembre 2018). Ainsi, conformément aux fantasmes néolibéraux d’hypothétiques effets pervers désincitatifs au travail que provoquerait le versement de revenus sociaux « trop généreux », même en pleine crise sanitaire où pourtant tous les indicateurs d’alerte sur la pauvreté indiquaient une intensification de la pauvreté comme, par exemple, le recours accru aux aides alimentaires, le revenu solidarité active (RSA) ne sera ni valorisé ni étendu au public plus large des jeunes de moins de 25 ans, comme le demandaient à raison les associations de lutte contre la pauvreté. Le gouvernement préférera se contenter de mesures d’aide ponctuelles bien insuffisantes, comme par exemple en mai 2020, l’aide de 150 euros par ménage versée aux foyers bénéficiaires du RSA ou des aides au logement. Enfin, cerise sur le gâteau de l’injustice sociale, surtout en période de crise sanitaire, le gouvernement Castex décidera de mettre en œuvre, en octobre dernier, l’inique et indigne réforme de l’indemnisation chômage, pour faire à nouveau les poches des plus modestes. Cette fois-ci, ce sont les chômeurs précaires qui sont mis à contribution pour faire des économies de dépenses d’assurance chômage, évaluées à 2,3 milliards d’euros par an ! Donc, même en pleine crise sanitaire et économique, l’exécutif aura toujours tenu d’une main ferme le gouvernail néolibéral, ne perdant jamais de vue le projet final du néolibéralisme de mettre la société tout entière et l’État au service du marché…… « quoi qu’il en coûte » en termes de destruction du lien social et d’accroissement des inégalités. La fameuse formule d’Emmanuel Macron « Le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant », prononcée à l’occasion de son allocution du 16 mars 2020 annonçant le premier confinement, n’aura donc été que pure incantation d’enfumage, comme on pouvait d’ailleurs le prédire très rapidement (7). Ainsi, tout en continuant à remettre en cause les acquis sociaux en s’attaquant à la protection sociale, tout au long de la crise sanitaire, le gouvernement poursuivra son œuvre de dépouillement des services publics, en particulier, de façon scandaleuse, dans les domaines de la santé publique (fermetures de lits d’hôpitaux : 5 700 en 2020 (!) et 17 600 de 2017 à 2020) et de l’éducation nationale (suppressions de postes de professeurs dans le secondaire : 2 353 postes pour  les rentrées 2021 et 2022 (!), et 7 952 sur tout le quinquennat). Et, évidemment, c’est bien ce même cap de pillage de la République sociale qui sera tenu par Emmanuel Macron et ses acolytes de la Start-up Nation, dans le cas de sa réélection en avril prochain, si l’on en juge par les choix du gouvernement d’un retour programmé d’une austérité budgétaire pour les cinq prochaines années, même si l’actuel ministre de l’Économie s’en défend, ce qui laisse présager un recul historique de la protection sociale dans le cas d‘un second mandat pour le président sortant (8) ! 

Au terme de ces cinq années de pouvoir de la Macronie, l’heure du bilan est donc arrivée quant au chiffrage de l’ampleur de l’aggravation des inégalités, résultat inéluctable d’une politique économique et sociale fondée sur l’insécurité et l’injustice sociales permanentes. Lorsque Emmanuel Macron a pris les clés du pouvoir en 2017, les inégalités économiques et l’injustice sociale qu’elles révèlent, sans pour autant atteindre leur degré d’intensité constaté dans les pays anglo-saxons, marquaient déjà au fer rouge la société française. Trois données statistiques à elles seules synthétisent assez bien la situation au début du quinquennat Macron en matière de concentration des revenus et des patrimoines et d’injustice fiscale en France : au cours de l’année 2017, les 10 % les ménages les plus riches recevaient près de 25 % de l’ensemble des revenus annuels des ménages (après redistribution), et possédaient début 2018 la moitié de l’ensemble du patrimoine net des ménages (patrimoine brut auquel on retire les dettes). Enfin, comme l’économiste Thomas Piketty l’a déjà mis en évidence, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), dans ses travaux publiés en mai dernier (9), confirme le caractère anti-redistributif de notre système de prélèvements obligatoires à partir d’un certain niveau de revenu, du fait, à la fois, du poids important de la fiscalité indirecte comme la TVA, l’impôt le plus injuste socialement dont les recettes représentent le quart des prélèvements obligatoires, et de la faiblesse relative de l’impôt progressif sur le revenu, constituant seulement 7 % des prélèvements obligatoires. Ainsi, en 2018, note l’Insee, les ménages les plus modestes sont plus mis à contribution que les ménages aisés en proportion de leurs revenus, très précisément, les 10 % les ménages les plus pauvres supportent un taux de prélèvements obligatoires (rapport exprimé en % entre le montant des prélèvements obligatoires et les revenus avant transferts) de 68,1 % contre 53,6 % seulement pour les 10 % les plus riches ! Et des calculs ne prenant pas en compte l’évasion fiscale vers les paradis fiscaux des ultra-riches….. Pour apprécier l’évolution entre 2017 et 2022 de la situation sur ce terrain-là de la concentration des revenus et des patrimoines et du caractère plus ou moins anti-redistributif du système prélèvements obligatoires, l’idéal aurait alors été de disposer des mêmes données précédentes pour 2021-2022, qui ne seront malheureusement connues qu’à partir de 2023. Nous pouvons néanmoins nous rabattre sur d’autres statistiques et travaux pour avoir déjà un premier aperçu des conséquences sur l’étendue de la fracture sociale de la politique budgétaire et fiscale de l’exécutif durant tout ce quinquennat, en premier lieu une étude éclairante de l’Institut des politiques publiques (IPP) ayant évalué l’impact redistributif des mesures budgétaires et fiscales pérennes du gouvernement sur le niveau de vie des ménages. Compte tenu de ce qui précède, les résultats auxquels parvient l’IPP n’étonneront personne : ces mesures auront fait des plus riches les grands gagnants, et des plus pauvres des perdants. Ainsi, la politique budgétaire et fiscale du gouvernement aura fait progresser le niveau de vie du 1 % les plus riches de 2,8 % entre 2017 et 2022, soit un gain moyen annuel de 3 500 euros, et encore plus celui du top 0,1 % des Français avec une hausse du niveau de vie de 4,1 % entre 2017 et 2022. En revanche, cette politique aura été pénalisante en termes de pouvoir d’achat pour  les ménages les 5 % les plus pauvres, leur imposant une baisse de leur niveau de vie, en particulier le 1 % les plus pauvres, perdant en pouvoir d’achat 35 euros par an en moyenne. 

Mais l’accentuation sensible du fossé entre les deux extrêmes de la hiérarchie sociale durant la mandature Macron se laisse encore plus entrevoir par le télescopage entre les statistiques de la pauvreté et celles faisant état de l’enrichissement indécent des plus riches, surtout durant la crise sanitaire. Commençons par regarder ce qui s’est passé du côté des plus défavorisés. A partir des indicateurs classiques de la pauvreté (taux de pauvreté monétaire et nombre de bénéficiaires de minima sociaux), en faisant avec les dernières données disponibles en la matière, sans surprise, on constate une aggravation de la pauvreté. Ainsi, entre 2017 et 2020, en France métropolitaine, le taux de pauvreté (au seuil de 60 % du revenu médian) est passé de 14,1 % à 14,6 %, soit une augmentation de 400 000 du nombre de pauvres - leur nombre étant estimé à 9,3 millions en 2020 - (10), tandis que le nombre d’allocataires du revenu solidarité active (RSA) a progressé de 86 000 entre juin 2017 et juin 2021. L’étude de l’évolution des taux de pauvreté selon le statut d’activité est encore plus éclairante : ce sont bien les plus vulnérables de la société qui se sont le plus paupérisés, en particulier les chômeurs, les travailleurs indépendants et les retraités, catégories de personnes pour lesquelles le taux de pauvreté a respectivement augmenté de +1,3, +0,4 et +1,9 point de pourcentage entre 2017 et 2019 (2019 étant la dernière année disponible à ce jour pour le taux de pauvreté différencié selon le statut d’activité). On n’a guère de doute sur ce que nous apprendront ces mêmes statistiques lorsqu’elles seront disponibles en 2023, pour rendre compte de la deuxième partie du quinquennat à partir du début de la crise Covid-19. C’est donc en particulier, très probablement, un nouveau point haut du taux de pauvreté des chômeurs qui nous attend pour 2022, la dernière année d’un quinquennat ayant déclaré la guerre aux chômeurs, alors que ce taux se situe déjà au niveau historique très élevé de 38,9 % en 2019, un niveau, à l’exception de 2011, jamais atteint depuis l’année 1996 à partir de laquelle il est calculé par l’Insee ! Par ailleurs, la fin de ce quinquennat s’est aussi traduite par une paupérisation accrue des ménages les plus modestes, du fait même du retour de l’inflation provoqué par le redémarrage de l‘activité en 2021, avec en particulier la hausse exceptionnelle des prix de l'énergie. En effet, alors que leurs salaires sont déjà appelés à augmenter faiblement au cours de leur vie active et qu’ils sont désindexés sur les prix, dans le même temps, contrairement aux ménages aux revenus aisés, ils ne perçoivent pas ou peu de revenus du capital, qui eux sont indexés sur l’inflation. Par ailleurs, la ponction sur le pouvoir d’achat, induite par la hausse des prix de l'énergie, est d’autant plus douloureuse pour les familles modestes que le poids des dépenses d’énergie dans leur budget est plus important que pour les familles aisées. Dans ces conditions, ce ne sont pas les dernières mesures ponctuelles à visée électoraliste, décidées par le gouvernement pour faire face à ce problème du pouvoir d’achat des ménages aux revenus modestes (hausse du chèque énergie de 100 € et versement d‘une « indemnité inflation » de 100 € aux ménages pauvres et moyens), qui peuvent apporter une réponse satisfaisante en la matière. Là encore, c’est une façon pour le gouvernement de faire supporter à la collectivité des dépenses qui devraient être prises en charge par les entreprises dans le cadre d‘une revalorisation substantielle des salaires, a minima à la hauteur du rythme de l’inflation, pour préserver le pouvoir d’achat des salaires. Cette nouvelle entourloupe macroniste en faveur du patronat est d’autant plus scandaleuse, qu’en 2021, la profitabilité des entreprises a atteint des records historiques, rendant indéfendable et insupportable le discours des syndicats patronaux en défaveur d’un rattrapage des salaires sur l’inflation, aux motifs fallacieux d’un risque d’enclenchement d’une spirale inflationniste provoquée par les salaires (la fameuse fable néolibérale de la boucle prix-salaires (11)) et de l’impératif de compétitivité-prix face à la concurrence internationale. En effet, le taux de marge des sociétés non financières, qui rend compte de la répartition primaire de la valeur ajoutée brute (la valeur de la richesse créée) entre les salariés et les détenteurs du capital, et qui représente un premier indicateur de profitabilité en rapportant l‘excèdent brut d’exploitation à la valeur ajoutée brute, a atteint les niveaux historiques aux premier et deuxième trimestres 2021 de respectivement 35,2 % et 35,3 %, du jamais vu depuis l’année 1949 à partir de laquelle l’Insee le calcule. Or, ces records historiques de la profitabilité des sociétés non financières auront été le résultat, à la fois, des aides publiques massives versées aux entreprises pendant la crise du Covid-19, et de la poursuite de la politique d’austérité salariale adossée à une politique de l‘offre, cette dernière ayant contribué durant le quinquennat Macron à faire reculer de nouveau  la part des salaires dans le gâteau des richesses produites jusqu’au point bas historique de 64,7 % au deuxième trimestre 2021, plancher jamais atteint depuis 1950 (voir graphique ci-contre) !

On remarquera sur ce même graphique que cette nouvelle offensive néolibérale, menée par l’exécutif macroniste contre les salaires, s’inscrit dans un mouvement de long terme marqué par deux inflexions majeures. Le premier retournement à la baisse de la part des salaires dans la valeur ajoutée brute est provoqué par le « tournant de la rigueur » en 1983 sous la présidence de François Mitterrand, se traduisant par la mise en œuvre d’une politique de désinflation compétitive, combinant désindexation des salaires sur les prix et austérité budgétaire. Une nouvelle inflexion à la baisse se produit à partir de 2013, conséquence de la politique de l’offre menée durant la mandature de François Hollande, une politique, faut-il le rappeler, dont Emmanuel Macron fut l’un des principaux maîtres d’œuvre (entre autres, pour les dispositifs du CICE et du pacte de responsabilité et de solidarité) dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général adjoint de l'Élysée, puis ensuite de ministre de l’Économie sous Hollande. Ainsi, afin de protéger le pouvoir d’achat des travailleurs, surtout des moins qualifiés aux faibles salaires, même dans ce contexte de bonne santé financière des entreprises, le gouvernement n’aura rien voulu lâcher jusqu’au bout de sa politique en faveur du grand capital, en se gardant bien d’accorder le moindre coup de pouce à l’occasion des revalorisations automatiques du Smic, et encore moins de dégeler le point d’indice pour la rémunération des fonctionnaires. Les petits salaires de la fonction publique, eux aussi, auront été les grands perdants de la politique budgétaire du gouvernement, qui a laissé agir la main invisible de la spoliation de leur niveau de vie par l’inflation, les frappant encore davantage en cette fin de quinquennat avec l’accélération de la hausse des prix provoquée par la reprise économique. Enfin, pour être complet sur le volet de la paupérisation de la France d’en bas, n’oublions pas de rappeler la mise en place à partir de 2017 d’une spoliation institutionnalisée de l’épargne populaire via l‘inflation, avec un taux d’intérêt sur le livret A qui devient inférieur au taux d’inflation et le restera tout au long du quinquennat, du jamais vu en plus de deux siècles d’histoire du livret A, en dehors de la décade 1974-1984 marquée par la forte inflation qu‘allaient provoquer les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979. Ce vol légal institutionnalisé des petits épargnants du livret A, du fait d’un taux d’intérêt réel négatif, a été estimé à plus de 17 milliards d’euros sur les cinq dernières années (2017-2021) (12). Un véritable hold-up d’État par bande organisée (l’exécutif et le gouverneur de la Banque de France) sur l’épargne des ménages les plus modestes, qui devrait donc se poursuivre en cas de réélection du président sortant !

Parallèlement à la paupérisation de la France d’en bas, jamais les revenus du capital et les patrimoines de la France d’en haut n’auront été aussi bien servis que durant le quinquennat Macron. En effet, si le montant global des dividendes et rachats d’actions distribués par les entreprises du CAC 40 à leurs actionnaires est resté stable entre la mandature de Nicolas Sarkozy et celle de François Hollande, il aura progressé de près de 25 % durant le quinquennat d’Emmanuel Macron par rapport à celui de François Hollande, et ce, malgré une crise sanitaire et économique historique : 265 milliards d’euros auront été distribués au cours des cinq dernières années par le CAC 40, conséquence directe de l’allègement de l’imposition des revenus du capital via l’instauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU), ayant fortement encouragé les entreprises à être très généreuses vis-à-vis de leurs actionnaires avec des taux de distribution très élevés (montant des dividendes et rachats d’actions rapporté aux bénéfices) : en 2021, pour les entreprises du CAC 40, ce taux était de 98 % ! Des milliards qui sont tombés pour l’essentiel, bien sûr, dans les poches des plus riches, d’autant plus que les placements financiers représentent une part importante de leur patrimoine (plus d’un tiers du patrimoine pour les 1 % les plus riches) ! Mais, l’exubérance indécente de l’enrichissement des plus riches sous les cieux de la Macronie s’exprime encore plus violemment lorsqu’on porte la focale sur l’évolution de la fortune des milliardaires français. Comme le montre le dernier rapport d’Oxfam (13), même pendant la pandémie du Covid-19, les milliardaires du monde entier ont continué à s’enrichir, et plus fortement encore que pendant la décennie la précédant. Les milliardaires français n‘ont donc pas fait exception : entre mars 2020 et octobre 2021, leur fortune a bondi de 236 milliards d’euros, soit une augmentation équivalente à celle observée sur la décennie 2009-2019. Si l’on s’intéresse maintenant au patrimoine cumulé des 500 plus grosses fortunes françaises, alors qu’il représentait 20 points de PIB en 2017 (et seulement 6 points de PIB en 1996), il est passé à 30 points de PIB en 2019, pour finir à 43 points de PIB en 2021, selon le journal Challenges et l’IPP. Quant aux cinq familles les plus riches de France (Arnault, Hermès, Bettencourt, Wertheimer et Pinault), leur fortune cumulée s’est envolée de 265 milliards d’euros sur les quatre premières années du mandat Macron, soit une hausse de 172 % entre septembre 2017 et septembre 2021 ! C’est donc en final un double remerciement que les ultra-riches peuvent adresser, à la fois au président Emmanuel Macron pour ses amples cadeaux fiscaux, mais aussi aux gouverneurs des banques centrales, et tout particulièrement à la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, qui, dans le cadre de leur politique monétaire de détente quantitative de rachats massifs de titres financiers, ont déversé sur les marchés financiers des montagnes de liquidités et ainsi favorisé la montée du prix des actifs financiers, et donc la valorisation de la fortune mobilière des tous « premiers de cordées ». 

Alors, en avril prochain, infâme et mortifère injustice sociale, mère nourricière des Macron, Pécresse, Hidalgo, Le Pen et Zemmour : stop ou encore ? 

-------------------------------
(1) Cette approche fait partie de la panoplie traditionnelle des économistes de l’offre, développant leurs idées à la fin des années 1970, avec une autre affirmation phare, dérivée de la courbe de Laffer du nom de l’économiste Arthur Laffer, selon laquelle il existerait un seuil d’imposition à ne pas dépasser, au-delà duquel des effets désincitatifs au travail, à l’épargne et à l’investissement seraient à l’œuvre, provoquant une baisse de l’activité économique, et donc aussi, du même coup, des rentrées fiscales, selon la formule consacrée « Trop d‘impôts tue l‘impôt ». Ce sont ces conceptions qui inspireront les politiques économiques, pour la première fois au début des années 1980, avec Ronald Reagan aux Etats-Unis et Margaret Thatcher au Royaume-Uni, qui procèderont à des baisses d’impôts importantes pour les entreprises et pour les ménages les plus riches. Or, au lieu du ruissellement fabulé par les néolibéraux, il n’y eut que fracassement des sociétés américaine et britannique du fait de l’explosion des inégalités !      

(2) Selon le rapport de la Commission des finances du Sénat d’octobre 2019, sur l’évaluation de la transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI) et de la création du prélèvement forfaitaire unique (PFU), l’écart positif entre le taux de taxation des revenus du travail et celui sur les revenus du capital est passé de 7 à 16 points de pourcentage entre 2013 et 2019, soit plus qu’un doublement ! 

(3) Pour consulter le rapport, c'est Ici.

(4) En effet, derrière le socle de la solidarité horizontale intergénérationnelle sur lequel s’appuie le système des retraites par  répartition en France, se dissimule aussi une certaine forme de redistribution verticale inversée, du fait d‘un âge légal de départ à la retraite identique pour toutes les catégories sociales, alors que l’espérance de vie (un cadre, à 35 ans, a une espérance de vie supérieure de 6 ans à celle d’un ouvrier) et l’âge moyen d’entrée dans la vie active sont variables selon les professions et catégories socio-professionnelles : les employés et les ouvriers cotisent donc plus longtemps que les cadres, car ils entrent plus tôt dans la vie active en raison d‘une durée des études plus courte, mais vont profiter moins longtemps de leur période de retraite du fait d’une espérance de vie plus faible.

(5) Récit purement idéologique démenti par le dernier rapport annuel de juin dernier du Conseil d'orientation des retraites (COR) sur les évolutions et les perspectives des retraites en France, faisant état, en dépit du vieillissement démographique, d’une maîtrise des évolutions de la part des dépenses de retraite dans le PIB à l’horizon de 2070, quels que soient les scénarios de croissance de la productivité du travail envisagés. 
Pour accéder au rapport du COR, c'est Ici.

(6) Données issues de l'Observatoire des multinationales. Pour y accéder c'est Ici.

(7) Sur l'absence d'illusion quant à une remise en cause fondamentale de l'économie néolibérale dès les débuts de la crise du Covid-19, lire par exemple cet article Ici.

(8) Dans son dernier Programme de Stabilité (PSTAB) pour la période 2021-2027, envoyé en avril dernier à la Commission européenne, le gouvernement prévoit une réduction progressive du déficit public, devant revenir sous la barre fatidique des 3 % du PIB à l’horizon 2027. Pour y parvenir, comme tout bon gouvernement néolibéral qui se respecte, il envisage de faire porter les efforts uniquement du côté des dépenses publiques, dont le poids devrait connaître une réduction drastique, en passant de 60,4 % du PIB en 2021 à 53,1 % en 2027 ! Et comme pour mieux préparer les états d’esprit à une prochaine cure d’austérité, dans son dernier rapport public annuel 2022, la Cour des comptes en a rajouté une couche, en soulignant que pour atteindre les objectifs budgétaires du gouvernement à l’horizon 2027, il sera nécessaire de fournir encore plus d’efforts en matière d’économies de dépenses publiques  (9 milliards d’euros par an en plus par rapport aux prévisions de Bercy envisagées dans le PSTAB pour la période 2021-2027). Les dépenses consacrées à la redistribution étant les plus importantes, c’est donc une grande saignée qui attend la protection sociale au cours des cinq prochaines années si les Français, aux prochaines élections présidentielles, ne disent pas STOP au néolibéralisme, porté et défendu par les forces politiques de droite avec Emmanuel Macron et Valérie Précresse, et d’extrême droite avec Marine Le Pen et Éric Zemmour. Comme le montrent l’organisation Attac et l’Observatoire de la justice fiscale dans un récent rapport « Les candidats des inégalités », ces quatre candidats à la future présidentielle ont, au-delà de différences de forme, des programmes portant le même projet néolibéral de faire reculer toujours un peu plus l’État social, en s’attaquant à la protection sociale et en dépouillant les services publics. Pour accéder à ce rapport, c'est Ici.
 
Pour accéder au Programme de Stabilité (PSTAB) pour la période 2021-2027, c'est Ici.
Le dernier rapport de la Cour des comptes, c'est Ici.

(9) Étude disponible  Ici.

(10) Selon l’Insee, le taux de pauvreté, ainsi chiffré à 14,6 % en 2020, serait donc resté stable par rapport à son niveau de 2019, alors que d’autres données complémentaires vont plutôt dans le sens d’une aggravation de la pauvreté, comme par exemple, la sensible augmentation de 10,6 % en 2020 par rapport 2019 des volumes de denrées alimentaires distribuées par les associations dans le cadre de l’aide alimentaire. Ceci étant, ce premier chiffrage de l’Insee n’est que le résultat d’un exercice de simulation, le résultat définitif du taux de pauvreté monétaire en 2020 ne sera en effet définitivement connu qu'en 2022, avec la publication des résultats de l'enquête sur les revenus fiscaux et sociaux pour l'année 2020. Par ailleurs, cette estimation avancée n’est nullement contradictoire avec le constat d’une poursuite de l’aggravation de la pauvreté durant la crise sanitaire, qui se serait alors traduite, si cette estimation est confirmée, non pas par une augmentation du nombre de pauvres, mais par le fait que les pauvres sont devenus plus pauvres. Cette paupérisation des pauvres peut être mesurée par l’intensité de la pauvreté, indicateur qui rapporte l’écart entre le seuil de pauvreté et le niveau de vie médian des pauvres au seuil de pauvreté.        
Pour accéder aux données sur l’aide alimentaire et aux résultats de l’exercice de simulation de l’Insee sur le taux de pauvreté, c'est respectivement Ici et Là.

(11) Lire l’article « L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires », de Romaric Godin,  janvier 2022, Mediapart. C'est Ici.

(12) Lire l’article « Livret A à 1%. Merci du cadeau ! » sur le blog de Jean-Philippe Gasparotto secrétaire général de la CGT du groupe Caisse des dépôt. C'est Ici.
Lire aussi l’article « Livet A : une indécente démagogie » , de Laurent Mauduit, janvier 2022, Mediapart. C'est Ici.

Pour information, le taux d’intérêt réel donne le gain réel ou la perte réelle d’un placement en retirant la perte monétaire liée à l’inflation. On le calcule précisément par la formule suivante où r et I représentent respectivement le taux d’intérêt nominal et le taux d’inflation : [(1+r)/(1+I)]-1.
Pour des taux suffisamment proches de zéro, une approximation satisfaisante de ce taux d’intérêt réel est donnée par la différence entre le taux d’intérêt nominal et le taux d’inflation, soit (r-I). 
 
(13) Pour accéder au rapport d'Oxfam, c'est  Ici.
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz