Blog suivi par 7 abonnés

Le blog de alain naze

  • L'art de diffamer ou "Mayotte en mouvement"

    Par | 1 commentaire | 5 recommandés
    De Radio Kwezi, on n'en peut pas dire de bien. On peut en revanche attirer l'attention sur ses pratiques, dignes des meilleures heures du fascisme. Deux enseignants, qui, à visage découvert, ont donné leur avis sur la récente actualité, sont condamnés sans jugement par un Collectif anonyme. Vers quels gouffres s'oriente ainsi Mayotte ?
  • Mayotte, la tentation du bunker

    Par | 5 commentaires | 12 recommandés
    Les «101 propositions» pour Mayotte sont fréquemment évoquées comme la base sur laquelle pourrait s'instaurer un dialogue entre l'Etat et les grévistes. Ce document méritait donc d'être analysé de près? Il s'avère inquiétant, et l'on se demande en quoi il pourrait constituer un document de travail, sans, dans le même mouvement, consacrer autant d'entorses au droit commun.
  • Le gouvernement joue les «pousse-au-crime» à Mayotte

    Par | 13 commentaires | 16 recommandés
    Le gouvernement français portera une responsabilité écrasante dans les événements que traverse Mayotte. Etablissant une relation entre immigration dite illégale et délinquance, Annick Girardin a donné raison à l'idée, déjà trop répandue à Mayotte, que l'immigration serait la cause de tous les maux de l'île. Incapacité, incompétence de la ministre, ou cynisme ?
  • Mayotte : amalgame, danger et sous-information

    Par | 18 commentaires | 16 recommandés
    Mayotte, petite île de l'archipel des Comores, Mayotte 101e département français à 8000 km de Paris dont la plupart des français ne connaissent rien, a depuis peu la faveur des journaux et même des télés de métropole : faut-il qu'il s'y passe des choses importantes. Même le lointain auditeur ou lecteur sait qu'à Mayotte « il y a la grève générale ». L'analyse d'Ariel Benayoun, enseignant.
  • L'impasse mahoraise

    Par | 1 commentaire | 6 recommandés
    Si la grève générale actuelle, à Mayotte, n'est évidemment pas sans rapport avec l'état d'extrême pauvreté qui y règne, le mouvement, lui, est dominé par une logique consistant à attribuer à l'immigration comorienne la cause des violences à l'origine du mouvement. Le gouvernement Macron l'a bien compris, qui n'a proposé que des mesures répressive et de lutte contre l'immigration dite illégale.