Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

1253 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2021

²clt²-Réflexion sur l'Industrie de l'Armement française.

OPINION. Il y a an déjà, la tribune du groupe Vauban, intitulée la « mort programmée de l’industrie d’armement française », déclenchait une polémique bien française : "à la fois stérile et purement idéologique, sur fond d’une aimable chasse aux sorcières", selon le groupe Vauban. "Et pourtant, un an après, qui ose sincèrement et honnêtement considérer comme ...

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            *PRÉSIDENTIELLE 2022*

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EST LE CHEF DES ARMÉES.

                             NE L'OUBLIEZ JAMAIS!

                            ET PENSEZ Y TOUJOURS!

           IL DEVRA ÊTRE SANS PEUR ET SANS REPROCHE!

IL DEVRA EN OUTRE ÊTRE INTÈGRE, SINCÈRE, PROBE ET HONNÊTE!

1- Le Président de la République est le Chef des Armées. Cliquez sur le lien N° 1 suivant:

                           ----------

2- Chaque candidat se devra de montrer "Patte blanche". Cliquez sur le lien N° 2 ci-après:

                           ----------

Le problème de fond est que le parti "en marche" a tendance à diriger la France comme une entreprise privée...Souvenez vous de son budget pour l'Armée, en 2014.

2017:@benoithamon @manuelvalls @EmmanuelMacron sont INAPTES A DEVENIR CHEF DES ARMEES ÉDITER

    • 23 AVR. 2013

Les candidats Benoit Hamon, Manuel Valls & Emmanuel Macron sont INAPTES A DEVENIR CHEF DES ARMEES et par corollaire Président de La République française: Les budgets qu'ils ont voté dans leurs fonctions de Ministres en activité ont permis d'augmenter les impôts pour accorder en pure perte 50 milliards de subventions aux entreprises! Un porte avions coûte 4 à 5 milliards & nous n'en possédons qu'un.

        *Bonjour Toulemonde, Bonjour La France, Bonjour L'€urope*.  

                *AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*.

                                *ARCHIVES*

Voici ce que j'ai écrit, le 29 avril 2015 au sujet du budget des Armées qui était parti pour être financé en PPP, c'est à dire en PARTENARIAT PUBLIC PRIVÉ!  

Vous voudrez bien noter que, depuis 2012 jusqu'à ce jour, les anciens Ministres candidats à la Présidence de La République, Manuel Valls, Benoit Hamon et Emmanuel Macron n'ont JAMAIS été contre le PPP pour le financement du budget des Armées, BUDGET REGALIEN!

C'est la raison pour laquelle je les déclare tous les trois INAPTES EN GESTION et INCAPABLES DE DEVENIR "Président de La République, CHEF DES ARMEES!

Ce sont en outre des PRODIGUES dispendieux des deniers de L'Etat avec les ARNAQUES aux financements sociaux, car les entreprises se font rembourser TOUTES leurs cotisations sociales qu'elles appellent "charges", lesquelles leur sont remboursées intégralement par les consommateurs que nous sommes TOUS à l'achat de leurs marchandises!  

Il n'y avait donc aucune raison d'augmenter les impôts des contribuables de 50 milliards € pour les offrir sous forme de "subventions" "marges de manoeuvre Macron", avec L'ECHEC que l'on connait avec l'augmentation du chômage.

*Bonjour Toulemonde, Bonjour La France, Bonjour L'€urope.

Aujourd'hui 29.04.2015, le Président de La République, François Hollande, Chef des Armées, a tranché: Le budger régalien de L'Armée est sanctuarisé! Cet article est donc mis sur "les ondes" pour la dernière fois ce jour 29.04.2015 et restera en archives. 

                                                               _____________

*Quelqu'un l'a dit avant moi, et je le plagie: "On ne fait pas la guerre avec des moyens de temps de paix.

Postulat: Le budget des Armées est un budget REGALIEN et ne devrait, EN AUCUN CAS, être bradé à l'Encan des locations ventes comme le préconise @EmmanuelMacron, Ministre de l'Economie!

*Ce serait un TRES MAUVAIS SIGNAL donné aux adversaires de La France, tant à L'Intérieur qu'à L'Extérieur! 

Les derniers évènements récents ne peuvent qu'entérimer la teneur de mes écrits.

Et le doublement de la durée de l'indemnité des élus en cas de défaite électorale en cette veille de l'élection départementale du 22  et 29 mars 2015 EST UN SCANDALE INSUPPORTABLE! De l'argent pour les élus battus, oui! Pour le budget de l'Armée, chargée de défendre les intérêts fondamentaux de Notre Pays, La France, Non? Où sont les priorités? Qui doit les définir? 

Cela est le signe avant coureur de la décadence de Notre Pays, La France, Pays qui a vu NOMBRE de ses enfants mourir pour Lui, mourir pour Elle, à une époque encore proche où "MOURIR POUR LA PATRIE" était la signification première de l'adhésion à ce qu'était  L'IDEE DE LA FRANCE. 

2015 sera-elle l'année où L'Etat vendra ses bijoux de famille pour financer le budget de l'Armée? Si cela était, démonstration serait faite: La France va à la faillite économique et à la perte de son INDEPENDANCE!.

Alors, par ces temps incertains qui pèsent sur la sécurité de Notre Pays, lisons et demandons à @fhollande, Président de La République, Chef des Armées, de revoir les propositions faites par @EmmanuelMacron et @_Bercy_ de manière à raboter là où il faut VRAIMENT RABOTER pour financer NORMALEMENT le budget de l'Armée qui en a besoin, non pas comme "marge de manoeuvre", avec 50 milliards de cadeau comme si ridiculement annoncé au sujet des entreprises, mais de BESOINS DE FINANCEMENTS OPERATIONNELS qui ne doivent, en aucun cas être mis "à la marge" par des politiques économiques inconséquentes et desastreuses.!

POUR LA FRANCE!

 CAR IL FAUT L'AVOIR ENTENDU POUR LE CROIRE:

Le mardi 07.10.2014, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron, Ministre de l'Industrie, annonce, en réponse à une question posée par un député sur le financement du budget de l'Armée: Les ventes (cessions) ne rapporteront pas assez. Alors, nous ferons appel à des investisseurs privés pour financer nos besoins en matériels et armements!

Et nous voici au PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ POUR UN BUDGET REGALIEN: LA DEFENSE DE NOTRE PAYS, LA FRANCE! 

Est il tolérable d'en rester là ? Admettre que Notre Pays, LA FRANCE, n'a plus les moyens de financer le budget nécessaire à assurer à nos soldats les moyens d'assurer la défense des intérêts de leur Pays?

Ne serait il pas préférable de supprimer le cadeau de 50 milliards fait aux entreprises qui n'ont AUCUNE CHARGE, puisque toutes leurs  cotisations sociales sonr remboursées sur les prix de vente, AVEC DES BENEFICES EN PLUS, et de redéployer cette somme de manière plus judicieuse au profit des BUDGETS REGALIENS dont fait partie celui de LA DEFENSE?

*La question, telle qu'elle, mérite d'être posée à Monsieur François Hollande, Président de La République, Chef des Armées.

C'est donc la raison d'être de cet article que je mets "sur le net" à l'attention particulière de @fhollande, Président de La République Française, Chef des Armées.

      Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme.

L²tdfm- Le tour de France #Présidentielle2022 de M @EMacron2 commence. Suivez le.     

                               ---------

REFLECHISSON SUR L'INDUSTRIE DE L'ARMEMENT FRANÇAISE.

La mort confirmée de l’industrie d’armement française

OPINION. Il y a an déjà, la tribune du groupe Vauban, intitulée la « mort programmée de l’industrie d’armement française », déclenchait une polémique bien française : "à la fois stérile et purement idéologique, sur fond d’une aimable chasse aux sorcières", selon le groupe Vauban. "Et pourtant, un an après, qui ose sincèrement et honnêtement considérer comme infondées nos critiques, notamment sur l’Europe et l’Allemagne tant les événements nous ont donnés raison ?", interroge la vingtaine de spécialistes des questions de défense.

Écoutez cet article

Powered

byETX Daily Up

Play/Pause00:00/08:07Mute

Vauban*

31 Août 2021, 8:00

"Forcément coupable de corruption, forcément auxiliaire des dictateurs et autres génocidaires, forcément nuisible à toute société, l'industrie d'armement ne doit plus être financée, ni pour la R&D ni pour la production et a fortiori pour l'exportation" (groupe Vauban). (Crédits : Johanna Geron)

D'abord, l'Europe. Bureaucratique comme à son habitude, Bruxelles a mis un soin particulier à accumuler, en pleine crise sanitaire, des projets qui, mis bout à bout, défont, dans un bel élan schizophrénique, les systèmes de défense des pays membres : en premier lieu, cette pantalonnade - hélas ! sérieuse - du temps de travail des militaires. Par un arrêt de début juillet, la Cour de Justice européenne a purement et simplement mis à bas les forces armées européennes : en séparant les activités « ordinaires » des militaires pour lesquelles le droit européen du travail doit s'appliquer et les activités exceptionnelles (opérations), comme la Commission et l'Allemagne l'avaient déjà avalisé d'ailleurs, elle brise l'unicité du régime des militaires dont la noblesse du métier (et non la singularité, étrange mot qui rabaisse la vocation) est de servir en tout temps et en toutes circonstances leur pays.

La Cour, en rendant ainsi impossible le travail de la gendarmerie, des sapeurs-pompiers, du service de santé des armées, etc, réussit là où l'URSS n'avait pas réussi : mettre à bas tout le système de défense des nations européennes sans tirer un coup de feu.

Les industriels de l'armement dans la ligne de mire

Après le temps de travail, un autre mauvais coup venu de Bruxelles - le projet dit « Corporate Sustainability Reporting Directive » - menace quant à lui le bras armé des forces : l'industrie d'armement, sans laquelle un appareil de défense ne peut songer à l'indépendance et à l'efficacité. La transparence qui s'appliquait aux domaines financiers puis commerciaux (Loi Sapin-II) des sociétés, s'attaque désormais aux domaines de l'environnement, des enjeux de société et de gouvernance : c'est ainsi qu'après avoir soumis le commerce et la gouvernance des sociétés à leur tyrannie opaque et sans appel mais jamais désintéressée, les mêmes acteurs (ONG, avocats, fonds éthiques, agences de notation, etc) désirent désormais détruire le cœur même de son existence : le financement des activités industrielles et commerciales de la Défense.

Forcément coupable de corruption, forcément auxiliaire des dictateurs et autres génocidaires, forcément nuisible à toute société, l'industrie d'armement ne doit plus être financée, ni pour la R&D ni pour la production et a fortiori pour l'exportation. Banques, assurances, bourses : toutes ces institutions financières tremblent désormais devant l'ONG ; peu importe au fond que les financements de celle-ci soient opaques, que ses campagnes ne soient qu'orchestrées que dans les pays où elles sont tolérées et non dans les pays qui en auraient le plus besoin (Chine, Corée du Sud, Turquie, Russie, Biélorussie, Ukraine, Serbie et Israël) et que leurs analyses et informations soient fausses et infondées presque SYSTEMATIQUEMENT, seule l'image compte.

On préfère l'éolienne à l'avion de combat. Aucun banquier, aucun assureur, aucun responsable de fonds ne voudra se compromettre avec les marchands de canon dont tous veulent la peau. Ce mouvement, déjà en branle depuis des années, est désormais légitimé par la Commission avec ce projet de directive. Comme pour le temps de travail, l'Europe s'attaque ainsi à une institution dont la vocation n'est pas la guerre, mais la paix. Le militaire et l'industriel d'armement sont les instruments de cet adage romain, pilier des nations civilisées : si vis pacem, para bellum.

Une telle réalité, à la fois historique et sociale n'étant pas décemment niable, qu'ont donc réellement en tête les autorités européennes en torpillant ainsi coup sur coup les fondements humains et financiers d'un système de défense qu'en « même temps » elles prétendent bâtir (boussole stratégique, Fonds de défense, DG Défense, etc) ? « Comment peut-on être européen », se demanderait un Montesquieu moderne en se penchant sur le fort peu ragoûtant chaudron bruxellois ?

Coopérations et exportations : sous la coupe de Berlin

L'Allemagne ensuite qui sera, sans nul doute, le GRAND sujet des années à venir. Force est de constater que les analyses développées il y a un an se sont toutes vérifiées, comme celles de Bainville que nous citions ; le divorce stratégique de fond entre Paris et Berlin ? Il s'est accentué, notamment sur la dissuasion nucléaire et le rôle de l'OTAN, deux pierres d'achoppement fondamentales qui viendront toujours ruiner les espoirs naïfs des dirigeants français qui n'ont TOUJOURS pas compris qu'ils ne rallieront jamais l'Allemagne à ces deux positions.

Les coopérations d'armement ? Là aussi, une doctrine atlantiste et pacifiste ne peut que produire des déceptions dont la meilleure illustration demeure la gifle allemande que Paris a reçue sans broncher sur l'avion de patrouille de maritime. C'est moins ici le fond que la méthode allemande qui aurait dû choquer Paris, puisque pour la deuxième fois (et non la dernière), Berlin n'a pas pris de gants pour l'infliger à ses interlocuteurs français. Il y a avait eu avant, souvenons-nous, le débat sur l'autonomie stratégique européenne, où la ministre de la Défense, pourtant discréditée pour incompétence en Allemagne même, avait pris le parti de critiquer en public et par trois fois le Président français avec le soutien honteux mais réel de la Chancelière... Les difficultés inhérentes aux autres programmes - avion et char de combat - montrent assez que l'Allemagne ne conçoit pas la coopération, mais juste la domination humaines et technologique d'ensembles européens. Délaissée car méprisée, l'industrie d'armement terrestre française vit tous les jours à l'heure allemande.

L'exportation d'armement ? Avec le poids fondamental car central que les Verts sont en train de se ménager dans la future coalition (qu'elle soit menée par la CDU ou par la SPD), exporter de l'armement en Allemagne, puis en franco-allemand deviendra le pire des parcours d'obstacles. Cette opposition des Verts, des socialistes et de l'extrême-gauche à toute exportation d'armement, n'a pas d'ailleurs seulement convaincu en Allemagne, mais a séduit Bruxelles, ce qui est tout aussi pire. Le rapport de Mme Neumann (septembre 2020) l'avait déjà annoncé : l'exportation d'armement ne sera plus autorisée qu'au sein de l'Union européenne ou de l'OTAN et encore, on lui préférera la coopération sous étroit contrôle de la Commission européenne. Autant dire que l'industrie d'armement française est condamnée à la plus grande joie des autres pays.

Paris résigné

Et la France ? En dépit des déceptions européennes et allemandes, le gouvernement maintient le cap, c'est-à-dire qu'il accepte sans sourciller le cours des choses telles qu'elles sont planifiées à Bruxelles et à Berlin ; nulle critique n'est autorisée ; nulle consigne de résistance face la Cour de Justice ; nulle dérogation pour la défense dans le cadre de la directive ESG ; nulle remise en cause des modalités mêmes des coopérations avec l'Allemagne.

Tout se passe comme si la réalité n'avait plus aucune prise, et surtout comme si Mme Goulard, pourtant éphémère ministre de la défense, avait fait triompher sa doctrine définitivement lorsqu'elle annonçait prophétiquement le 8 juin 2017 : « Si nous voulons faire l'Europe de la défense, il va y avoir des restructurations à opérer, faire des choix de compatibilité et, à terme, des choix qui pourraient passer dans un premier temps pour aboutir à privilégier des consortiums dans lesquels les Français ne sont pas toujours leaders ».

Tout était donc dit il y a quatre ans : les partisans acharnés de l'Europe de la Défense telle qu'elle se construit sous nos yeux, ne peuvent qu'adhérer ou se taire. Mais, et c'est l'intérêt de la période actuelle, tout n'est pas consommé : un sursaut est possible, et c'est à celui-ci que nos prochaines tribunes s'attacheront.

                 -----------

Réfléchissons sur le sujet. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles