Covid19 : Delta, patients immunodéprimés et pass sanitaire

Je discute de points scientifiques du pass sanitaire, notamment au regard des personnes vulnérables et des dernières données israéliennes sur l'efficacité du vaccin pfizer.

Cas des personnes qui ne répondent pas à la vaccination (greffés, cancer…)

Ils représentent plusieurs centaines de milliers de personnes en France et ont droit à 3 doses de vaccins. Une étude dans Lancet s’est intéressée à cela via les greffés rénaux.

L’immunité acquise comporte deux branches : l’immunité humorale et cellulaire.

D’abord, intéressons-nous à l’immunité humorale (anticorps). Après 2 doses de vaccin (à ARN), à peine 40% des personnes étaient séroconverties (c’est-à-dire qu’elles ont répondu à la vaccination et ont développé des anticorps). Après 3 doses, seules 60% avaient des anticorps. Ainsi, même après 3 doses de vaccin, 40% des greffés n’avaient pas d’anticorps !

Si l’on regarde les titres (la quantité d’anticorps dans les séra), même après 3 doses, les titres tournent à peine au-dessus de 2.000 alors que des personnes non greffées vaccinées 2-doses sont autour de 15.000.

Séroconversion et titre des anticorps anti-SARS-Cov2 des personnes greffées après 2 et 3 doses © Massa et al, Lancet 2021 Séroconversion et titre des anticorps anti-SARS-Cov2 des personnes greffées après 2 et 3 doses © Massa et al, Lancet 2021

Les expériences in vitro de neutralisation ont montré des capacités ridiculement faibles de l’ordre de quelques pourcent après 2-dose et à peine 10-20% selon les variants après 3-doses. Par comparaison, les personnes non greffées vaccinées 2-doses sont au-delà de 90%.

Pouvoir neutralisant des séra des personnes greffées après 2 et 3 doses © Massa et al, Lancet 2021 Pouvoir neutralisant des séra des personnes greffées après 2 et 3 doses © Massa et al, Lancet 2021

Si on s’intéresse à la réponse cellulaire (lymphocytes T), 2 médiateurs importants témoins de leur activité sont IFNg et IL2. Même après 3 doses, les patients greffés ont des valeurs inférieures aux non-greffés de plusieurs log. Le test de prolifération montre également une réponse 4 fois inférieure.

 

Réponse cellulaire des personnes greffées après 2 et 3 doses © Massa et al, Lancet 2021 Réponse cellulaire des personnes greffées après 2 et 3 doses © Massa et al, Lancet 2021

Cela signifie que ces personnes ne répondent pas à la vaccination est sont extrêmement vulnérables ! Que leur propose-t-on en laissant circuler le virus sans mesures à part un pass sanitaire bidon ? Rester chez vous ou bien apprenez à vivre (ou mourir) avec le virus.

 

Qu’en est-il de la protection vaccinale face à Delta selon le ministère de la santé d’Israël ?

Pour voir le rapport, cliquer ici.

En orange, les plus de 60 ans, en bleu les 16-59 ans.

Les données concernent les infections ayant eu lieu durant la semaine du 11-17 juillet parmi les 60 ans ou les 16-59 ans selon leur mois de vaccination (2e dose). On constate que le taux des personnes ayant reçu leur 2e dose en janvier infectées entre le 11-17 juillet est 5 à 7 fois plus que celles vaccinées en juin/juillet. Ce taux devrait être identique au sein d’un groupe d’âge donné. Cette augmentation de cas chez les personnes anciennement vaccinées peut être expliquée par une baisse d’efficacité du vaccin (pfizer en l’occurrence) au cours du temps (waning).

Taux d'infection selon le mois de la 2e dose et l'âge © Ministère israélien de la Santé Taux d'infection selon le mois de la 2e dose et l'âge © Ministère israélien de la Santé

Ainsi le ministère israélien de la santé estime à seulement 40% l’efficacité vaccinale contre une infection symptomatique et de 90% contre une covid sévère sur le mois dernier (20 juin – 17 juillet). Cela signifie que 10% des personnes infectées vaccinées 2-doses feront une covid sévère. C’est pourquoi, Israël se prépare à donner une 3 dose à partir de septembre.

Efficacité du vaccin Pfizer contre Delta © Ministère israélien de la Santé Efficacité du vaccin Pfizer contre Delta © Ministère israélien de la Santé

 

Pass sanitaire

Comme décrit plus en détail ici et ici, la vaccination sert à prévenir la maladie mais surtout à atténuer sa gravité : hospitalisation/décès. La limite est que les vaccins ne fonctionnent pas à 100% et n’influe que peut sur la transmission à autrui (estimé à 50% dans le cas du variant Alpha). On peut toujours être infecté et donc transmettre le virus à autrui.

Test PCR/antigénique permet de savoir si l’on est infecté : porteur du virus et donc transmetteur. La limite est le moment où le test a été. Si la contamination a eu lieu moins de 3-4 jours avant le test, la probabilité d’un faux négatif est très élevée (on se croit sain alors qu’on est infecté). De plus, on ne peut pas savoir si l’on a été contaminé entre le moment du test et le moment de l’événement requérant le test.

Ainsi un pass sanitaire qui met dans le même paquet des vaccinés et des testés négatifs ne fait pas sens. Exemple : un vacciné (donc non testé) est porteur asymptomatique, il se rend à l’événement x et contamine y individu non vacciné mais initialement testé négatif.

Si le pass sanitaire a pour objectif d’empêcher les infections, la seule information importante est de savoir si l’on est porteur du virus ou non au jour de l’événement.

Ceci explique les différents clusters observés ici ou là (en discothèque ou restaurant) malgré le pass sanitaire.

Ajoutons la situation des moins de 12 ans pour lesquels on ne demande ni test et qui ne sont évidemment pas vaccinés. Ils ont le droit d’accès à tout ce qui requiert un pass sanitaire. Où est la protection sanitaire des personnes non vaccinées mais testées et surtout des personnes vulnérables (greffés, cancer...) ?

Conclusion

Le variant Delta est plus transmissible et plus dangereux qu'Alpha, avec notamment une charge virale 10 fois supérieure et une période de contagiosité plus longue (billet précédent).

Qui dit infection dit circulation virale et donc apparition de nouveaux variants. Après 18 mois, on en est toujours au même point : Contrôle de la circulation virale. Le vaccin est un des outils, pas l'unique solution. Ne rien faire aboutit aux confinements. Le confinement n'est que la conséquence de (non) décisions politiques.

Ainsi nous sommes loin des 95% d’efficacité annoncés il y a de nombreux mois et donc les 60% de couverture vaccinale nécessaire à l'immunité collective disparaissent également. Vous vous vacciner pour vous ! Pas pour une immunité collective qui n'existe pas et qui doit désormais requérir 95% de vaccinés. Protégez-vous. D'un R0 d'environ 2 pour la souche de Wuhan, nous sommes passés à R0=4-5 pour Alpha et R0=7-8 pour Delta. Quand l'hiver prochain, nous aurons à faire face à un variant dont le R0 sera de 10, 12 ou 15, faudra pas s'étonner.

Pour ceux qui suivent ce blog, vous aviez probablement lu les billets

  • d’octobre 2020 concernant sur l’immunité très limitée des coronavirus saisonniers.
  • de novembre 2020 où je parlais du challenge de la vaccination
  • de novembre 2020 où je parlais d’un article dans Nature Microbiology qui indiquait que 65 jours après une infection avec le SARS-Cov2, 60% des patients n'avaient plus d'anticorps en quantité suffisante pour avoir un effet neutralisant (protection), ouvrant la porte aux cas de réinfections par le SARS-Cov2.

donc... rien de nouveau ni de surprenant !

Il serait temps de penser à la rentrée scolaire et à assurer une protection à nos enfants car en septembre, les crèches/écoles/collèges/lycées/universités seront des et ce ne sont pas les quelques vaccins distribués qui vont changer les choses. Il faut penser masque, aération constante des salles et couloirs, ne pas faire les cantines en lieux clos... bref tout ce qu'on n'a pas fait depuis mars 2020. 

Bonus :

Une députée LREM annonçait à l'assemblée nationale l'autre jour que personne n'aurait pu prévoir la vague Delta en avril ou mai.

En fait si, de nombreux scientifiques s'y été intéressé, c'est juste qu'on ne veut pas les écouter car cela va contre les ouvertures non contrôlées du tourisme/restaurant...

Moi-même, le 19 avril, j'avais écrit un premier billet sur le danger Delta.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.