Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2018

Migrants. Mélenchon en un trouble papillonnage ...

... par où il ne parle plus d'une seule voix ! A quel insoumis, les électeurs, tentés par ce personnage plurivocaliste ou pluriventriloque, pourraient-ils accorder la leur (on parle bien de voix)? Car la voix de l'électeur, reste, elle, dans l'isoloir, irrémédiablement une ! Terrible dissymétrie favorisant que la politique, en son avatar électoral, s'opacifie dangereusement.

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Publié sur le site de Politis (si peu hostile a priori à Jean-Luc Mélenchon) le 20 septembre.

Extrait : "Rares sont les hommes politiques qui auront été capables de défendre autant de positions différentes au cours de leur carrière. Débutée chez les trotskistes de l’OCI, la carrière de Jean-Luc Mélenchon est marquée par les revirements permanents de celui qui aura été tour à tour conseiller régional, sénateur, ministre, député européen et député.

De l’union de la gauche au « ni droite ni gauche », de l’alliance avec le PCF aux insultes contre « la mort et le néant », de la défense du traité de Maastrich au plan A/plan B (qui lui-même changera de sens plusieurs fois en quelques années), de la défense des partis à la dissolution dans un « mouvement gazeux », de la recherche d’alliances à la critique de la « tambouille politicienne » pour finalement chercher aujourd’hui à se rapprocher des anciens frondeurs : les convictions profondes de Jean-Luc Mélenchon peuvent-être difficiles à cerner tant elles semblent pouvoir varier en fonction des circonstances." Lire l'intégralité de la tribune en cliquant ici

Pour ma part, j'utilisais en titre de l'un de mes récents billets, pas spécialement consacré aux migrants, une image qui est en consonance avec ce que cette tribune analyse en termes de "sens du vent" : Coup de gueule : la girouette Mélenchon. Impérial !

Quant à cette question, proprement dite, des migrants, je renvoie à ces billets concernant ce qu'en disent certains dans la FI :

Ruffin, migrant politique. Impossible à régulariser !

Ce qui "(se) passera" si l'on accepte que l'accueil des migrants "ça ne passera pas"

Sans oublier ceci qui doit être mis en perspective avec l'intérêt que Mélenchon accorde à la recomposition qui se profile dans Die Linke :

Allemagne, un projet de recomposition à gauche en recul par rapport à Die Linke

Gauche radicale en Allemagne, radicalement antimigrants

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquons ! L'appel des déserteuses d'AgroParisTech
Le constat est clair : ce système est un monstre à bout de souffle. Retrouvons-nous samedi midi, devant la mairie de la ville la plus proche, pour partager un repas, des idées, du concret, pour nous donner les moyens de quitter nos boulots nuisibles, construire notre autonomie matérielle localement, sans les multinationales, sans les Gafams, créer des espaces communs – fermes, ateliers, cafés... –. Et faire ce premier pas vers de nouvelles façons de vivre.
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois