ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

705 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juil. 2022

« Souffrance au travail : On lâche rien »

C’est une course de relais des pompiers de Maine-et-Loire, plus de 500Km pour Lauriane, qui rythme le documentaire de Daniel Kupferstein, sur le harcèlement, la maltraitance managériale et organisationnelle, souvent à l’origine de souffrances dans la vie, des maladies dues au travail, menant parfois au suicide. Film soutenu et financé par ASDpro, Association Suicides Dépressions PROfessionnels.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par cette initiative (en juin 2021) les pompiers voulaient manifester leur solidarité avec la famille de Lauriane, jeune pompière en formation, qui s’est suicidée en avril de 2016. Et aussi médiatiser le combat de la famille pour faire reconnaître le suicide comme un accident de service. Une succession de dysfonctionnements graves de la hiérarchie (non reconnaissance d’une blessure pendant un exercice, licenciement sans convocation ni devant la commission administrative ni de discipline pour notifier les raisons), qui lui a notifié, trois officiers face à Laurianne, que sa formation ne serait pas validée. Sa seule réponse, ‘Ma vie est foutue’, ne les a pas alerté et Lauriane s’est pendu dans un arbre le lendemain, à côté de la caserne.

En juin 2021 (cinq ans plus tard), le tribunal administratif de Nantes a jugé que le suicide était ‘imputé au travail’, deux mois plus tard le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) du Maine-et-Loire annonce qu’il ne fera pas appel et en janvier dernier par un arrêté officiel le Sdis reconnaît que la morte de Lauriane était ‘imputable au service’.

Le journaliste de Mediapart, Dan Israel a raconté ici* en juin 2019 le ‘déni des autorités’ et en janvier 2022 est revenu sur la décision du SDIS Les pompiers se reconnaissent responsables du suicide...

Les pompiers qui ont fait les 500km reliant la caserne, depuis Angers (Maine-et-Loire) à Grazac, en Haute-Loire, voulaient ainsi "ramener symboliquement" Lauriane chez elle, là où vivent ses parents. Bel engagement de fraternité...

Il s’agit d’une des trois histoires développées dans le film qui montre bien à la fois les conditions de travail qui provoquent les maladies, la souffrance jusqu’à parfois au geste définitif, et le parcours du combattant des familles ou proches pour faire reconnaître le lien entre le harcèlement et ces drames humains.

Un documentaire de Mobilisation solidaire

C’est l’Association ASDpro (Association Suicides Dépressions PROfessionnels) qui depuis 2008, affiche son objectif d’accompagner ‘‘les travailleurs qui souhaitent mobiliser le dispositif de réparation d’un préjudice de santé dû au travail, tel qu’il est prévu par le système des assurances sociales obligatoires’’.

D’une part agir avec les victimes, ou leurs proches, dans un accompagnement actif et une assistance dans l’organisation et la mise en route de leurs démarches. Également diffuser l’information, faire savoir, donner à connaître, contribuer à la formation basée sur l’expérience acquise. De même créer des liens, une forme de prévention qui nourrit l’accompagnement et sans doute aide à formuler des alertes.

Et dans ses missions, l’objectif est bien précis et engageant : ‘‘Transformer le travail, pour transformer la société. Transformer le travail, c’est transformer en effet l’organisation du travail, les dispositifs utilisés pour la production, pour que celle-ci soit au service des hommes et du vivant, dès le processus de production jusqu’au produit fini et sa distribution.’’

Et l’exemple de ce film s’inscrit dans une logique de Mobilisation Solidaire. L’association a investit les ‘‘dommages et intérêts perçus en tant que partie civile dans ce procès France Télécom (2019) à la réalisation d’un film consacré à ce «parcours du combattant» que doivent mener ces victimes et ayants droits face aux stratégies de déni des entreprises et de la fonction publique.’’

Immunité et Impunité !

En outre le documentaire donne la parole aux parents d’un jeune ingénieur qui s’est suicidé en décembre 2011, Philippe Kieffer, 38 ans, trouvé mort à son domicile. Il travaillait pour l'European Space Research and Technology Centre ou ESTEC, le centre de développement et d'essai de l'Agence spatiale européenne, situé aux Pays-Bas. Les parents détaillent toutes leurs démarches et soulignent l’immunité absolue, dont bénéficie l’agence qui lui permet de refuser de répondre aux enquêteurs. Les salariés sont aussi couverts par ce statut et certains l’utilisent pour ne pas ‘déplaire’ à hiérarchie notamment quand les enquêteurs voudraient recueillir des informations sur la vie du jeune Kieffer.

C’est à nouveau Dan Israel qui a révélé dans les pages de Mediapart comment /l-agence-spatiale-europeenne-ne-sera-pas-jugee-pour-le-suicide-d-un-salarie

Le troisième récit concerne une fonctionnaire du Quai d’Orsay, ayant travaillé aux Affaires Étrangères et à l’ambassade de France à Cotonou au Bénin, comme responsable financière. Après avoir dénoncé avec un témoignage accablant, un système de dépenses fictives couvert par Nathalie Loiseau, lorsque celle-ci était en poste au ministère des Affaires étrangères, elle se trouve aujourd’hui dans une difficile situation sociale et financière, directement liée à son cadre de travail et aux pressions du Ministère qui a réussi à ‘‘une mise en retraite d’office’’.

A ce propos voir le billet de son blog qui raconte (en 2017) par le détail le rôle joué notamment par nathalie-loiseau-ma-tuer .

Un autre billet, insère le lien vers un entretien au Le Media en avril 2019 qui complète l’information : /detournement-de-fonds-publics-l-ambassade-de-france-au-benin

l’ASDPro ‘‘ne lâche rien’’

La grande opportunité du documentaire de Daniel Kupferstein, est de nous donner à voir le coût humain (financier aussi) subi par les victimes et leurs proches du fait des conditions et de l’organisation du travail.

Même si nous avons entendu parler du procès de France-Télécom, ayant suivi plus ou moins les débats au Tribunal plusieurs années après les faits, nous restons avec une impression d’à peu près du déroulement de ces drames.

A travers le récit sur les victimes mais aussi des accompagnements de solidarité, nous avons ici, la possibilité de percevoir de l’intérieur l’exigence de ce combat pour la reconnaissance des nombreuses situations de souffrance au travail.

Un documentaire à voir et, si possible diffuser dans des séances publiques, permettant ainsi le débat, les échanges et, éventuellement, des présentations pour nous alerter sur des situations qui parfois nous pouvons côtoyer sans les voir.

*  *  Pour suivre le parcours de ses documentaires 

Daniel Kupferstein – Accueil ** https://www.daniel-kupferstein.com

* * Informations sur la démarche de l’Association d’aide aux victimes et aux organisations, confrontées aux Suicides et Dépressions Professionnels * https://asdpro.fr/

* * * D’autres documentaires de Daniel Kupferstein dans ce blog

https://blogs.mediapart.fr/50416/blog/100721/l-autre-14-juillet-celui-des-balles-en-1953

https://blogs.mediapart.fr/50416/blog/111021/l-important-c-est-le-chemin-0

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua