ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

672 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 déc. 2018

À genoux, “ça ne leur a pas fait de mal, à ces jeunes”!

Ça leur apprendra les règles, le respect de l'autorité, la soumission, l’obéissance, qu'on ne peut pas faire n'importe quoi, au fond c'est pour leur bien, “ça leur fera un souvenir à ces jeunes” (dixit Ségolène Royal), que des policiers les aient obligé à se mettre à genoux mains derrière la tête... Non à la fessée, mettons-les à genoux!

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques jours, à grands renforts médiatiques Madame la ministre de la Santé ou sa collègue des droits des femmes, s'exprimaient pour dénoncer la fessée, les punitions corporelles, la tape dite éducative. Le ministre de l'Intérieur n'était peut-être pas là!

On le sait, des multiples études se sont penchées sur la question, les punitions corporelles, les humiliations des enfants ont toujours un effet négatif et souvent les maltraitances subies pendant l'enfance deviennent des maltraitances exercées à l'âge adulte. Tous les enfants maltraités ne deviennent pas des parents maltraitants, mais ceux qui pratiquent des châtiments corporels les ont subi. L’humiliation s’incruste au fond de soi et souvent pour la vie.

La séquence vécue par les lycéens à Mantes-la-Jolie, n'en déplaise à Mme Royal, s'il n'y a eu “aucun blessé, aucun problème” ressemble plutôt à cette humiliation qui laisse des traces, quelque soit le contexte. Mettre à genoux c'est humilier, rendre faible, mettre à la merci de la force, forcer à l’impuissance, sans parole et sans geste, “Voilà une classe qui se tient sage!”, dit une voix dans la vidéo diffusée.

Oui, une sagesse sans pédagogie, par l’assujettissement, l'inexistence, le mutisme, la résignation, la dépendance, l'acceptation par la peur. Une fausse sagesse car elle suscite le sentiment d'injustice, la révolte, la vengeance, la violence.

Même si le ministre de l’Éducation Nationale s'est dit “choqué” il aurait mieux fait de ne rien dire. Il ne s'agit pas d'être choqué, il s'agit d'être indigné. Et on se demande quels adultes, tout policiers qu'ils soient, des pères, des grands-pères, des grands-frères ont pu donner l'ordre ou l'exécuter de mettre à genoux de jeunes lycéens, humilier, ce qui fera ou devrait pouvoir faire le futur de ce pays.

La psychothérapeute suisse, Alice Miller a consacré ses travaux à l'enfance et depuis plus de trente ans qu'elle nous a alerté sur les «racines de la violence dans l'éducation de l'enfant». Son livre C'est pour ton bien, paru en France en 1984 (éditions Aubier) est d'une grande pertinence. Et Alice Miller, grâce à son expérience clinique souligne la nécessaire prise de conscience des adultes devant les humiliations vécues par un enfant qui laissent une trace durable dans sa croissance, qu'il risque de transmettre à la génération suivante. J'avais, au moment de sa disparition, en avril 2010, évoqué son engagement, La fessée «c'est pour ton bien» mon enfant!

D'une certaine façon, la révolte qu'on dit des “gilets jaunes”, est aussi l'expression d'une révolte contre le sentiment d'humiliation, le mépris, les maltraitances réelles ou symboliques. Comme si la revendication sur leurs fins de mois difficiles étaient en quelque sorte une exigence de reconnaissance.

Acte arbitraire qui n'a rien à voir avec l'éducatif et ça contribue plutôt à troubler l'ordre public en mettant des enfants ou des jeunes à genoux. C'est la loi du plus fort, la stigmatisation d'une soupçonnée “mauvaise graine”.

Les violences arbitraires doivent être combattues et l'obligation d'un État c'est de savoir les repérer, les canaliser, les punir, sans pour autant rajouter par la même forme de violence arbitraire.

Et dans cette séquence, la question c'est que ce sont nos enfants. Qui fréquente nos écoles, qui grandissent dans nos quartiers, et pas qu'en banlieue, bercés par notre “culture” et nos chaînes de télévision...! Et, apparemment, nous ne savons pas quoi n faire sinon, à l'occasion, les mettre à genoux comme si les humiliations vécues par certains, sur leur condition de vie ne leur suffisaient pas!

Sur la fessée quelques billets récents qui me paraissent des contributions importantes pour le réflexion sur les "violences éducatives", dans les blogs de :

* baloz  // Les députés craignent pour leurs fesses

** Philips Michel  // Fessée. L'éducation peut-elle faire abstraction de la violence ?

*** tatia   //  Vers une interdiction de la fessée

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy
Journal — Gauche(s)
« On n’a pas le choix, il faut croire aux urnes » : l’activiste écolo Alma Dufour rejoint Mélenchon
Ancienne chargée de campagne aux Amis de la Terre, l’activiste pour le climat Alma Dufour rejoint le parlement de l’Union populaire, en soutien à la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Elle explique les raisons de son passage du mouvement social au militantisme politique.
par Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
À Strasbourg, Jadot et Mélenchon étrillent Macron
Les candidats insoumis et écologiste à la présidentielle ont mis en scène leur opposition au président sur la question européenne. Mais si Jean-Luc Mélenchon avance un contre-modèle clair, celui de Yannick Jadot, pour l’heure, semble moins lisible.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie