B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 oct. 2018

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Service national universel : une consultation en ligne pour les dupes

Avec un retard de quelques semaines sur la date initialement prévue, la consultation sur le service national universel (SNU) est en ligne. Elle prend cette fois-ci la forme d'une grossière mystification confiée à un institut de sondage.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec un retard de quelques semaines sur la date initialement prévue, la consultation sur le SNU est en ligne. Elle fait suite à une première phase d’auditions, largement factices, au cours desquelles un membre du gouvernement est censé apporter des réponses à des questions soigneusement sélectionnées – puisque ne portant que sur les modalités du SNU et non sur son principe – posées par un public lui-même soigneusement sélectionné.

L’organisation de l’enquête en ligne, annoncée par le ministère de l’EN, confiée à OpinionWay, confirme que les économies faites sur le budget de l’éducation ne sont pas perdues pour tout le monde. Mais ce n’est qu’un début, le coût annuel du SNU étant estimé à 2 ou 3 milliards d’euros, sans compter les dépassements.

Avec l’aplomb qui est sa marque de fabrique, le ministre de l’EN a beau annoncer que « depuis juillet, les jeunes Français sont largement consultés pour participer la conception du SNU » en réalité, cette seconde phase s’annonce tout autant trompeuse que la première : censé s’adresser exclusivement aux jeunes concernés, le sondage en ligne peut en réalité être renseigné par tous, l’entrée dans le questionnaire ne demandant aucune authentification préalable. L’année de naissance ou la nature de l’établissement ne sont alors requises que pour la forme. Cette duperie, renforcée par le fait que chacun peut répondre autant de fois qu’il le souhaite, forme assez grossière d’un bourrage des urnes, confirme – avec l’amateurisme du procédé – le côté totalement artificiel de l’entreprise. Mais que pouvait-on attendre d’autre d’un gouvernement - et d’un ministre tout spécialement - qui ont eu l’occasion de montrer en toutes circonstances le peu de cas qu’ils faisaient du débat, du dialogue, de la confrontation d’idées. Ici, la consultation suit la décision.

Puisque le principe du SNU – tout spécialement le mois d’internement obligatoire - est exclu de l’enquête, les questions posées aux jeunes), sont d’une banalité convenue, teintée d’un comique involontaire certain :

- « Pour toi (tutoiement de rigueur…), le SNU devrait te permettre avant tout de : renforcer tes connaissances concernant les questions liées à la défense nationale ? Faciliter ton engagement auprès d’une association ? Savoir réagir en cas de crise ? Etc. « 

- « Qu’aimerais-tu vivre ou faire concrètement pendant ta période d’hébergement collectif (l’expression désignant dorénavant la période d’enfermement obligatoire) ? T’initier au code de la route ? Rencontrer un militaire ? Faire du sport ? Etc »

- « Parmi les mots suivants, lesquels correspondent le mieux à ton état d’esprit vis-à-vis de ce projet de SNU : peur/enthousiasme/curiosité/corvée etc ? »

- « Ce que tu sais du SNU te donne-t-il envie de le faire ? »

- « Parmi les activités suivantes, lesquelles te donneraient le plus envie de faire le SNU : des activités liées à la défense et à la sécurité ? Des activités liées à l’environnement ? D’aide à la personne ? etc »

Cette consultation tronquée, malhonnête dans son principe comme dans ses modalités d’organisation, se poursuit jusqu’au 19 octobre. Quels qu’en soient les résultats, qui ne seront publiés que pour renforcer l’illusion (et Blanquer est un maître en la matière), face à un gouvernement qui ne connaît que le rapport de force, l’avenir du SNU dépendra d’abord de la capacité de mobilisation des premiers concernés, les jeunes, autour d’un projet autoritaire et infantilisant, destiné à satisfaire les nostalgiques de la conscription mais dont ils n’ont rien à attendre en termes de formation personnelle.

Le SNU sur ce blog :

- La ministre des armées me répond... mais vise à côté
- Service national universel : surveiller et soumettre
- Financement du service national : 1800 postes supprimés dans l'éducation
- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale
- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse
- Brassage social : la grosse arnaque du service national

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost