culturenature71
Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2019

J'arrête de détruire avec autant d'efficacité...

Seule la question des moyens semble être pertinente dorénavant... Pourtant ces moyens sont déjà bien trop dévastateurs! Tout en en faisant l'inventaire édifiant, je me demande comment nous réapproprier les finalités afin d'imaginer en commun un devenir.

culturenature71
Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'actualité regorge d'exactions menées par les puissances politiques et économique. Des responsabilités individuelles sont identifiables; mais les effets d’entrainement, d’usage de la violence, et de manipulation permettent d'entrainer beaucoup d'autres personnes.

Cercles vicieux:

Des mécanismes socio-économiques pervers se maintiennent et, parfois même, se renforcent.

Un exemple, parmi d'autres, illustre bien ce fait: la destruction de la forêt amazonienne. Cette destruction, dont une part est motivée par l' extension de cultures de soja pour l'alimentation du bétail, contribue directement (par les départs d'incendies) et indirectement (par la diminution de la surface de la forêt) au réchauffement climatique. Lequel réchauffement assèche les prairies en France (Lire ce billet) entrainant le recours accru aux importations de soja pour l'alimentation du bétail. Ce qui stimule la demande et augmente pour les acteurs économiques aux appétits insatiables l'intérêt de la déforestation...

Plusieurs observations s'imposent:

- La dépendance alimentaire du bétail sur le continent européen illustre le fait de l'économie de marché marche complètement sur la tête.

- Le gain de productivité que l'agro-industrie du Brésil obtient par la destruction irréversible d'un bien commun est injustifiable. Les intérêts à très courts termes ne priment pas sur les enjeux bien plus considérables à termes.

-  La relocalisation de l'agriculture - impliquant aussi des remises en cause des choix de production et des moyens engagés - est une évidence.

Prendre connaissances des trois projets du gouvernement qui menacent l’Amazonie française.

Destruction à grande échelle:

Nous sommes entrés dans l'ère où les moyens acquis par l'espèce humaine sont titanesques, et mis au service d'une agressivité révoltante. Les conséquences, qui en découlent - sur le climat et la biodiversité - sont déjà, pour partie, considérées comme incontrôlables...

Notre civilisation continue, pourtant, a promouvoir le recours à l’autoritarisme, qui prend les formes de destruction pure et simple, de pollution généralisée et d'exploitation sans limite. 

Ces réalités ne peuvent plus être discrètement mises de côté ou carrément démenties, depuis qu'elles sont présentés dans des rapports scientifiques implacables, hautement édifiants, officiels et régulièrement mis à jour par le GIEC et  l'IPBES et confirmés dans la vie quotidienne.

Pollutions généralisées:

Les poisons, notre civilisation industrielle les connait et les produit avec une grande prodigalité! Jamais, sans doute, aucune civilisation ne les a déployé autant d'inventivité...

Nos toxicologues ne savent plus où donner de la tête! Des métaux lourds aux micro-particules, des déchets radioactifs aux gaz à effet de serre,

Il existe aussi des pollutions biologiques par le transfert incontrôlé (et dans l'état actuel de la dérégulation du commerce international) d'espèces vivantes d'un écosystème à un autre, d'un continent à un autre, causant des désastres par invasions (espèces végétales et animales invasives) et contaminations (parasitage et contaminations diverses de grandes ampleurs...) Ces faits participent aux transformations de très grandes ampleurs.

Exploitation sans limites:

Tout a aujourd'hui prend une valeur marchande, directement ou par les services rendus. Le vivant réduit à l'état d'objet! De marchandise...

Ce qui n'a pas de valeur, le plus souvent par ignorance, est détruit; et, ce qui en a encore, est malmené jusqu'à en obtenir tout ce qui peut être monnayable.

Aux rapports de vivants à vivants, c'est substitué un rapport objectif, mort. Il n'est plus question d'interaction entre des êtres vivants, mais de services qu'il peuvent rendre.

Nous sommes conditionnés par cet état d'esprit, plébiscité partout, d'exploitation du vivant.

Les prévisions de ruptures:

 Il ne s'agit pas, pour moi, de tenter de faire des prévisions et encore moins des prophéties.

Cependant, je constate qu'il y a des tendances déjà bien affirmées qui peuvent conduire à différentes sortent de ruptures, qui ne sont pas exclusives l'une de l'autre, et qu'il n'est pas inutile de prendre en considération:

- rupture de l'approvisionnement en ressources (par insuffisance de leur disponibilité par rapport aux besoins à couvrir)

- rupture dans les processus de production (par dérèglement durable des processus du vivant et/ou des mécanismes économiques)

- rupture de vison du monde (par overdose de culture nihiliste)

La rupture d'approvisionnement en eau, indispensable à toute vie, déjà vécue dans certaines parties du globe, est une menace croissante, pour les habitants de la planète, face au réchauffement climatique déjà engagé. Leurs conséquences sanitaires et politico-économiques ne sont pas à  prendre à la légère.

Une rupture des processus de production pourrait venir d'une rupture d'approvisionnement en eau, mais aussi en énergie, dont nos économies très dépendantes. Ce serait alors une rupture de ressources, qui entrainerait une rupture dans la production.

La recrudescence des catastrophes naturelles dues au désordre climatique (inondations, tempêtes, ouragans, cyclones, sécheresses...) coute de plus en plus cher. Ce coût pourra-t-il continué à être absorbé? (Lire cet article concernant l'ouragan Katrina)

Des ruptures de services rendus par les écosystèmes, qui ont des répercutions sur le dérèglement climatique et la production alimentaire ne sont pas du tout à exclure à termes, si aucune mesure d'ampleur, comme celles suggérées dans le dernier rapport du GIEC, ne sont prises.

Cela amène à une rupture, encore très peu évoquée, qui consiste dans le choix, délibéré ou non, par les êtres humains d'une vision du monde radicalement différente de celle qui nous a conduit jusqu'ici. Cela parait improbable pour la majorité des personnes parfaitement conditionnées par l'idéologie ambiante et dominante.

Mais il y a déjà un grand nombre de nos semblables qui vivent, plus ou moins, en marge de notre civilisation; ou s'en sont volontairement détaché. On compte parmi ceux-ci, les laissés pour compte des catastrophes naturelles ou économiques, les victimes non consentantes de cette pression économico-sociale qui ne fléchit pas; mais, également, les survivants d'un lessivage idéologique interplanétaire: héritiers culturels d'ethnies dites primitives, amoureux de la nature et de l'être humain, libre-penseurs de tout poils...

Cette rupture de vision du monde peut être à la fois la conséquence, mais aussi, en partie, le remède aux conséquences des ruptures présentées avant.

Se consacrer aux finalités:

 "Demandons-nous si nous avons le droit de nous donner tout entier au développement des moyens, remettant à d'autres temps et d'autres gens le soin de considérer les fins?" nous interroge Lanza del Vasto, philosophe italien du XXe siècle.

Document 1: L’exposition des abeilles aux pesticides Source Blog Médiapart

Document 2: Complicité de malfaiteurs contre l'humanité...  Source Blog Médiapart

Document 3: La science prédit l'effondrement de notre civilisation industrielle Source notre-planete.info

Document 4: La Permaculture, outil au service d'un changement de paradigme Source www.lejardindeshappycuriens.com

Extrait; "Le trait de génie de la Permaculture est que c’est à la fois un outil pour matérialiser concrètement cette nouvelle pensée systémique globle ET un moyen de prendre conscience de ce changement de paradigme (...) Quand on pense en termes de systèmes, nous sommes fondamentalement conscients des conséquences de nos actions et nous savons qu’il n’existe rien de telle qu’une externalité. « Au loin », « ailleurs » n’existent pas. Dans une pensée systémique globale, la pollution ou la souffrance humaine ne sont pas des sous-produits accidentels de la fabrication de pseudo richesse ; ce sont des produits centraux, qui soulignent un mauvais design (...) La Permaculture nous donne des méthodes concrètes pour que notre nouvelle compréhension du monde devienne réalité. C’est la boîte à outils que les mouvements de justice sociale et écologiste peuvent utiliser pour manifester leur vision d’un monde meilleur."   Toby Hemenway, auteur et formateur en Permaculture.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut