Voir tous
  • On ne peut étouffer Ségolène Royal

    Par
    Nous voici entrés dans la période de léthargie de la vie politique française ! La première quinzaine d'août est en effet celle du calme apparent, qui pourrait bien cette année précéder la tempête de septembre. Profitons-en pour faire le bilan de ce que nous avons vécu depuis plusieurs mois et pour risquer d'esquisser ce qui pourrait advenir dans la Primaire socialiste des 9 et 16 octobre prochains.
  • Primaire light ou électrochoc ?

    Par
    S'il est une certitude concernant la primaire socialiste dont la campagne officielle devrait s'ouvrir après le 13 juillet, c'est précisément que tout y demeure indécis. DSK pourra-t-il revenir ? Après les favoris des sondages DSK puis François Hollande, y en aura-t-il un autre ? La « Joly surprise » de la primaire des Verts peut-elle annoncer une surprise identique pour le PS ? Ségolène Royal pourra-t-elle gagner ? Dans ce contexte éminemment problématique, où le pire comme le meilleur peut advenir, essayons cependant de prendre un peu de recul par rapport aux aléas !
  • Ségolène Royal est prête !

    Par
    Comme on le dit d'un athlète en compétition, Ségolène Royal est à présent dans les blocs de départ. Quand le coup de feu de l'ouverture officielle de la Primaire socialiste retentira, on la verra s'élancer aussitôt. De quelle candidature s'agira-t-il alors ?Si l'on analyse avec soin le comportement qu'elle a manifesté lors de ses derniers déplacements en province (Nancy, Toulouse, Laval), à l'occasion de la dernière UPP avec Jean-Pierre Chevènement, à la mairie du IVème arrondissement de Paris, et dans l'émission d'Itélé, Elysée 2012, on tient la réponse : c'est une autre femme que nous allons découvrir, en parfaite adéquation avec le rôle de Présidente qui pourrait l'attendre. Une femme à la hauteur de la mission suprême, calme, digne et déterminée à changer notre société.De ce comportement, soulignons les composantes majeures !
  • Le grand décervelage

    Par
    Notre société moderne a inventé une machine à informer qui pratique ce qu'il faut bien appeler le grand décervelage et qui est sans aucun doute le plus formidable appareil idéologique jamais inventé. Cette méga-machine, alimentée en permanence par les sondeurs que commentent sur le champ les politologues, que relaient tout aussi vite tous les journalistes, qu'écoutent presque tous les politiques, broie tout sur son passage. Jour après jour, un seul et même discours circule, jamais remis en question : celui de la prédiction de l'avenir fondée sur le chiffre, le score, la cote.La pré-campagne de la Présidentielle de 2012 dans laquelle nous baignons, qui sera relayée dès juillet 2011 par la Primaire socialiste, risque bien de passer dans l'histoire politique de notre démocratie pour le pire exemple de manipulation inlassable des cerveaux. Nous y aurons subi maints scénarios funestes.Le premier scénario a consisté à nous fabriquer un duel programmé inexorable, celui de l'affrontement entre Sarkozy et DSK, deux champions qui ne s'étaient pourtant pas encore déclarés officiellement. Il aura fallu l'auto-destruction de DSK, l'hyper-favori virtuel nous rejouant Docteur Jekyll et Mister Hyde, pour nous embarquer sans coup férir dans le deuxième scénario, celui du duel entre Sarkozy et Hollande. La machine à décerveler ne desserrant en rien son étreinte, un duo est remplacé par un autre, et les ingrédients de la mise en récit perdurent : des conflits de personnes portés par des chiffres et une constante mise en tension.
  • Le grand décervelage

    Par
    Notre société moderne a inventé une machine à informer qui pratique ce qu'il faut bien appeler le grand décervelage et qui est sans aucun doute le plus formidable appareil idéologique jamais inventé. Cette méga-machine, alimentée en permanence par les sondeurs que commentent sur le champ les politologues, que relaient tout aussi vite tous les journalistes, qu'écoutent presque tous les politiques, broie tout sur son passage. Jour après jour, un seul et même discours circule, jamais remis en question : celui de la prédiction de l'avenir fondée sur le chiffre, le score, la cote.La pré-campagne de la Présidentielle de 2012 dans laquelle nous baignons, qui sera relayée dès juillet 2011 par la Primaire socialiste, risque bien de passer dans l'histoire politique de notre démocratie pour le pire exemple de manipulation inlassable des cerveaux. Nous y aurons subi maints scénarios funestes.Le premier scénario a consisté à nous fabriquer un duel programmé inexorable, celui de l'affrontement entre Sarkozy et DSK, deux champions qui ne s'étaient pourtant pas encore déclarés officiellement. Il aura fallu l'auto-destruction de DSK, l'hyper-favori virtuel nous rejouant Docteur Jekyll et Mister Hyde, pour nous embarquer sans coup férir dans le deuxième scénario, celui du duel entre Sarkozy et Hollande. La machine à décerveler ne desserrant en rien son étreinte, un duo est remplacé par un autre, et les ingrédients de la mise en récit perdurent : des conflits de personnes portés par des chiffres et une constante mise en tension.