Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

287 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2020

Russie, Covid-19. Retour à l’ « EHPAD » de Viazma

67 résidents hospitalisés, un décès du Covid-19, mobilisation et solidarité autour de la maison de retraite. Peut-on espérer que le plus dur est passé ?

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un billet du 12 avril, j’ai évoqué la situation de la maison de retraite de Viazma, la première en Russie où des cas de Covid-19 ont été diagnostiqués. Je me sens obligé d’y consacrer un nouveau billet : dans ce contexte épidémique où tout se bouscule, il est bon de repasser au crible ce qui a été écrit sous le feu de l’actualité, d’aller plus loin, de corriger des erreurs ou simplement de donner au lecteur l’occasion de les relever. Un autre raison de revenir sur le sujet est qu’il a été largement abordé les médias russes, avec notamment une interview de Ielizaveta Oleskina, la présidente de la fondation Starost v radost, à Pervi kanal, la première chaine de télévision russe, le principal organe du pouvoir. Une troisième est la communication du gouverneur de l’oblast de Smolensk, où se trouve Viazma. Elle est remarquable de précision et de factualité − c’est aussi une communication officielle et sans doute orientée, je ne suis pas dupe, mais elle informe aussi de ce qui se passe et de ce qui est fait à l’intérieur de la maison de retraite. Exactement le contraire de ce qui a été fait en France, où rien ne nous a été dit sur de ce qui se passait dans les EHPAD, en tout cas pendant les premiers jours et les deux premières semaines de la flambée épidémique. 

Pour le lecteur pressé ou qui n’aime pas les liens, rappelons que la maison de retraite de Viazma accueille 250 résidents. Le premier cas de Covid-19 y a été constaté le 8 avril, chez un des ses employés. 

La maison de retraite de Viazma © Copie d'écran / Rossia 1

Au 22 avril, il n'y avait plus que 196 résidents dans l'établissement. 67 personnes ont été hospitalisées, 44 à l'hôpital clinique n° 1 de la ville de Smolensk et 23 à l'hôpital du district central de Viazma. Après renfort, compte tenu des cas de Covid-19 chez le personnel, 34 personnes, dont quatre médecins, deux gériatres et deux infectiologues, et 16 bénévoles. 2 résidents sont morts, l’un du Covid-19, l’autre d’une autre pathologie. Une nouvelle campagne de test a été lancée le 21 avril dans la maison de retraite. 

Selon Mikhaïl Chipilov, médecin conseil du ministère de la santé de l’oblast de Smolensk pour les maladies infectieuses, qui y exerce provisoirement les fonctions de directeur, à la date du 22 avril, la situation est stabilisée. 

Il est clair en tout cas que l’établissement a traversé une situation critique, avec de nombreux résidents fiévreux et d’autres gravement malades, sans prise en charge sanitaire satisfaisante avant les transferts dans les hôpitaux. L’installation des résidents dans des locaux différents, en fonction de leur contamination par le Covid-19, a été bien sûr complexe à organiser, et une des grosses difficultés a été également de disposer d’une zone sûre et stérile, ce qui a été finalement fait avec la mise à disposition d’une tente aménagée par l’armée. 

Selon la vice-gouverneur, la maison de retraite est maintenant convenablement pourvue en masques et en gants, et dispose de 20 combinaisons de protection complète. Elle a également été approvisionnée ou réapprovisionnée en bouteilles d’oxygène et en médicaments antiviraux et antipyrétiques (paracétamol, ambroxol, azithromycine, …). 

À cause de l’absence d’une partie du personnel, les services apportés aux personnes âgées dans leur vie quotidienne ont été aussi compromis, jusqu’à l’arrivée des renforts, dont ceux recrutés par la fondation Starost v radost, qui ont du eux même être testés et formés. Tout cela s'est fait en quelques jours.

Cinq des volontaires de Starost v radost © I-ru

Il faut espérer que le plus dur est passé, et que cette mobilisation incontestablement collective et organisée aura été efficace. Rajoutons aussi que Viazma aura été un dramatique coup de semonce pour la Russie, et que la publicité donnée à ce qui s’y est passé a contribué à ce que les établissements sociaux et médico-sociaux se préparent mieux.

Une dernière remarque sur mon ton positif sur l'administration de l'oblast de Smolensk, je saurai être plus critique dans d'autres billets. Il me semble justifié au regard de ce que j'ai lu. J'aime aussi pouvoir constater qu'avec des moyens beaucoup plus limités que les nôtres, sauf pour les tests, il y en a eu ce jour 2 401 616 d'effectués en Russie, il est possible de s'organiser et d'être efficace. Et je suis aussi convaincu que – peut-être – le gouvernement de Smolensk aurait été moins rapide et moins volontariste si l'alerte n'avait pas été donnée par Starost v radost. C'est la force de ces associations russes : empêcher que ce qui se passe dans les établissements sociaux et médico-sociaux russes ne reste caché. Merci à elles. 

Le Covid-19 continue de se diffuser dans l’oblast de Smolensk, à un rythme pour le moment modéré. Il y avait au 22 avril 244 cas d’infection confirmés, dont 63 % de femmes, 4 personnes rétablies et 2 décès. 2397 personnes sont sous surveillance médicale, dont 2150 sont en auto-isolement à domicile, 247 dans des institutions médicales spécialisées. Plus de 6 200 personnes ont été testées. Le district de Viazma est sous quarantaine, et on ne peut y accéder.

i-ru (16 avril) - Novaïa gazeta (17 avril)  -  i-ru (22 avril) - i-ru (23 avril) - Smolenskaïa gazeta (23 avril)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte