Russie, Covid-19. Retour à l’ « EHPAD » de Viazma (2)

Une victoire contre le covid-19 : des résidents de la maison de retraite de Viazma, massivement touchée par l’épidémie, y reviennent guéris.

J’ai écrit deux billets sur la maison de retraite de Viazma, dont 67 pensionnaires sur 250 avaient été hospitalisés après avoir contracté le covid-19 : celui-ci, le 23 avril, il y a un mois, et celui-la, le 12 avril, juste après que l’on eut eu connaissance des premiers cas, qui concernaient également le personnel. Elle a connu un mois d’isolement complet, dans des conditions d’abord très difficiles, puisque l’établissement ne disposait plus d’un personnel suffisant, et que la situation sanitaire n’y était manifestement plus sous contrôle

Mon billet d’aujourd’hui sera peut-être le dernier sur ce sujet : 17 résidents sont sortis de l’hôpital le 22 mai et ont réintégré la maison de retraite, une trentaine d’autres y sont encore, mais, selon les médecins, maintenant en voie de rétablissement. Il y a eu 15 décès — c’est beaucoup, mais on a pu craindre une issue plus dramatique —.

 © Starost v radost © Starost v radost

Les services régionaux de Rospotrebnadzor ont levé la quarantaine.Tout n’est pas terminé, l’établissement continue de fonctionner en respectant les règles de port de masque et de combinaison protectrice, de prise de température régulière et de désinfection des locaux, mais, semble-t-il, le foyer d’infection a été éliminé, et la perspective d’un retour à un fonctionnement normal se rapproche.

Viazma a été, du moins dans la presse, le première maison de retraite russe touchée par le covid-19. D’autres l'ont été depuis, et le sont encore : C'est le cas, dans l’oblast de Smolensk, où se trouve la ville de Viazma, de la maison de retraite de Iartsevo, et du centre gérontologique de la Cerisaie à Smolensk ; et au total en Russie, selon les déclarations faites le 22 mai par Ielizaveta Oleskina, directrice du fond Starost v radost, de 95 établissements dans 38 régions, plus cinq autres dans lesquels une campagne de tests était en cours. Le ministère fédéral du travail et de la protection sociale a recommandé le 23 avril dernier que l’ensemble des établissements médico-sociaux hébergeant des personnes à risque n'aient plus aucun contact avec l'extérieur, et qu'une partie du personnel s'y confine avec les résidents. 

Quelles leçons tirer pour la suite de ce qui s’est passé à Viazma ? Je laisse la parole la parole à Ielizaveta Oleskina, dont le fonds est intervenu dans la maison de retraite, en trouvant, équipant et formant les premiers volontaires qui ont renforcé le personnel. 

« Nous avons tous ensemble commis beaucoup d’erreurs, et beaucoup de choses ont d’abord été ratées, par ignorance, parce que personne n'était prêt pour tout ce qui est arrivé en seulement quelques jours, parce que toutes les certitudes sur lesquels nous aurions pu penser nous appuyer se sont évanouies en fumée. Mais nous [Starost v radost] connaissions cette maison de retraite pour travailler avec elle depuis de nombreuses années, et cela nous a permis d’avoir immédiatement suffisamment de soignants [en renfort]. Les ministères fédéraux se sont impliqués - les premiers équipements spéciaux de protection individuelle ont été fournis par eux. L’oblast de Smolensk a immédiatement envoyé en urgence le principal spécialiste des maladies infectieuses [dans la maison de retraite]. Le ministère des situations d'urgence a fait les désinfections. Et les militaires ont installé la tente pour la salle d'inspection sanitaire ».

Ielizaveta Oleskina © Starost v radost Ielizaveta Oleskina © Starost v radost

Elle adresse des remerciements appuyés, comme le gouverneur de l’oblast, à Mikhaïl Chipilov, le médecin infectiologue en chef de la région qui a assuré la direction par intérim de la maison de la maison de retraite, y a été physiquement pendant plus d’un mois et y a organisé la prise en charge des malades et la prophylaxie.

Une réaction collective, dans l’urgence, c’est sans doute la force de la Russie de savoir faire cela. Ce n'est pas toujours le cas, c'est d'autant plus notable que les autorités ont travaillé avec Starost v radost, c’est-à-dire avec une association de volontaires, et dont le projet est d’amener le pouvoir à mettre en place un système de prise en charge des personnes âgées qui garantisse à toutes des conditions de vie dignes ; un projet citoyen, visant à changer la société, un projet politique pourrait-on dire. 

Cette collaboration avec la société civile n’allait pas de soi. La communication régulière, devant la presse et dans les réseaux sociaux de Ielizaveta Oleskina a donné un retentissement fédéral à des évènements pour lesquels les autorités régionales auraient peut-être souhaité plus de discrétion. Et il y a du y avoir une certaine tension dans l'exécutif régional : le gouverneur, Alekseï Ostrovski a mis fin le 18 mai aux fonctions de sa ministre du développement social, Tatiana Konachenkova, avec comme motif un contrôle insuffisant des établissements médico-sociaux, et une mauvaise collaboration avec les organisations sociales. Il a espéré « que son successeur portera plus d’attention aux établissements destinés aux personnes âgées, traitera celles-ci comme on le doit à ses propres grands-parents […] et qu’il sera également en mesure de travailler avec efficacité avec les retraités et les organisations sociales de la région ». 

En lançant l'alerte — c'est si important en Russie ou ailleurs, la tentation de garder les drames et les erreurs cachés est toujours trop forte —, en apportant une expertise et en étant capable de mobiliser des volontaires et des ressources financés sur les fonds collectés auprès des particuliers, Starost v radost a pris part à la gestion de la crise, et a probablement contribué à changer la façon dont les autorités régionales l'ont pilotée. Elle le va sans doute le refaire établissements médico-sociaux où ont été dépistés des cas de covid-19 : elle intervient dans 25 des 90 qui ont été recensés. Et, à moyen terme, c'est un autre mode de relation avec les autorités et un autre mode de fonctionnement de celles-ci qui est légitimé. 

Tass (26 mai 2020) - Kommersant (10 mai 2020) -  Rabotchi pout (18 mai 2020) - I.ru (22 mai 2020) - I.ru (24 mai 2020) - I.ru (26 mai 2020)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.