NECE 2018 : le marché de projets à la Friche Belle-de-Mai

À la Friche Belle-de-Mai se tenait aujourd'hui jeudi, de 14 h à 16 h 30, « le marché de projets ». L'événement était au programme de la Conférence NECE 2018 au titre provocateur : « le Meilleur des Mondes?! L'avenir de la Démocratie et de la Citoyenneté ».

Comité Européen Marseille

Politics is my bag! © Philippe Léger Politics is my bag! © Philippe Léger

L'opportunité était donnée à près d'un demi millier de participants de 53 pays de faire connaissance autrement que par le réseau internet, de présenter de nouvelles idées et des projets novateurs. Batifolant de stand en stand, comme une abeille sur des fleurs, chacun pouvait recueillir le nectar des initiatives de la société civile ou bourdonner, en toute liberté, dans les groupes de discussion qui se formaient et se désagrégeaient, ça et là, de manière informelle. Le jardin était à la dimension du monde et dans l'éclat des intelligences on pouvait en apprécier toutes les senteurs. 

De gauche à droite : Anastasia, Narine et Viorica (elle tient dans sa main le cadeau offert au visiteur) © Philippe Léger De gauche à droite : Anastasia, Narine et Viorica (elle tient dans sa main le cadeau offert au visiteur) © Philippe Léger
Celles de Russie, d'Arménie et de Moldavie, avec Anastasia, Narine et Viorica, qui animaient le stand « Pays de l'Est ».

De droite à gauche : Ghazoua Ltaïef et Samah Muhammad © Philippe Léger De droite à gauche : Ghazoua Ltaïef et Samah Muhammad © Philippe Léger
D'Égypte avec Samah et de Tunisie avec Ghazoua, toutes deux renseignaient les visiteurs au stand du Réseau arabe d'Éducation civique.

Lucile Poultau (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse) © Philippe Léger Lucile Poultau (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse) © Philippe Léger
D'Allemagne, avec Lea et Zina ; de Grèce avec Anastasia. Toutes les trois travaillent au sein de l'ONG marseillaise Eurocircle.
On en finirait pas d'en décliner tous les stands et tous les parfums... Il y a tellement de pays représentés sur ce marché !

Ana Matos de la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l'Université Nova (Lisbonne) © Philippe Léger Ana Matos de la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l'Université Nova (Lisbonne) © Philippe Léger
Au stand « All = In » , du nom du réseau qui s'occupe de l'intégration des Roms, je tombe nez à nez sur Ana Matos de la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l'Université Nova (Lisbonne). Elle m'apprend qu'elle y exerce comme professeur, département « langues, cultures et littératures modernes ».
Tout en me glissant son adresse courriel, cette spécialiste reconnue de la communication interculturelle qui s'exprime dans un français parfait, m'invite au « Campus des Idées ». Avec trois autres collègues, elle participe vendredi à 14 heures à un atelier sur le thème « How are we teaching citizenship ?» - Comment apprend-on la citoyenneté ?
À la conférence NECE 2018, l'anglais se taille encore la part du lion mais les organisateurs ont prévu pour les participants des casques-récepteurs pour écouter la traduction dans la langue de Victor Hugo...

L'ONG marseillaise EUROCIRCLE présente sur tous les fronts

La fidèle, active, et précieuse présence de l'ONG marseillaise Eurocircle à la NECE 2018. De gauche à droite : Florient (partenaire) - Anastasia (Volontaire européenne) - Ralf Makrutzky, directeur. © Philippe Léger La fidèle, active, et précieuse présence de l'ONG marseillaise Eurocircle à la NECE 2018. De gauche à droite : Florient (partenaire) - Anastasia (Volontaire européenne) - Ralf Makrutzky, directeur. © Philippe Léger

Les Têtes de l'Art au taquet

Florent Besnard au stand des "Têtes de l'Art". © Philippe Léger Florent Besnard au stand des "Têtes de l'Art". © Philippe Léger
Au stand des « Têtes de l'Art », une association marseillaise du 3e arrondissement, Florent est venu donner un coup de main à ses amis. « L'asso s'est investi totalement dans l'événement du NECE. Tout le monde est surbooké. Il me confie que son directeur, Samir Khebizi, a la responsabilité d'introduire la session plénière de ce jeudi à 17 heures. Puis à 19 h 15, il tiendra le rôle du modérateur pour la « Keynote* »  : « Citoyenneté et courage en temps de crises ».
Le programme que le thème modéré par le directeur des Têtes de l'Art sera animée par « Latifa Ibn Ziaten, de l'association pour la Jeunesse et la Paix IMAD - Rouen. »
Cette association porte le nom de son fils, le maréchal des Logis-chef Imad Ibn Ziaten, assassiné le 11 mars 2012 à l'âge de 30 ans par un fanatique d'un « Islam radical »... Au cours de ce mois tragique, ce terroriste a aussi assassiné le caporal Chennouf, le caporal Mohammed Legouad et abattu, tout aussi lâchement, quatre civils de confession juive devant l'école Ozar Hatorah à Toulouse, le rabbin Jonathan Sandler et ses enfants, Gabriel et Aryeh, ainsi que Myriam Monsenego, la fille du directeur de l'école. 
Latifa Ibn Ziaten, mère courage, a fondée le 20 avril 2012 l'association pour la Jeunesse et la Paix IMAD « comme réponse, de fraternité et de paix. » Elle vient apporter son témoignage au public du de la Friche Belle-de-Mai.

Le « marché de projets » : l'occasion de faire circuler les infos

Florient m'explique l'importance stratégique de ce marché, où l'on s'échange les bons plans. « Il permet de trouver des partenaires, d'étoffer son réseau ou de s'unir à d'autres, de rechercher des financements afin de donner des ailes aux projets pour les faire décoller... »

« L'Europe à la barre » : La pièce de théâtre des Têtes de l'Art fait à l'Europe un faux procès pour qu'en en parle différemment. Gros succès de Marseille à Paris

C'est aussi l'occasion de présenter ses réalisations, de faire circuler l'info... Florient m'apprend que « pour dénoncer les idées simplistes des détracteurs de l'Europe, à un moment où parler d’Europe suscite de plus en plus l’ennui ou le rejet de la part de nos concitoyens, les Têtes de l'Art ont eu l'idée de monter une pièce de théâtre : 'l'Europe à la barre'. » Non pas en référence à la barre que ses adversaires lui assènent sur la tête et qui lui fait voir ses étoiles... mais à la barre de justice d'un procès théâtralisé !
L'équipe des comédiens, assistée sur scène par de vrais experts européens et judiciaires, anime un faux procès avec de vrais témoins. Des invités issus du monde politique, local mais pas toujours... et du secteur de l'accompagnement de projets européens. Tous viennent déposer à la barre. Sensations assurées ! Le public parisien a même vu la comparution en tant que témoins de Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes, et Sandro Gozi, Ancien secrétaire d’Etat italien chargé des affaires européennes ! »
Le public de la Maison de la Poésie a apprécié lui aussi, en cette occasion, le côté provoc et le débat contradictoire, non consensuel. Et les confrontations des points de vue sur la base d'une documentation sérieuse et de témoignages de première main. 
« 'L’Europe à la barre' est une pièce de théâtre participative qui parle de l’Europe différemment. Un faux procès qui vise à identifier, clarifier et mettre en débat des enjeux européens d’actualité, en s’appuyant sur une performance artistique innovante et ludique. »
Depuis 1996, l'association « les Têtes de l'Art » valorise et encourage les pratiques artistiques participatives en s’engageant au croisement des secteurs de la culture, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire.
Merci Francis de nous l'avoir fait découvrir à l'occasion du marché de projets de NECE 2018 !

Des témoignages précieux

Ce marché de projets donne l'occasion d'entendre des témoignages de personnes qui sont amenées à circuler dans l'espace européen, voire du monde entier, et qui recueillent des informations dans le contexte de leurs activités professionnelles. Comme celui de la Marseillaise Nathalie Bianchi, de « L’Institut Destination Langues ». Elle l'a fondé avec trois autres de ses collègues, professeurs comme elle, passionnés par les langues étrangères, les échanges culturels, les voyages, au point d'en avoir fait leur métier.
Comme eux, elle a exercé aux quatre coins de la planète, travaillant pour différentes structures... des universités... l'Alliance Française... diverses organisations... sous contrat ou en indépendant... auprès des publics les plus divers aussi. À Chypre ; en Bulgarie, Sicile, Allemagne, Grande Bretagne, Italie, Espagne, Equateur ; au Brésil, Venezuela, Viet Nam ; en Chine …
Elle a accumulé une riche expérience qu'elle fait partager à « l’Institut Destination Langues » mais pas seulement, comme le prouve sa présence sur ce « marché de projet » de NECE 2018.
Grâce aux cours, « ouverts sur l'actualité en France, en Europe, dans le monde », donnés à des réfugiés et des migrants, elle a recueilli les témoignages de personnes marquées dans leur âme et leur chair, victimes de la xénophobie, de l'intolérance religieuse, des passions et des débordements nationalistes. Des guerres.
Des activités tout à fait légales dans nos démocraties sont condamnées dans des démocratures. Ces dernières n'hésitent pas à jeter en prison les « féministes », partisans de l'égalité politique, économique, culturelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes.
Autant de témoignages précieux qui jettent un éclairage sur les réalités du monde et des transformations à opérer pour le rendre plus humain, plus paisible, plus conscient... C'est aussi cela l'objectif du NECE. Ph L.

* « Keynote » : littéralement, note clé. Synonyme : thème dominant.

Young Democracy in Action. © Philippe Léger Young Democracy in Action. © Philippe Léger



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.